Rechercher

Herzog discute de la zone de prière mixte du Kotel avec des groupes réformés

Le président condamne "toutes les manifestations de violence physique et verbale" dans le contexte des récentes tensions liées au projet d'espace égalitaire sur le lieu saint

Le président Isaac Herzog rencontre des représentants des mouvements conservateurs et réformateurs dans son bureau à Jérusalem, le 1er décembre 2021. (GPO)
Le président Isaac Herzog rencontre des représentants des mouvements conservateurs et réformateurs dans son bureau à Jérusalem, le 1er décembre 2021. (GPO)

Le président Isaac Herzog a rencontré mercredi des représentants de groupes juifs réformés et conservateurs, ainsi que les Femmes du Mur, pour discuter de l’avenir de la section de prière égalitaire du Kotel.

Selon le bureau du président, Herzog « a entendu les opinions et les suggestions des différents mouvements, et a réaffirmé qu’il s’efforçait d’apaiser les tensions afin d’empêcher une haine insensée » sur le lieu saint.

Le président a condamné « toutes les manifestations de violence physique et verbale », suite aux récentes tentatives de manifestants ultra-orthodoxes d’empêcher les Femmes du Mur d’organiser les prières mensuelles au Kotel.

Il a également déclaré que le Kotel « est un lieu saint vers lequel tout le peuple juif se tourne, en Israël et dans le monde entier, et qu’il est nécessaire de faire preuve de responsabilité, de retenue et de s’efforcer de trouver des moyens pour que toutes les parties de notre nation, en Israël et en Diaspora, puissent avancer pacifiquement. »

Les députés de la coalition Gilad Kariv, du parti travailliste, et Alon Tal, du parti Kahol Lavan, ont assisté à la réunion, ainsi que d’autres responsables.

Kariv, rabbin réformé et ancien chef du mouvement réformé israélien, a déclaré qu’il était « impatient de mettre en œuvre le plan du Kotel, qui permettra à chaque Juif d’Israël et de la diaspora de prier sur le site ».

Il a ajouté que les groupes « ne seront pas captifs de Netanyahu » et iront de l’avant avec le plan.

Capture d’écran de la vidéo d’un rouleau de Torah apporté par le député travailliste Gilad Kariv au Mur occidental pour être utilisé par un groupe de prière féminin, le 14 avril 2021. (Israel Hayom)

En 2016, le gouvernement de l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu a approuvé un accord de compromis visant à créer un pavillon de prière pluraliste permanent au Kotel, les représentants des courants non orthodoxes du judaïsme partageant un rôle de supervision, après des années de négociations entre Israël et les dirigeants de la diaspora. Mais un an plus tard, le Premier ministre de l’époque a cédé à la pression de ses partenaires de coalition ultra-orthodoxes et a gelé l’accord pour une durée indéterminée.

Le Premier ministre Naftali Bennett n’a pas approuvé publiquement l’accord, mais des membres de son gouvernement ont indiqué qu’un compromis était en préparation.

Au cours du week-end, cependant, le ministre des Affaires religieuses Matan Kahana a semblé abandonner son soutien à un accord de compromis de 2016 visant à construire la place mixte pour la prière non orthodoxe au Kotel.

S’adressant à la chaîne publique Kan, Kahana a déclaré que la « grande majorité » des Juifs d’Israël sont orthodoxes et qu’il ne serait donc pas juste de donner le contrôle d’une partie du Kotel à des mouvements minoritaires.

« Je pense que nous devons mettre fin aux désaccords qui entourent le Kotel, sans céder un quelconque contrôle à des dénominations qui représentent une très petite minorité de Juifs », a déclaré Kahana, membre du parti Yamina de Bennett.

Des membres du mouvement des Femmes du Mur tiennent des prières de Rosh Hodesh au Kotel à Jérusalem, le 5 novembre 2021. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Le plan original comprend trois dispositions clés : une entrée commune à la place principale du Kotel et à l’espace de prière égalitaire ; un nouveau pavillon permanent agrandissant considérablement la modeste plate-forme de prière existante, qui sert de site pour la prière pluraliste depuis 2000 ans ; et, peut-être le plus controversé, un conseil conjoint comprenant des représentants des courants libéraux du judaïsme et des fonctionnaires du gouvernement qui serait chargé de superviser le site.

La petite plate-forme actuellement utilisée pour les offices de prière pluralistes est située dans le parc archéologique de Davidson, dans une zone appelée l’Arche de Robinson. Elle est hors de vue de l’actuelle place de prière orthodoxe traditionnelle, dont elle est séparée par la rampe menant à la porte des Maghrébins, qui est la seule entrée du mont du Temple pour les non-musulmans.

Dans une interview accordée au Times of Israel le mois dernier, M. Kahana, qui est orthodoxe et qui a proposé diverses réformes religieuses de grande envergure sur la casheroute, a approuvé le cadre de 2016. « Nous devons examiner à nouveau [la relance] de cet arrangement, qui a été largement accepté, et mettre fin à tous ces conflits », avait-il déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...