Herman Shine, l’un des derniers survivants échappés d’Auschwitz, meurt à 96 ans
Rechercher

Herman Shine, l’un des derniers survivants échappés d’Auschwitz, meurt à 96 ans

Avec l’aide d’un Polonais, Shine et un ami ont réussi à s’évader d’Auschwitz et à se cacher jusqu’à la fin de la guerre

Vebeke, le négationniste flamand nie l’utilisation des chambres à gaz d'Auschwitz pour l'extermination des juifs. Ici, l'inscription allemande tristement célèbre : "Le travail rend libre" à la porte principale du camp d'extermination d'Auschwitz I, le 15 novembre 2014 à Oswiecim, en Pologne. (Christopher Furlong/Getty Images via JTA/File)
Vebeke, le négationniste flamand nie l’utilisation des chambres à gaz d'Auschwitz pour l'extermination des juifs. Ici, l'inscription allemande tristement célèbre : "Le travail rend libre" à la porte principale du camp d'extermination d'Auschwitz I, le 15 novembre 2014 à Oswiecim, en Pologne. (Christopher Furlong/Getty Images via JTA/File)

Herman Shine, probablement l’un des derniers survivants échappés d’Auschwitz, est mort.

Shine qui travaillait comme couvreur dans le camp de la mort nazi avant de s’évader courageusement avec son ami Max Drimmer est mort le 23 juin. Il avait 96 ans.

On considère que moins de 200 prisonniers ont réussi à s’échapper d’Auschwitz.

Shine, né Mendel Scheingesicht, de père polonais, à Berlin, a été arrêté dans la capitale allemande en 1939 et déporté avec 1 700 juifs polonais au camp de concentration de Sachsenhausen.

Il déclara exercer le métier de couvreur pour avoir une chance de survivre dans les camps. En réalité, c’est au camp qu’il apprit le métier. En 1942, Shine fut transféré à Auschwitz et de nouveau affecté à l’entretien des toits.

Alors qu’il travaillait dans un camp de travaux forcés dans le camp de Gleiwitz, autour d’Auschwitz, il rencontra une jeune fille juive et réussit à la raccompagner chez elle en fin de journée. La jeune fille, Marianne, deviendra sa femme.

Drimmer approcha Shine avec un projet d’évasion et, avec l’aide d’un Polonais, ils réussirent à s’évader du camp et se cachèrent dans sa ferme pendant trois mois. La famille de Marianne cachera les deux fugitifs pendant les ultimes semaines de la guerre.

Shine et Drimmer émigrèrent aux États-Unis accompagnés de leurs épouses et s’installèrent à San Francisco. Shine créa la Standard Roofing Company (Compagnie Générale des Toitures). Drimmer qui exerça la profession de plombier et de boulanger est mort en 2012.

Un documentaire réalisé à leur sujet « Evasion d’Auschwitz, portrait d’une amitié » fut diffusé en 2001, puis réactualisé et diffusé en 2015.

Shine et sa femme se consacraient à la diffusion de l’histoire de la Shoah auprès des nouvelles générations et racontèrent leur histoire à de nombreux groupes dans toute la région de la Baie de San Francisco.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...