Rechercher
Yom HaZikaron

Herzog appelle à l’unité dans son discours prononcé pour Yom HaZikaron

Les sirènes ont résonné dans tout le pays pour lancer la journée en hommage aux 28 284 soldats tués au combat et victimes du terrorisme

  • Le chef d'État-major Aviv Kohavi, à gauche, et le président Isaac Herzog, à droite, pendant la minute de silence lors de la cérémonie d'État organisée pour Yom HaZikaron, en hommage aux soldats tués au combat, au mur Occidental de Jérusalem, le 3 mai 2022. (Capture d'écran/Vidéo)
    Le chef d'État-major Aviv Kohavi, à gauche, et le président Isaac Herzog, à droite, pendant la minute de silence lors de la cérémonie d'État organisée pour Yom HaZikaron, en hommage aux soldats tués au combat, au mur Occidental de Jérusalem, le 3 mai 2022. (Capture d'écran/Vidéo)
  • La cérémonie d'État organisée pour Yom HaZikaron, en hommage aux soldats tués au combat et aux victimes du terrorisme, au mur Occidental de Jérusalem, le 3 mai 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
    La cérémonie d'État organisée pour Yom HaZikaron, en hommage aux soldats tués au combat et aux victimes du terrorisme, au mur Occidental de Jérusalem, le 3 mai 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
  • La cérémonie d'État organisée pour Yom HaZikaron, en hommage aux soldats tués au combat et aux victimes du terrorisme, au mur Occidental de Jérusalem, le 3 mai 2022. (Capture d'écran : Vidéo)
    La cérémonie d'État organisée pour Yom HaZikaron, en hommage aux soldats tués au combat et aux victimes du terrorisme, au mur Occidental de Jérusalem, le 3 mai 2022. (Capture d'écran : Vidéo)
  • Des soldats israéliens se recueillent pendant la minute de silence lors de la cérémonie d'État organisée pour Yom HaZikaron, en hommage aux soldats tués au combat, au mur Occidental de Jérusalem, le 3 mai 2022. (Capture d'écran/Vidéo)
    Des soldats israéliens se recueillent pendant la minute de silence lors de la cérémonie d'État organisée pour Yom HaZikaron, en hommage aux soldats tués au combat, au mur Occidental de Jérusalem, le 3 mai 2022. (Capture d'écran/Vidéo)

Israël a commémoré, dans la soirée de mardi, ses soldats tués au combat et ses victimes du terrorisme alors que les sirènes du pays résonnaient dans le pays tout entier, à 20 heures, pour marquer le lancement de Yom HaZikaron.

La vie s’est figée sur tout le territoire pendant une minute sous le bruit des sirènes, les Israéliens, immobiles, se plongeant dans un silence recueilli dans les rues, à l’intérieur des habitations et sur les balcons. La circulation s’est brutalement interrompue, les occupants des véhicules sortant de l’habitacle, solennels, debout sur le goudron.

La cérémonie d’ouverture officielle a eu lieu au mur Occidental, dans la Vieille Ville de Jérusalem, et le président Isaac Herzog a tenu un discours dans lequel il a exhorté les Israéliens à continuer à développer le pays dans un esprit d’unité.

« Nos fils et nos filles, qui sont morts en défendant notre État, ont combattu ensemble et ils sont tombés ensemble. Ils n’avaient demandé à personne, et personne ne leur avait demandé non plus s’ils étaient de droite ou s’ils étaient de gauche. Ils n’avaient pas demandé à leurs camarades qui était religieux. Qui était laïc. Ils n’avaient pas demandé qui était Juif et qui n’était pas Juif », a-t-il dit.

« Ils sont tombés au combat en tant qu’Israéliens, défendant Israël. Dans les cimetières, les querelles se taisent. Entre les stèles, il n’y a pas un bruit. Il y a un silence qui exige que nous réalisions, et que nous réalisions ensemble, ce qui était leur seule dernière volonté : la résurrection d’Israël. La construction d’Israël. Unis, solides et responsables les uns des autres. Parce que nous sommes tous des sœurs et des frères », a-t-il ajouté.

