Haïm Saban : une victoire de Trump serait “désastreuse” pour Israël
Rechercher

Haïm Saban : une victoire de Trump serait “désastreuse” pour Israël

Le milliardaire israélien qualifie le candidat républicain de “escroc, menteur, tricheur et voleur” et a donné un nombre à “huit chiffres” à la campagne de Clinton

Haïm Saban sur la Dixième chaîne quelques minutes avant le discours d'acceptation d'Hillary Clinton à la Convention démocrate nationale, le 28 juillet 2016. (Crédit : capture d'écran Dixième chaîne)
Haïm Saban sur la Dixième chaîne quelques minutes avant le discours d'acceptation d'Hillary Clinton à la Convention démocrate nationale, le 28 juillet 2016. (Crédit : capture d'écran Dixième chaîne)

Haïm Saban, magnat israélo-américain, a déclaré vendredi qu’une victoire à la présidentielle américaine du nominé républicain, Donald Trump, serait « désastreuse, désastreuse pour Israël ».

S’exprimant sur la Dixième chaîne israélienne quelques minutes avant le discours d’acceptation d’Hillary Clinton à la Convention démocrate nationale jeudi, Saban a déclaré que Trump n’était « pas un républicain, il n’est pas démocrate, il n’est pas indépendant. Trump est Trump. Trump, comme le définit l’ancien maire de New York Michael Bloomberg, est un escroc », a déclaré Saban.

Se tournant vers la caméra, Saban a déclaré que son message au public en Israël, pour ceux qui n’étaient pas certains de quel candidat ferait le président ayant le plus à cœur l’intérêt d’Israël, était de ne pas « croire un seul mot que dit cet homme. Il est un escroc, un menteur, un tricheur, un voleur, et un cynique. Tout ce qu’il fait ne sert que Trump. »

Cet entretien, mené en hébreu, a été diffusé pendant les informations de vendredi soir.

Quand il lui a été demandé si Clinton présidente s’entendrait avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, Saban a déclaré que puisque Netanyahu avait déclaré qu’il était engagé à une solution à deux états, les deux dirigeants s’entendraient.

« Il y a ceux qui diront que ceux qui veulent deux états et diviser Jérusalem sont anti-Israël. Alors dans ce cas, je suis anti-Israël. Mais le Premier ministre lui-même a été clair sur son soutien à deux états pour deux peuples. Les relations dépendent d’eux deux. Mais je suis très optimiste », a-t-il déclaré.

Le milliardaire juif américain Sheldon Adelson, donateur important du parti républicain et soutien du Premier ministre Benjamin Netanyahu. (Crédit : Flash90)
Le milliardaire juif américain Sheldon Adelson, donateur important du parti républicain et soutien du Premier ministre Benjamin Netanyahu. (Crédit : Flash90)

Le milliardaire a rejeté la tentative du journaliste de le décrire comme le pendant démocrate du magnat des casinos Sheldon Adelson, un fort soutien de Netanyahu qui possède le quotidien israélien pro-Netanyahu Israël HaYom. Il a cependant déclaré qu’Adelson agissait « parce que c’est sa foi. Au final, Sheldon aime l’Etat d’Israël, la Terre d’Israël. Nous ne sommes pas d’accord sur les moyens, mais la fin est la même fin. »

Adelson avait déclaré en mai qu’il soutiendrait Trump pour la présidence si le magnat de l’immobilier était choisi comme nominé par le parti. « Oui. Je suis républicain, il est républicain », avait-il déclaré à Manhattan, quand il lui avait été demandé s’il soutiendrait Trump, selon le New York Times.

Le candidat républicain à la présidentielle, Donald Trump, pendant un meeting de campagne à North Charleston, en Caroline du Sud, le 19 février 2016. (Crédit : AFP/Jim Watson)
Le candidat républicain à la présidentielle, Donald Trump, pendant un meeting de campagne à North Charleston, en Caroline du Sud, le 19 février 2016. (Crédit : AFP/Jim Watson)

En ce qui concerne Clinton, Saban a révélé que sa donation à la campagne de la candidate démocrate à la présidentielle dépassait les dix millions de dollars.

Quand il lui a été demandé s’il était réellement le plus gros donateur de Clinton, il a répondu que « c’est ce que les journaux écrivent ».

Il n’a pas précisé la somme exacte, mais a déclaré qu’elle avait « huit chiffres ».

Quand il lui a été demandé s’il était en position de donner des conseils à Clinton sur sa campagne, Saban a répondu qu’il avait un conseil qu’il lui répétait : ne criez pas.

La nominée démocrate à la présidentielle, Hillary Clinton, s'adresse aux délégués pendant le quatrième et dernier soir de la Convention démocrate nationale, à Philadelphie, en Pennsylvanie, le 28 juillet 2016. (Crédit : AFP/Saul Loeb)
La nominée démocrate à la présidentielle, Hillary Clinton, s’adresse aux délégués pendant le quatrième et dernier soir de la Convention démocrate nationale, à Philadelphie, en Pennsylvanie, le 28 juillet 2016. (Crédit : AFP/Saul Loeb)

« Ne criez pas. Vous n’avez pas besoin de crier. Dites les mêmes choses, mais sans crier, laissez Trump, cet escroc, ce menteur, crier », a déclaré Saban.

Sur la difficulté de Clinton à assurer sa nomination, Saban a déclaré que son « plus grand problème est qu’elle est mariée au type le plus charismatique que j’ai jamais vu de ma vie. C’est une sorte de rock star que tout le monde aime et admire. Même ceux qui ne sont pas d’accord avec lui l’aime. Elle lui est automatiquement comparée, c’est injuste. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...