Rechercher

Heurts entre étudiants dans une université à Téhéran – médias iraniens

Des étudiantes sont entrées dans le réfectoire réservé aux hommes après avoir enlevé leur voile, enfreignant la loi sur la ségrégation hommes/femmes dans certains espaces publics

Des étudiants iraniens tiennent un sit-in de protestation à l'université de Téhéran, le 23 octobre 2022. (Capture d'écran/Twitter : utilisé conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Des étudiants iraniens tiennent un sit-in de protestation à l'université de Téhéran, le 23 octobre 2022. (Capture d'écran/Twitter : utilisé conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Des heurts ont éclaté dimanche entre des groupes d’étudiants dans un établissement universitaire réputé de Téhéran, ont rapporté des médias locaux, alors que l’Iran est secoué par des manifestations provoquées par la mort de Mahsa Amini.

Ces protestations ont été déclenchées par le décès de la jeune Kurde iranienne le 16 septembre, trois jours après son arrestation à Téhéran par la police des moeurs, qui lui reprochait d’avoir enfreint le code vestimentaire strict de la République islamique.

Des dizaines de personnes, principalement des manifestants mais aussi des membres des forces de sécurité, ont été tuées lors de ces protestations. Des centaines d’autres, dont des femmes, ont été arrêtées.

Le prestigieux établissement universitaire Sharif University of Technology, où des heurts ont eu lieu dimanche, avait décidé au cours du mois d’octobre de dispenser ses cours en ligne, après des accrochages entre des étudiants et les forces de sécurité.

Samedi, à la reprise des cours en présentiel, « plusieurs étudiantes sont entrées dans la salle à manger réservée aux hommes » après avoir enlevé leur voile, enfreignant ainsi les lois iraniennes sur la ségrégation entre hommes et femmes dans certains espaces publics ainsi que l’obligation du port du voile pour les femmes, selon l’agence Tasnim News.

Dimanche, un groupe d’étudiants « a organisé un rassemblement pour protester contre les insultes et les profanations qui ont eu lieu à l’université », poursuit l’agence.

Ces étudiants, agitant le drapeau iranien, ont appelé l’administration de l’université « à intervenir face à l’anarchie et la violation des normes ».

Un autre groupe « a crié des slogans grossiers, a détruit une porte et une fenêtre avant de les jeter sur les étudiants qui se trouvaient dans la salle (…) blessant certains étudiants et des membres du personnel universitaire de sécurité », selon l’agence.

Tasnim a publié une courte vidéo montrant prétendument des étudiants donnant des coups de pied dans une porte, tandis que d’autres la bloquaient de l’intérieur.

L’université a indiqué dimanche avoir empêché « un petit nombre d’étudiants » impliqués dans ces incidents d’accéder à l’établissement, a rapporté un média local.

Ces derniers ont été « temporairement interdits de se rendre à l’université, pour leur propre bien et celui de l’établissement », selon un communiqué cité par le quotidien Shargh.

Le 2 octobre, la police antiémeute avait dispersé près de 200 étudiants rassemblés à la Sharif University of Technology en criant des slogans contre les autorités iraniennes, selon l’agence d’information Mehr.

Les policiers ont utilisé du gaz lacrymogène, des paintballs ainsi que des armes à billes d’acier non létales.

Le vice-ministre de l’Intérieur iranien, Majid Mirahmadi, a affirmé samedi que les « émeutes » ayant suivi la mort de Mahsa Amini en Iran connaissaient leurs « derniers jours ».

« Il y a quelques rassemblements dans des universités, avec de moins en moins de gens. Les émeutes connaissent leurs derniers jours », a déclaré le vice-ministre, cité par l’agence officielle Irna.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...