Rechercher

Horowitz : Israël pourrait lever les interdictions de voyages la semaine prochaine

La fermeture des frontières est inutile dès lors qu'Omicron se propage, dit le ministre ; la quarantaine pourrait être supprimée pour les vaccinés

Le ministre de la Santé Nitzan Horowitz en conférence de presse, le 23 novembre 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
Le ministre de la Santé Nitzan Horowitz en conférence de presse, le 23 novembre 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Malgré la propagation rapide de la souche Omicron dans tout le pays et la recrudescence de l’épidémie de COVID-19, le ministre de la Santé, Nitzan Horowitz, a déclaré dimanche soir qu’Israël lèverait normalement bientôt de nombreuses restrictions sur le trafic aérien à destination et en provenance du pays qui avaient été imposées pour ralentir l’arrivée de la nouvelle souche.

« Dès lors que les infections se propagent, il ne sert à rien d’empêcher l’entrée de l’étranger », a déclaré Horowitz à Kan. « L’ouverture du ciel [d’Israël] ne prendra pas beaucoup de temps, peut-être la semaine prochaine. »

Plus tôt dimanche, un groupe d’experts conseillant le gouvernement avait appelé à supprimer la liste des pays vers lesquels les Israéliens sont interdits de voyage. Les experts ont déclaré que dans deux semaines, les infections Omicron dépasseraient les cas Delta dans la plupart des pays du monde, ce qui rendrait obsolète la liste des pays dits « rouges » où les taux d’infection sont élevés.

Fin novembre, Israël a fermé ses frontières aux ressortissants étrangers pour tenter de juguler le variant, et a depuis étendu sa liste de pays « rouges ». Près de 70 pays ont déjà été jugés à haut risque par Israël, dont les États-Unis, la Turquie et la plupart des pays d’Europe et d’Afrique.

Des voyageurs à l’aéroport international Ben Gurion, le 19 décembre 2021. (Crédit : Flash90)

Le ministère de la Santé a déclaré samedi que la grande majorité des 1 118 infections confirmées par Omicron en Israël ont été détectées chez des voyageurs revenant de l’étranger. Il est interdit aux citoyens israéliens de se rendre dans les pays à haut risque, sauf s’ils obtiennent une autorisation spéciale d’une commission de dérogations controversée.

Dans son interview de dimanche, Horowitz a également déclaré que le ministère de la Santé et le gouvernement discutaient de la possibilité d’annuler l’actuelle quarantaine obligatoire pour les personnes vaccinées qui entrent en contact avec un patient confirmé atteint d’Omicron.

Kan et la Douzième chaîne ont tous deux cité des experts de la santé qui estiment que si les règles actuelles en la matière restent en vigueur, des centaines de milliers d’Israéliens seront isolés en quelques semaines, ce qui équivaut à un « confinement de facto ».

Dimanche, quelque 85 000 Israéliens étaient en quarantaine, dont le Premier ministre Naftali Bennett. Les chaînes de télévision ont cité des experts affirmant que ce chiffre doublera probablement d’ici une semaine, et que dans deux ou trois semaines, il pourrait atteindre 600 000 à 800 000 personnes.

Un infirmier prélève un échantillon par écouvillonnage sur une femme dans un centre de test COVID-19 à Jérusalem, le 29 novembre 2021. (AHMAD GHARABLI / AFP)

Bien que les premières études suggèrent qu’Omicron ne produise pas de symptômes aussi graves que le variant Delta, moins transmissible, les experts israéliens estiment qu’en raison de la vitesse à laquelle le virus se propage dans le pays, le nombre de cas risque de peser sur les hôpitaux.

Les autorités se préparent à un scénario possible dans lequel 50 % de la main-d’œuvre du pays serait bientôt en quarantaine, craignant des pénuries de biens et de services vitaux.

« Nous ne voulons pas parvenir à un confinement de facto par le biais de la quarantaine », a déclaré la Douzième chaîne, citant les propos d’un haut fonctionnaire du ministère de la Santé dont l’identité n’a pas été révélée.

Kan a indiqué que plusieurs options étaient à l’étude, notamment l’abandon de l’obligation de quarantaine pour les personnes récemment vaccinées, ou la réduction de la quarantaine à trois jours ou jusqu’à ce que le test soit négatif.

Illustration : Des étudiants reçoivent des injections de vaccin COVID-19, au lycée Amal dans la ville méridionale de Beersheba, le 17 mars 2021. (Flash90)

Selon la Douzième chaîne, le ministère de la Santé va recommander de supprimer complètement la quarantaine pour les personnes vaccinées, et cette question devrait être soulevée lors d’une réunion lundi avec Bennett. Le reportage indique que la mesure devrait entrer en vigueur dans les 7 à 10 jours.

Itamar Grotto, l’ancien directeur adjoint du ministère de la Santé, a suggéré dimanche qu’il pourrait être avantageux pour les Israéliens d’être infectés par la variante Omicron.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...