Sheldon Adelson soutiendra Trump comme candidat républicain
Rechercher

Sheldon Adelson soutiendra Trump comme candidat républicain

« Je suis Républicain, il est Républicain », dit le magnat juif des casinos, "il a gagné à la loyale" ; Paul Ryan pas encore prêt à soutenir Trump

Sheldon Adelson (Crédit :  Ethan Miller/Getty Images/AFP)
Sheldon Adelson (Crédit : Ethan Miller/Getty Images/AFP)

Le donateur républicain célèbre, Sheldon Adelson, a déclaré jeudi qu’il soutiendrait Donald Trump pour la présidence des États-Unis.

« Oui, je suis Républicain, il est Républicain », a déclaré Adelson lors d’un événement à Manhattan, selon le New York Times.

« C’est notre candidat. Quel que soit le candidat qui aurait été choisi, l’un des 17 – il faisait partie des 17. Il a gagné à la loyale ».

Le milliardaire juif, et propriétaire du quotidien Israel Hayom, journal soutenant le Premier ministre Benjamin Netanyahu, a déclaré qu’il croit que Trump « sera bon pour Israël », et a noté, sans plus de précisions, que les deux s’étaient récemment entretenus.

Adelson avait précédemment déclaré que Trump était « très charmant » après l’avoir rencontré en décembre, mais a soudain arrêté de l’approuver ou de soutenir sa campagne.

Trump lui-même a fait son propre éloge dans ses discours de campagne déclarant ne pas avoir besoin du soutien de méga-donateurs comme Adelson, que les autres candidats, à l’époque, ont été assidûment courtisés.

En octobre, Trump a tweeté « Sheldon Adelson cherche à donner de gros dollars à Rubio parce qu’il sent qu’il peut en faire sa parfaite petite marionnette. Je suis d’accord ! »

Le candidat à l'investiture républicaine Donald Trump parlant à ses partisans lors d'une réunion au Tampa Convention Center à Tampa, en Floride, le 14 mars 2016 (Crédit : Brian Blanco / Getty Images / AFP)
Le candidat à l’investiture républicaine Donald Trump parlant à ses partisans lors d’une réunion au Tampa Convention Center à Tampa, en Floride, le 14 mars 2016 (Crédit : Brian Blanco / Getty Images / AFP)

Le président de la Chambre américaine, Paul Ryan, premier Républicain de la nation, a déclaré jeudi qu’il n’était pas encore prêt à soutenir Trump comme candidat présumé à la présidence du parti, signalant un profond désaccord au sein du parti.

« Pour être parfaitement honnête … Je ne suis pas prêt à le faire à ce stade », a déclaré Ryan à CNN. « Je l’espère, cependant, et je le veux. Mais je pense que ce qui est requis est que nous unissions ce parti ».

Ryan, qui a répété qu’il ne voulait pas accepter la nomination dans le cas d’une convention contestée, a été le vice-candidat présidentiel républicain en 2012 et est actuellement deuxième sur la liste pour la présidence.

« Il a du travail à faire », a déclaré Ryan, notant que « l’essentiel de la charge » était sur Trump pour commencer la guérison après une campagne primaire brutale et la série de remarques insultantes et impétueuses sur les autres candidats, les Musulmans, les Mexicains, les réfugiés, les femmes etc.

« Il est temps de mettre de côté l’intimidation. Il est temps de mettre de côté le rabaissement », a déclaré Ryan.

Paul Ryan prend la parole lors d'une conférence de l'AIPAC à Washington le 21 mars 2016. (Crédit photo : capture d'écran AIPAC/JLTV)
Paul Ryan prend la parole lors d’une conférence de l’AIPAC à Washington le 21 mars 2016. (Crédit photo : capture d’écran AIPAC/JLTV)

Les commentaires de jeudi étaient d’autant plus surprenants que Trump a maintenant émergé comme le porte-drapeau du parti et que Ryan sera co-président de la convention de nomination présidentielle républicaine en juillet.

Trump a riposté en quelques minutes.

« Je ne suis pas prêt à appuyer le programme du président de la Chambre Ryan », a-t-il dit dans un communiqué. « Peut-être dans l’avenir, nous pourrons travailler ensemble et parvenir à un accord sur ce qui est le mieux pour le peuple américain ».

Trump a remporté la primaire de l’Indiana, chaudement disputée, mardi, mettant Ted Cruz et John Kasich hors course et se plaçant comme candidat présumé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...