HRW alerte sur la vie « excessivement difficile » des handicapés à Gaza
Rechercher

HRW alerte sur la vie « excessivement difficile » des handicapés à Gaza

L'organisation de défense des droits humains a souligné l'échec du Hamas à pallier au manque d'infrastructures et à lutter contre une stigmatisation répandue

Des soignants palestiniens portent des masques de protection et se préparent à soigner et isoler des patients du coronavirus, dans la cour d'une école de l'UNRWA, à Gaza, le 18 mars 2020. (Crédit : MAHMUD HAMS / AFP)
Des soignants palestiniens portent des masques de protection et se préparent à soigner et isoler des patients du coronavirus, dans la cour d'une école de l'UNRWA, à Gaza, le 18 mars 2020. (Crédit : MAHMUD HAMS / AFP)

Les personnes invalides mènent une vie « excessivement difficile » dans la bande de Gaza à cause de restrictions israéliennes et du manque d’assistance de la part du Hamas, le groupe terroriste au pouvoir, a alerté jeudi Human Rights Watch à l’occasion de la journée mondiale des personnes handicapées.

Deux millions de Palestiniens vivent dans l’enclave coincée entre Israël, l’Egypte et la mer Méditerranée et minée par la pauvreté et les conflits.

L’enclave est soumise depuis plus de dix ans au contrôle du groupe terroriste palestinien, entraînant de sévères restrictions israéliennes pour éviter tout détournement de matériel à des fins terroristes.

D’après HRW, les personnes en situation de handicap souffrent particulièrement de ses restrictions.

« Plus d’une décennie de restrictions israéliennes ont privé les personnes handicapées de Gaza de leur liberté de mouvement et souvent de l’accès aux appareils, à l’électricité et à la technologie dont elles ont besoin pour communiquer ou sortir de chez elles », s’est alarmée jeudi Emina Ćerimović, chercheuse spécialisée en droits des personnes handicapées à HRW.

L’organisation de défense des droits humains souligne l’impact des coupures d’électricité récurrentes sur les handicapés qui ont besoin de lumière pour communiquer par langue des signes, ou d’ascenseurs ou scooters électriques pour se déplacer.

Des enfants palestiniens chez eux en train de lire des livres à la lumière des bougies en raison d’une pénurie d’électricité dans la ville de Gaza, le 13 juin 2017. (AFP / THOMAS COEX)

Elle souligne aussi les restrictions imposées par Israël sur les importations de Gaza qui empêchent les handicapés de se procurer l’équipement médical nécessaire.

Les restrictions israéliennes, « en plus de l’échec des autorités du Hamas à pallier au manque d’infrastructures (pour handicapés) à Gaza et à lutter contre une stigmatisation répandue, contribue à rendre la vie de nombreux invalides à Gaza excessivement difficile », a ajouté Mme. Ćerimović dans un communiqué, notant par exemple le manque de rampes d’accès ou d’ascenseurs dans de nombreux bâtiments de l’enclave.

Promue par l’ONU, la journée internationale des personnes handicapées est célébrée chaque 3 décembre depuis 1992.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...