Herzog a évoqué la récente série d’attentats terroristes qui a fait seize morts, faisant plonger les rues des villes dans la violence et dans la mort.

« Même aujourd’hui, nos ennemis se dressent contre nous avec un terrorisme rempli de haine et, une fois encore, ils nous découvrent prêts à faire face, déterminés, une arme dans une main et l’autre tendue dans un désir de dialogue et dans un désir de paix », a-t-il indiqué.

« C’est précisément dans ces moments bouleversants, alors que nous escortons nos héros, nos héroïnes dans leur dernier voyage aux côtés de leurs familles chéries, dont la douleur devient la nôtre – c’est précisément dans ces moments que nous découvrons la puissance considérable de notre nation merveilleuse, magnifique, une nation qui sait comment dépasser tous les obstacles. »

Le président Isaac Herzog prend la parole lors de la cérémonie d’État organisée pour Yom HaZikaron, en hommage aux soldats tués au combat, au mur Occidental de Jérusalem, le 3 mai 2022. (Capture d’écran/YouTube)

Herzog a appelé les familles en deuil à ne pas oublier la nécessité de continuer à construire l’État d’Israël et il a appelé les prochaines générations à persévérer dans leur effort visant à mettre en place une nation solidaire.

« C’est notre devoir, c’est ce que nous devons à ceux et à celles qui sont morts sur le front, c’est notre devoir à votre égard et c’est notre devoir à l’égard des futures générations : nous devons construire un État juif et démocratique fort et prospère, un État fondé sur cette éblouissante mosaïque de communautés », a-t-il continué.

Le président a poursuivi son discours en faisant référence à Hadar Goldin et à Oron Shaul, deux soldats dont les dépouilles sont retenues en otage dans la bande de Gaza, placée sous le contrôle du Hamas, depuis la guerre de 2014. Il a aussi évoqué Abera Mengistu et Hisham al-Sayed, deux civils portés-disparus qui se trouveraient eux aussi entre les mains du groupe terroriste de l’enclave côtière.

« Ici, aujourd’hui, je prie pour le retour rapide de nos prisonniers et de nos portés-disparus – nous avons encore la lourde responsabilité de rapatrier les dépouilles de nos soldats », a-t-il expliqué.

Le chef d’État-major, Aviv Kohavi, a lui aussi pris la parole lors de la cérémonie, rendant hommage au sacrifice des soldats morts sur le front.

« Ils ne reviendront pas mais grâce à eux, un grand nombre d’autres soldats est revenu. Et grâce à eux, des dizaines de milliers de civils ont été sauvés », a-t-il déclaré, notant la douleur des familles des défunts. « C’est une souffrance qui est toujours présente, qui ne prend jamais de repos ».

Il a indiqué que l’armée israélienne devait actuellement affronter des menaces sur plusieurs fronts et il a salué les générations de soldats qui ont servi au sein de Tsahal.

« Déjouer des attentats terroristes, c’est une mission qui se mène tous les jours en continu, du nord au sud, et les unités de l’armée israélienne défendent aussi les citoyens du pays sur les routes et aux carrefours de la Judée-Samarie et le long des frontières », a-t-il dit, utilisant le nom biblique qui désigne la Cisjordanie.

Il a ajouté que l’armée israélienne « va au-delà des frontières pour frapper dans les airs, sur la mer et sur la terre, et ce à travers tout le Moyen-Orient » dans le but de protéger Israël.

Le chef d’État-major Aviv Kohavi lors de la cérémonie d’État organisée pour Yom HaZikaron, en hommage aux soldats tués au combat, au mur Occidental de Jérusalem, le 3 mai 2022. (Capture d’écran/YouTube)

En plus de l’événement organisé au mur Occidental, il y a eu des cérémonies qui ont eu lieu au parc HaYarkon de Tel Aviv, à la Knesset de Jérusalem et dans de nombreuses communautés locales de toute la nation.

Cinquante-six soldats sont décédés pendant leur service militaire depuis la dernière journée du Souvenir. 84 vétérans se sont éteints suite à des complications de blessures contractées pendant leur service au sein de l’armée. Ces chiffres amènent le nombre total d’Israéliens morts pendant leur service dans le pays, depuis 1860, à 24 068.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...