Rechercher

Hossein Salami : L’Iran a « gagné en puissance » pour affronter les États-Unis

Le chef des Gardiens de la révolution qualifie l'Amérique de "fuyante et déprimée", en référence apparente à l'Afghanistan, et qualifie Israël de "petite puissance"

Le commandant des Gardiens de la révolution iraniens, le général de division Hossein Salami, s'exprime au musée de la Révolution islamique et de la Sainte Défense de Téhéran, lors du dévoilement d'une exposition de ce que l'Iran dit être des drones américains et autres capturés sur son territoire, le 21 septembre 2019. (Atta Kenare/AFP)
Le commandant des Gardiens de la révolution iraniens, le général de division Hossein Salami, s'exprime au musée de la Révolution islamique et de la Sainte Défense de Téhéran, lors du dévoilement d'une exposition de ce que l'Iran dit être des drones américains et autres capturés sur son territoire, le 21 septembre 2019. (Atta Kenare/AFP)

L’Iran a « gagné en puissance » pour affronter les États-Unis, a déclaré mardi le commandant du Corps des gardiens de la révolution islamique (IRGC), tout en écartant le poids régional d’Israël.

« Nous avons gagné en puissance pour vaincre les États-Unis. Lorsque nous construisons une puissance pour le plus grand empire militaire de l’humanité, à savoir les États-Unis, les petites puissances comme le régime sioniste ne sont plus prises en compte dans nos équations », a déclaré le général Hossein Salami, cité par l’agence de presse Fars.

Il a affirmé que l’Iran ne voyait plus les États-Unis comme une menace après le retrait de leurs forces de la région, dans une référence apparente au récent retrait chaotique des forces américaines d’Afghanistan.

« Nous sommes témoins d’un échec, d’une fuite et d’une dépression des Etats-Unis », a-t-il déclaré.

M. Salami a également affirmé que l’Iran a réussi à résister aux sanctions américaines. « À l’intérieur de notre propre pays, malgré toutes les pressions naturelles ou imposées, la nation iranienne s’est engagée dans la résistance », a-t-il déclaré.

Le chef de l’IRGC a déjà fait des remarques similaires sur le prétendu déclin américain et a émis des menaces contre les États-Unis et Israël.

Sa dernière menace intervient alors que l’Iran a annoncé la reprise prévue des discussions sur le rétablissement de l’accord de 2015 sur son programme nucléaire, dont l’ancien président américain Donald Trump a retiré l’Amérique en 2018 tout en réimposant des sanctions à Téhéran.

Plus tôt cette année, Salami a déclaré que l’Iran n’avait pas besoin de l’accord nucléaire et devrait plutôt se concentrer sur la résistance aux sanctions.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...