Rechercher

Hébron : Démolition programmée de la maison du terroriste qui a tué un Israélien

Un militaire en permission a secouru des personnes prises pour cibles par un terroriste, qu’il a abattu ; l’état d'un secouriste grièvement blessé se stabilise

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des soldats israéliens cartographient le domicile de Muhammed Kamel al-Jabari, à Hébron, en Cisjordanie, en prévision de sa démolition, à l'aube du 30 octobre 2022. Al-Jabari a tué un Israélien et en a blessé quatre autres dans un attentat, quelques heures plus tôt. (Crédit : Armée israélienne)
Des soldats israéliens cartographient le domicile de Muhammed Kamel al-Jabari, à Hébron, en Cisjordanie, en prévision de sa démolition, à l'aube du 30 octobre 2022. Al-Jabari a tué un Israélien et en a blessé quatre autres dans un attentat, quelques heures plus tôt. (Crédit : Armée israélienne)

Tôt dimanche matin, l’armée israélienne a pris les mesures nécessaires à la démolition de la maison d’un Palestinien, auteur d’une fusillade meurtrière près de l’implantation cisjordanienne de Kiryat Arba, quelques heures plus tôt.

Muhammed Kamel al-Jabari, manifestement membre du groupe terroriste du Hamas, a ouvert le feu sur un père et son fils – tous deux Juifs – qui faisaient leurs courses dans un petit commerce de proximité appartenant à un Palestinien, entre Kiryat Arba et Hébron, samedi soir.

Il a ensuite ouvert le feu sur les secouristes et les services de sécurité de l’implantation venus prêter main forte aux victimes.

Al-Jabari a tué le père, Ronen Hanania, et blessé quatre personnes, dont un grièvement, un secouriste. Un Palestinien aurait également été blessé.

Dans la nuit de samedi à dimanche, des soldats israéliens ont cartographié la maison d’al-Jabari – première étape avant sa démolition – à Hébron.

L’armée israélienne a déclaré avoir procédé à l’interpellation du frère d’al-Jabari, probablement impliqué dans l’attaque.

Il est fréquent qu’Israël démolisse la maison des Palestiniens responsables d’attentats terroristes meurtriers.

L’efficacité de cette politique est sujette à caution, même au sein des forces de l’ordre israéliennes, et les ONG protectrices des droits de l’homme dénoncent une pratique qui s’apparente, selon elles, à une punition collective injuste.

L’autre frère d’Al-Jabari, Waal, purgeait une peine à vie dans une prison israélienne avant d’être libéré et expulsé vers la bande de Gaza, dans le cadre de l’accord d’échange de prisonniers pour le soldat Gilad Shalit, en 2011.

Al-Jabari était marié et père de trois enfants.

Muhammed Kamel al-Jabari. (Autorisation)

Une source proche des forces de l’ordre a déclaré aux médias israéliens qu’al-Jabari souffrait d’un cancer en phase terminale et qu’il ne lui restait que quelques jours à vivre, ce qui l’aurait conduit à passer à l’acte.

Le soldat en permission qui s’est porté au secours des victimes et a abattu al-Jabari, samedi soir, raconte comment il a aidé un agent de sécurité blessé par les coups de feu.

« J’étais chez moi lorsque j’ai entendu des coups de feu, dehors. Je suis sorti, tout en chargeant mon arme, et me suis rendu au point de garde le plus proche, où j’ai croisé l’officier de sécurité en chef d’Hébron », explique le second lieutenant Bet, commandant de peloton au sein de la brigade Golani, identifié par l’initiale de son prénom en hébreu.

Le 2e lieutenant Bet s’exprime dans une déclaration vidéo publiée par l’armée, le 30 octobre 2022. (Crédit : Armée israélienne)

« Ensemble, nous nous sommes dirigés vers la fusillade. Nous avons fait face au terroriste, qui a immédiatement ouvert le feu sur nous », raconte Bet dans une déclaration vidéo publiée par Tsahal.

« Je suis sorti de la voiture et me suis mis à couvert. C’est là que l’agent de sécurité a été touché », précise-t-il.

