Rechercher

Herzog atterrit à Bahreïn, première visite d’État d’un président israélien

Le voyage de deux jours à Manama a commencé par une rencontre avec le roi Hamed, le ministre des Affaires étrangères al-Zayani, après une récente grande manifestation anti-Israël

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le président Isaac Herzog, devant à gauche, et le roi  Hamed ben Issa Al Khalifa, devant à droite, au palais Al-Qudaibiya à Manama, le 4 décembre 2022. (Crédit : Lazar Berman/Times of Israel)
Le président Isaac Herzog, devant à gauche, et le roi Hamed ben Issa Al Khalifa, devant à droite, au palais Al-Qudaibiya à Manama, le 4 décembre 2022. (Crédit : Lazar Berman/Times of Israel)

MANAMA, Bahreïn – Le président Isaac Herzog s’est rendu à Bahreïn dimanche matin, donnant le coup d’envoi d’une visite de deux jours aux alliés d’Israël dans la région du golfe Persique en rencontrant le roi et le ministre des Affaires étrangères du Bahreïn.

Ce voyage est le premier d’un chef d’État israélien dans le royaume insulaire, et sera suivi d’une visite aux Émirats arabes unis, qui ont tous deux établi des relations diplomatiques avec Israël en 2020.

Avant son départ, Herzog a déclaré que ce voyage était « principalement un message de paix dans la région ».

« Une autre étape historique dans les relations entre Israël et les États arabes qui ont signé les Accords d’Abraham, avec l’espoir que de plus en plus de pays pourront rejoindre le cercle de la paix avec l’État d’Israël », a déclaré Herzog, en anglais.

Dès son atterrissage à Manama, Herzog et son épouse Michal ont été accueillis par le ministre bahreïni des Affaires étrangères, Abdullatif bin Rashid al-Zayani, et l’envoyé du Bahreïn en Israël, Khaled Yousif al-Jalahma.

Il s’est ensuite assis pour un entretien avec al-Zayani.

Le président Isaac Herzog avant sa visite à Bahreïn, le 4 décembre 2022. (Crédit : Amos Ben-Gershom/GPO)

Herzog s’est ensuite rendu au palais Al-Qudaibiya, où il a été reçu par le roi Hamed ben Issa Al Khalifa.

Une fanfare militaire a joué les hymnes nationaux des deux pays avant que les deux dirigeants n’entrent dans le palais.

Le roi Hamed a souhaité la bienvenue à Herzog en arabe, soulignant la « position ferme du Bahreïn en faveur de la réalisation d’une paix juste, globale et durable qui garantit les droits légitimes du peuple palestinien ».

Herzog a commencé sa déclaration en arabe, disant au roi Hamed « mon ami, Votre Majesté, je vous remercie de m’accueillir en tant que premier président israélien à visiter le Royaume du Bahreïn ».

Dans l’après-midi, Herzog devrait rencontrer des membres de la communauté juive locale, puis se rendre à une réunion avec le Bureau de développement économique du Bahreïn.

Lundi, le président s’envolera pour Abou Dhabi afin de rencontrer son homologue émirati Mohammed ben Zayed Al-Nahyane, le dirigeant d’Abou Dhabi connu sous le nom familier de MBZ. Il assistera également au débat spatial d’Abou Dhabi, un forum sur la politique d’exploration spatiale auquel participera également le Premier ministre indien, Narendra Modi.

Le roi Salman d’Arabie saoudite, et le roi Hamed ben Issa Al Khalifa de Bahreïn lors du sommet du Conseil de coopération du Golfe à Ryad, en Arabie saoudite, le 21 avril 2016. (Crédit : Carolyn Kaster/AP)

Des représentants de l’Autorité israélienne de l’Innovation (IIA), de Start-Up Nation Central, de l’Institut israélien des exportations et d’autres responsables du commerce accompagnent le président lors de ce voyage.

La visite a lieu alors que le Golfe a connu récemment des manifestations anti-Israël, révélant le manque de soutien général à la normalisation à Bahreïn et dans les Émirats arabes unis. L’opposition à la politique officielle du gouvernement est rare dans ces deux pays dirigés par des régimes autoritaires, mais le soutien aux Accords d’Abraham y a diminué.

Avant la visite de Herzog vendredi, des manifestants ont scandé « mort à Israël » en signe de protestation contre ce voyage, à Bahreïn. Les manifestants étaient affiliés à des groupes d’opposition qui soutiennent l’Iran, selon le site d’information Ynet.

Certains portaient des pancartes à l’effigie de Herzog sur lesquelles on pouvait lire « criminel » et « vous n’êtes pas le bienvenu à Bahreïn ».

Les autorités locales ont autorisé les manifestations anti-Israël, mais n’autoriseront pas d’événements similaires lors de la visite de Herzog, selon Ynet.

Selon un média d’opposition bahreïni, les manifestants ont brûlé un drapeau israélien et ont affronté la police anti-émeute.

Jeudi, un reportage de la Douzième chaîne a indiqué que l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet avait décidé de renforcer le dispositif de sécurité de Herzog pour son voyage à la suite d’une campagne en ligne sur les réseaux sociaux menée par des militants de l’opposition du Bahreïn.

L’un des messages des activistes disait « toute normalisation est un acte de trahison. Ne venez pas ».

Au Qatar, qui accueille actuellement la Coupe du monde, certains visiteurs israéliens ont été harcelés par des locaux et d’autres ressortissants du monde arabe.

Israël a normalisé ses relations avec les Émirats arabes unis et le Bahreïn en 2020 dans le cadre des Accords d’Abraham négociés par les États-Unis. L’accord a ouvert la voie à la reprise des liens diplomatiques avec le Maroc quelques mois plus tard.

Le président Isaac Herzog rencontrant le prince héritier d’Abou Dhabi, le cheikh Mohammed ben Zayed Al-Nahyan, le 30 janvier 2022. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

En janvier, Herzog avait effectué un voyage de deux jours à Abou Dhabi et à Dubaï, dans les Émirats arabes unis.

Le mois dernier, le futur Premier ministre désigné, Benjamin Netanyahu, a téléphoné au prince héritier et Premier ministre de Bahreïn, Salmane ben Hamad Al Khalifa.

Les deux hommes ont partagé leur désir de continuer à approfondir les relations entre les deux pays, et Netanyahu a invité Al Khalifa à visiter Israël.

En octobre, une délégation de parachutistes israéliens a effectué un saut conjoint au-dessus du Bahreïn, aux côtés de soldats du pays du Golfe, des Émirats arabes unis et des États-Unis, pour marquer les deux ans de la signature des Accords d’Abraham.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.