Israël en guerre - Jour 191

Rechercher

Heurts entre résidents d’implantations et Palestiniens près de Homesh

Les deux camps présentent des versions contradictoires des événements survenus près de la yeshiva improvisée qui a été transférée illégalement avec l'approbation des ministres

Capture d'écran d'une vidéo tournée dans le village de Burqa, en Cisjordanie, montrant un incendie déclenché lors d'affrontements entre Palestiniens et partisans extrémistes du mouvement pro-implantations, le 24 mai 2023. (Capture d'écran : Twitter. Used in accordance with Clause 27a of the Copyright Law)
Capture d'écran d'une vidéo tournée dans le village de Burqa, en Cisjordanie, montrant un incendie déclenché lors d'affrontements entre Palestiniens et partisans extrémistes du mouvement pro-implantations, le 24 mai 2023. (Capture d'écran : Twitter. Used in accordance with Clause 27a of the Copyright Law)

Des Israéliens et des Palestiniens se sont affrontés mercredi soir à proximité d’un nouvel avant-poste illégal établi par Israël dans le nord de la Cisjordanie.

Les médias palestiniens ont d’abord rapporté que des résidents d’implantations avaient attaqué des maisons dans le village de Burqa, adjacent à l’avant-poste de Homesh. Peu après, un porte-parole de Homesh a publié un communiqué indiquant que des « dizaines » de Palestiniens s’étaient dirigés vers l’implantation, avaient jeté des pierres sur les soldats de Tsahal et les résidents d’implantations présents, et avaient allumé des feux à proximité.

Le communiqué de Homesh ajoute que les soldats ont forcé les Palestiniens à retourner à Burqa.

L’armée israélienne n’a pas publié son propre communiqué sur l’incident.

Le nouvel avant-poste consiste en une yeshiva de fortune qui a été transférée illégalement dans la nuit de dimanche à lundi d’un terrain palestinien privé situé au sommet d’une colline adjacente. Ce transfert était nécessaire pour permettre au gouvernement de légaliser Homesh, malgré les pressions exercées depuis longtemps par le mouvement pro-implantation. Aucun permis de construire n’a été délivré pour le transfert, et les services de sécurité ont exprimé leur opposition, craignant que l’officialisation de la présence des résidents d’implantations dans la zone sensible ne conduise à de nouvelles frictions avec les Palestiniens.

Cependant, la recommandation de Tsahal a été rejetée par le ministre de la Défense Yoav Gallant et le ministre des Finances Bezalel Smotrich – un ministre délégué chargé des implantations au sein du ministère de la Défense- et a ordonné à l’armée d’autoriser le transfert des bâtiments.

Le chef du Conseil régional de Samarie, Yossi Dagan, à gauche, visite la nouvelle yeshiva de Homesh, le 29 mai 2023. (Crédit : Roi Hadi)

Plusieurs affrontements entre Israéliens et Palestiniens ont eu lieu dans les jours qui ont suivi.

Mardi soir, des résidents d’implantation ont lancé des pierres sur le village de Jalud, blessant légèrement sept Palestiniens et endommageant trois maisons, selon le quotidien Haaretz. L’armée est arrivée sur les lieux et a utilisé des mesures anti-émeutes contre les Palestiniens. Aucune arrestation d’Israéliens n’a eu lieu, comme c’est généralement le cas dans les cas de violences commises par des résidents d’implantations.

Mercredi également, des soldats de Tsahal ont été filmés en train d’enlever un drapeau palestinien du village palestinien d’Umm al-Kheir dans le sud de la Cisjordanie, suscitant la critique de l’ancien député Meretz Mossi Raz, qui a tweeté : « Il n’y a pas de démocratie sous occupation. Aucune démocratie ne devrait lutter contre les drapeaux ».

Le transfert de Homesh a été sévèrement critiqué par le département d’État américain, qui a publié une déclaration séparée vendredi exprimant son inquiétude face à une « tendance croissante à la violence extrémiste des résidents des implantations », tout en condamnant également une tentative récente d’un Palestinien de poignarder un Israélien dans le sud de la Cisjordanie.

Depuis le début de l’année, les attaques palestiniennes en Israël et en Cisjordanie ont fait 20 morts et plusieurs blessés graves.

Au moins 114 Palestiniens de Cisjordanie ont été tués au cours de cette période, dont l’auteur présumé de l’attentat de vendredi. La plupart d’entre eux ont été tués alors qu’ils menaient des attaques ou lors d’affrontements avec les forces de sécurité, mais certains étaient des civils non impliqués ou ont été tués dans des circonstances qui font l’objet d’une enquête.

Jeremy Sharon, Emanuel Fabian et Jacob Magid ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.