« J’ai riposté et vu que l’agent de sécurité était blessé. Le terroriste continuait à tirer sur lui. »

« J’ai couru dans sa direction pour lui porter secours, tout en continuant à tirer sur le terroriste », ajoute Bet.

Quelques instants plus tard, le chef de la sécurité de Kiryat Arba est arrivé et a renversé le terroriste avec sa voiture, devant le magasin.

Les caméras de surveillance ainsi que la caméra embarquée sur le tableau de bord du véhicule donnent à voir le soldat en permission en train de gravir les débris avant d’abattre le terroriste.

L’auteur palestinien d’une fusillade terroriste près de Kiryat Arba en Cisjordanie, sur les images d’une caméra embarquée, quelques instants avant d’être percuté par la voiture d’un agent de sécurité et abattu par un soldat en permission, le 29 octobre 2022. (Capture d’écran utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur les droits d’auteur)

La fusillade s’est produite près de l’entrée d’une implantation d’Hébron connue sous le nom de Givat HaAvot, située à l’ouest de l’implantation de Kiryat Arba.

L’hôpital Shaare Zedek de Jérusalem a déclaré dimanche matin que l’état de l’homme grièvement blessé, le secouriste chevronné et militant Ofer Ohana, était stabilisé suite aux deux interventions chirurgicales subies durant la nuit.

Il se trouve toujours dans un état grave, mais hors de danger, selon le corps médical.

Le fils de l’homme tué, âgé de 19 ans, et l’agent de sécurité d’Hébron, âgé de 49 ans, ont pu quitter l’hôpital Hadassah Ein Kerem de Jerusalem dimanche matin, a fait savoir l’administration.

Les services de secours du Magen David Adom ont indiqué que leurs équipes avaient également pris en charge un Palestinien originaire d’Hébron, âgé de 37 ans, légèrement blessé lors de la fusillade. Il a été transféré par le Croissant-Rouge vers un hôpital de Cisjordanie.

Ofer Ohana, habitant d’Hébron, discute avec des manifestants palestiniens revêtus de gilets bleus, à Hébron en Cisjordanie, le 10 février 2019. (Crédit : Wisam Hashlamoun/Flash90)

Le Premier ministre Yair Lapid et le ministre de la Défense Benny Gantz ont promis de prendre des mesures énergiques contre toute personne impliquée dans cet attentat terroriste.

Peu de temps après cet attentat, un Israélien de 27 ans a été légèrement blessé par des jets de pierres sur son véhicule, à proximité de l’implantation cisjordanienne de Maale Amos, ont indiqué des secouristes. Il a été conduit à l’hôpital Shaare Zedek pour une blessure à la tête.

Quelques heures plus tard, l’armée a ajouté que des coups de feu avaient été tirés sur des soldats depuis un véhicule en circulation, près de la ville palestinienne de Bani Naim, sans faire de blessés. Les soldats ont riposté et ouvert le feu sur les hommes armés, qui ont pris la fuite au volant de leur véhicule.

Un secouriste israélien nettoie le sol d’une ambulance tachée de sang, à l’hôpital Hadassah Ein Kerem de Jérusalem, le 29 octobre 2022, suite à l’attentat d’Hébron. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

Cette fusillade fait suite à une période de fortes tensions en Cisjordanie.

Ces derniers mois, des Palestiniens armés s’en sont ainsi pris à plusieurs reprises à des postes militaires, des soldats déployés le long de la barrière de sécurité en Cisjordanie, des implantations israéliennes ou des civils sur les routes.

L’offensive antiterroriste lancée il y a de cela quelques mois, centrée sur le nord de la Cisjordanie, a permis de procéder à plus de 2 000 arrestations lors de raids nocturnes presque quotidiens.

Cette offensive a occasionné la mort de plus de 125 Palestiniens, pour la plupart tués lors d’attaques ou d’affrontements avec les forces de l’ordre.

L’offensive antiterroriste de Tsahal en Cisjordanie fait suite à plusieurs attentats palestiniens qui ont tué 19 personnes plus tôt cette année.

Un autre Israélien a été tué dans un attentat le mois dernier. Quatre soldats ont trouvé la mort en Cisjordanie lors d’attentats ou des opérations d’arrestation qui ont suivi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...