Rechercher

Netanyahu évoque « de grandes opportunités » de coopération avec le chef du Bahreïn

Le futur Premier ministre s'engage à conserver des liens étroits avec Bahreïn et il a invité le prince héritier du royaume, son homologue, à venir en Israël, a indiqué son bureau

A gauche, le chef du parti du Likud Benjamin Netanyahu reçoit le mandat portant sur formation d'un nouveau gouvernement à la résidence du président de Jérusalem, le 13 novembre 2022 ; le prince héritier du Bahreïn Salman bin Hamad Al Khalifa rend hommage à la reine Elizabeth devant son cercueil,  à Londres, le 18 septembre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/ Flash90; Sarah Meyssonnier/ Pool via AP)
A gauche, le chef du parti du Likud Benjamin Netanyahu reçoit le mandat portant sur formation d'un nouveau gouvernement à la résidence du président de Jérusalem, le 13 novembre 2022 ; le prince héritier du Bahreïn Salman bin Hamad Al Khalifa rend hommage à la reine Elizabeth devant son cercueil, à Londres, le 18 septembre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/ Flash90; Sarah Meyssonnier/ Pool via AP)

Benjamin Netanyahu, qui devrait être le prochain Premier ministre israélien, s’est entretenu au téléphone avec Salman bin Hamad Al Khalifa, prince héritier du royaume dont il est aussi le Premier ministre, a fait savoir le bureau du chef du Likud.

« Le prince héritier du Bahreïn a fait part du désir du royaume d’élargir et d’approfondir les relations entre nos deux pays et de renforcer encore la collaboration de manière à l’amener à de nouveaux sommets », a indiqué un communiqué qui a été émis par le bureau de Netanyahu.

Selon le communiqué, Netanyahu a expliqué à son homologue bahreïni que les deux pays avaient « de grandes opportunités » en matière de coopération et qu’il espérait que la ligne directe de communication entre les deux dirigeants se maintiendrait.

Il a aussi invité Al Khalifa à venir rapidement au sein de l’État juif, a noté son bureau.

Netanyahu a eu de nombreuses conversations avec les dirigeants du monde depuis sa victoire obtenue lors des élections du 1er novembre.

Israël et Bahreïn avaient normalisé leurs relations diplomatiques en 2020, sous l’ancien gouvernement de Netanyahu, dans le cadre des Accords d’Abraham, négociés par les États-Unis, qui avaient aussi permis à l’État juif d’établir des relations diplomatiques pleines et entières avec les Émirats arabes unis. Le Maroc avait emboîté le pas à Bahreïn et aux EAU quelques mois plus tard, normalisant ses relations avec Israël.

Le président américain Donald Trump, au centre, avec, de gauche à droite, le ministre des Affaires étrangères de Bahreïn Abdullatif al-Zayani, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis Abdullah bin Zayed al-Nahyan, lors de la cérémonie de signature des accords d’Abraham sur la pelouse sud de la Maison Blanche, le 15 septembre 2020, à Washington. (Alex Brandon/AP)

Suite au scrutin du 1er novembre, Bahreïn avait indiqué que le royaume était déterminé à renforcer ses liens avec Israël alors même que le gouvernement qui va être investi à Jérusalem risque de devenir le gouvernement le plus à droite de toute l’Histoire du pays, comptant en son sein des extrémistes de droite.

L’agence de presse Reuters avait cité un conseiller diplomatique du roi du Bahreïn, Hamad bin Isa Al Khalifa, qui avait déclaré à ce moment-là que la victoire de Netanyahu était « normale » et « attendue ».

« Nous avons un accord avec Israël dans le cadre des Accords d’Abraham et nous allons nous en tenir à cela ; nous espérons que les choses continueront sur la même lancée et que nous continuerons également à développer notre partenariat », avait dit Sheikh Khalid bin Ahmed Al Khalifa.

« Nous voulons donner l’exemple, réussir ensemble et affronter toutes les menaces », avait-il ajouté.

Bahreïn et Israël œuvrent à renforcer les liens bilatéraux.

Le mois dernier, une délégation de parachutistes est allée s’entraîner à Bahreïn aux côtés de soldats de la nation du Golfe, des EAU et des États-Unis, marquant les deux ans depuis la signature des Accords d’Abraham.

Des parachutistes d’Israël, de Bahreïn et des Émirats arabes unis à Bahreïn, le 26 octobre 2022. (Capture d’écran : Twitter – Used in accordance with Clause 27a of the Copyright Law)

Au mois de février, Israël avait signé un accord technologique et de coopération scientifique avec Bahreïn – les détails de l’accord étaient restés rares – puis une convention portant sur la coopération en matière d’innovation dans le domaine médical, de la santé et de la recherche. Au mois d’août, un accord de coopération avait été conclu par des organisations israéliennes et bahreïnis dans la fintech.

Les deux pays auraient noué des liens secrets en matière de sécurité et de défense au fil des années. Ils en seraient à un stade avancé de discussion sur la finalisation d’un accord de libre-échange.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...