Holon: d’autres bâtiments sont à risque, les habitants doivent informer la ville
Rechercher

Holon: d’autres bâtiments sont à risque, les habitants doivent informer la ville

"C'est votre propriété", dit l'architecte de la ville ; l'effondrement serait dû à la rupture d'une colonne centrale ; la municipalité doit financer les nouveaux appartements

Le contrôleur d'État Matanyahu Englman (au centre) se rend sur les lieux de l'effondrement d'un immeuble résidentiel dans la ville centrale de Holon, le 13 septembre 2021. (Crédit 
: Avshalom Sassoni/Flash90)
Le contrôleur d'État Matanyahu Englman (au centre) se rend sur les lieux de l'effondrement d'un immeuble résidentiel dans la ville centrale de Holon, le 13 septembre 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

L’architecte de la ville de Holon a exhorté lundi les habitants à inspecter leurs bâtiments et à alerter la ville en cas de problème, après l’effondrement spectaculaire d’un immeuble de 32 familles quelques heures seulement après son évacuation.

S’exprimant sur Radio Israël, Aviad Mor, qui est également ingénieur municipal par intérim, a déclaré que la municipalité ne prévoyait pas de procéder à des inspections à grande échelle, même si d’autres bâtiments risquaient de s’effondrer, et qu’il incombait aux habitants de déterminer s’il y avait un problème.

« La ville n’inspectera pas les bâtiments voisins, à moins qu’il n’y ait une demande spécifique des résidents », a déclaré Mor. « Les ressources pour les inspections régulières des bâtiments dangereux étant limitées, la coopération des résidents s’avère primordiale. »

« Je veux attirer l’attention des citoyens – il s’agit de votre propriété », a déclaré Mor, comparant cela aux contrôles techniques annuels des véhicules.

La politique de la ville intervient en dépit de l’appel lancé par le contrôleur de l’État Matanyahu Englman en faveur de l’élaboration d’un plan global pour faire face au risque de nouveaux effondrements : « Cela doit être un signal d’alarme pour nous », a déclaré Englman, qui a visité le site lundi. « Il y a beaucoup de bâtiments dangereux et nous devons trouver des solutions ».

Les décombres de l’effondrement d’un immeuble résidentiel dans la ville centrale de Holon, le 13 septembre 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Mor a déclaré que l’effondrement du bâtiment était dû à la défaillance apparente d’une colonne de soutien centrale et a fait remarquer que le bâtiment avait été construit il y a plusieurs décennies.

Les premiers intervenants ont été appelés samedi après que des résidents ont déclaré avoir entendu le bruit d’une explosion. Des images ont montré des fissures sur les murs de l’immeuble et la police a déclaré que les résidents étaient incapables d’ouvrir les portes d’entrée de leurs appartements.

La décision d’évacuer le bâtiment a été prise en coordination avec des ingénieurs professionnels, a déclaré la police à l’époque. Des agents ont fermé la rue devant le bâtiment et la police a exhorté les gens à rester à l’écart.

Le lendemain, le bâtiment de la rue Serlin, dans le centre d’Israël, s’est effondré dans l’après-midi, 30 heures seulement après l’évacuation des 32 familles qui l’occupaient. L’immeuble s’est effondré tout seul, ce qui montre à quel point la situation a frôlé une catastrophe de masse, qui n’est pas sans rappeler l’effondrement en juin d’une tour d’habitation en Floride, qui a tué 98 personnes.

Malgré le manque de ressources de la ville, Mor a déclaré que Holon aiderait à financer la reconstruction du bâtiment.

« Nous agissons sur ordre du maire pour aller de l’avant avec un plan ad hoc de démolition et de reconstruction, financé par la municipalité », a déclaré Mor. « Avec les outils dont nous disposons, nous ferons la planification, et notre expertise et nos compétences, nous nous chargerons d’accélérer la planification. »

Mor a également répondu aux plaintes des résidents évacués selon lesquelles la ville ne faisait pas assez pour les aider après qu’ils ont perdu tous leurs biens.

« Nous donnons aux résidents tout ce que nous pouvons, conformément à la loi, en tant que première réponse », a-t-il déclaré. La ville a annoncé qu’elle donnait à chaque famille une aide initiale immédiate de 5 000 shekels.

Des fissures sont visibles sur le côté d’un immeuble d’habitation à Holon qui a été évacué par crainte qu’il ne s’effondre, le 11 septembre 2021. (Crédit : Services d’incendie et de secours)

Mais les habitants ont déclaré que ce n’était pas suffisant.

« Nous demandons au maire de nous aider. Nous sommes des familles laissées sans rien, sans abri », a déclaré Hagit Levin, une habitante, au site d’information Ynet. Elle a déclaré qu’elle et sa fille dormaient désormais sur le canapé de son frère.

« Combien de temps pouvons-nous rester comme ça ? On ne sait pas combien de temps il faudra avant qu’il y ait une solution », a-t-elle dit. « Nous ne savons pas quoi faire. »

Un autre résident, Naor Navon, marié et père de deux enfants, a déclaré : « Nous regardons ces ruines et comprenons que nos vies se sont effondrées avec les souvenirs de notre maison et les objets. Nous avons été abandonnés dans la rue et nous n’avons nulle part où aller. »

En attendant, Navon et sa famille sont hébergés dans un hôtel.

« La municipalité nous a fourni une solution honteuse, ils ont ouvert un centre communautaire avec des matelas sur le sol et des sacs de couchage, là ils attendent de 32 familles qu’elles vivent sans douche et avec un seul WC ? C’est une honte », a-t-il déclaré. « Nous ne savons pas ce qui va se passer et quand nous aurons à nouveau une maison. »

Une autre résidente, identifiée comme Chen, a déclaré au radiodiffuseur public Kan que parmi les résidents évacués se trouvaient des survivants de la Shoah, un malade atteint du cancer et une mère avec un bébé d’un mois.

« Nous n’avons aucune idée de comment cela s’est produit, nous ne savons rien », a déclaré à la Douzième chaîne Moran Konfino, une résidente qui a vécu dans l’immeuble pendant 15 ans.

Moran Konfino, résidente de l’immeuble de Holon qui s’est effondré le 12 septembre 2021. (Crédit : Douzième chaîne)

« S’ils pouvaient au moins nous dire quelque chose, mais ils ne disent
rien », a-t-elle ajouté. « Nous sommes dans le noir. Pourquoi ne nous dit-on rien ? Que se passe-t-il ici ? »

Konfino, mère de deux enfants, a déclaré : « On m’a laissée sans rien. Heureusement, je suis en vie, mais toute ma vie était dans cette maison. Toutes les photos des enfants. Je n’ai aucun moyen de récupérer cela ».

Le lieu de l’effondrement d’un immeuble d’habitation à Holon le 12 septembre 2021. (Crédit : Services d’incendie et de secours)

La municipalité de Holon a déclaré dans un communiqué que les travailleurs sociaux municipaux s’étaient occupés des familles pendant la journée, leur fournissant à boire et à manger.

« La plupart des familles ont été évacuées chez des proches et les autres se sont vu proposer de déménager dans un appartement d’un hôtel à prix réduit ou dans une installation temporaire que la municipalité a ouverte dans l’un des centres communautaires », a-t-elle précisé.

Ces options ont été proposées afin d’assurer « une prise en charge initiale jusqu’à ce que leur logement soit organisé », a précisé la municipalité.
« Tout en comprenant parfaitement la situation compliquée des résidents, la municipalité ne peut pas fournir des appartements résidentiels ou financer des séjours dans des hôtels. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...