Rechercher

Il y a 80 ans, les nazis inventaient le « meurtre industriel » à Chelmno

Dans un petit village polonais près de Lodz, les SS ont découvert comment intensifier le génocide juif et cacher les preuves de leurs crimes en incinérant les dépouilles

Enfants juifs déportés du ghetto de Lodz vers le camp de la mort de Chelmno, en Pologne occupée par les nazis (Crédit : domaine public).
Enfants juifs déportés du ghetto de Lodz vers le camp de la mort de Chelmno, en Pologne occupée par les nazis (Crédit : domaine public).

Lorsque le camp de la mort nazi de Chelmno a commencé à fonctionner il y a 80 ans ce mois-ci, une nouvelle phase de la Shoah a été lancée dans ce petit village polonais, situé le long de la Vistule.

À Chelmno, où vivaient 35 familles, les SS allemands ont mis au point, des méthodes de meurtre de masse, qui ont ensuite été déployées dans les camps de la mort, notamment à Auschwitz-Birkenau. Connu sous le nom de Kulmhof en allemand, le site de mise à mort a également été le théâtre d’expériences d’élimination des cadavres à l’échelle industrielle.

Dans le Reichsgau – ou subdivision administrative créée par les nazis – de Warthegau, qui entourait Chelmno et comprenait la ville industrielle de Lodz, les Allemands se livraient à des jeux de dupes élaborés pour tromper les victimes et les passants. Ils ont notamment diffusé des messages contradictoires et forcé les victimes à envoyer des cartes postales avec de fausses destinations.

« Les SS ont dissimulé la destination des Juifs », a déclaré l’historien Nicholas Terry, maître de conférences en Histoire à l’université d’Exeter. « Le thème de la tromperie et du secret nous permet de voir ce que cela signifiait pour les auteurs, les spectateurs et les victimes. »

Monuments commémoratifs de l’ancien « camp forestier » de Chelmno, où les victimes ont été enterrées puis incinérées, 2017 (Crédit : Elan Kawesch/The Times of Israel).

Les premiers Juifs gazés à Chelmno ont été déportés des ghettos de province au début du mois de décembre 1941. Pendant de nombreux mois en 1942, la plupart des Juifs des 57 ghettos de la région de Warthegau ont cru que les déportés étaient destinés au travail et à la réinstallation.

Parmi les camps de la mort nazis, Chelmno a été le premier à utiliser le gaz. À l’intérieur de « camionnettes mobiles d’extermination » spécialement conçues, les gaz d’échappement des véhicules étaient acheminés dans un compartiment scellé où étaient entassées jusqu’à 50 victimes. Au moins 172 000 Juifs ont été assassinés à Chelmno au cours des deux périodes d’activité du camp, ainsi que 5 000 Roms et Sintis.

Pour confondre le monde extérieur ainsi que les Juifs emprisonnés dans les ghettos de la région, certains transports étaient envoyés dans les deux sens entre – par exemple – l’Allemagne, Lodz et des endroits à l’est de Lodz, camouflant Chelmno comme la véritable destination.

« Ces rapports sur la réinstallation des Juifs ont été largement crus en dehors de l’Europe », a déclaré Terry. « Et à la fin de la guerre, on espérait en dépit de tout que plus de Juifs avaient survécu ».

Des enquêteurs spécialisés dans les crimes de guerre examinent un fourgon de déménagement incendié près de Chelmno, du type utilisé par les SS pour assassiner les gens (Crédit : domaine public).

La stratégie allemande consistant à « jouer avec le monde extérieur » a inévitablement conduit à des degrés d’ « aveuglement » chez les victimes et les spectateurs, a déclaré Terry.

Par exemple, ce n’est qu’après que les Allemands ont exigé que le conseil juif du ghetto de Lodz leur remette des milliers d’enfants en vue de leur déportation, que la plupart des Juifs ont compris que la « réinstallation » signifiait la mort.

« L’incertitude n’a pas été autant soulignée, en termes de réactions de la part des témoins », a déclaré Terry, ajoutant que Chelmno a été « éclipsé » en général.

« C’est l’un des sites de tuerie les mieux documentés », a déclaré Terry, citant notamment des documents allemands sur les matériaux utilisés pour fabriquer les « fours de campagne » qui incinéraient les cadavres. Il existe également « une multiplicité » de récits de témoins oculaires de gazages à Chelmno, a ajouté Terry, dont celui d’un prisonnier juif qui s’est échappé du camp de la mort en 1942 et s’est réfugié à Varsovie.

Un « pionnier absolu »

À Chelmno, les Juifs étaient emmenés dans un château délabré et accueillis dans la cour par le « châtelain ».

Juifs en route pour le camp de la mort de Chelmno depuis Kolo, où ils ont été transférés dans un train et des wagons à voie étroite (Crédit : domaine public)

Pour la première fois dans la Shoah, on leur a dit qu’ils devaient prendre des douches désinfectantes avant la prochaine étape du voyage. Après avoir été forcées de traverser un couloir étroit au sous-sol, les victimes ont été entassées dans ce qui semblait être une petite pièce.

Avant que les gens aient eu le temps de réagir, le wagon était scellé et le moteur démarrait. Après un trajet de 20 minutes à travers la ville jusqu’au « camp de la forêt », les victimes asphyxiées étaient déchargées et enterrées par des prisonniers juifs, (kapos). Toutes les quelques semaines, l’équipe de prisonniers était exécutée pour garantir le secret.

« Le rôle joué par Chelmno dans la Shoah a été déterminant », a déclaré le chercheur Chris Webb au Times of Israel. « Par exemple, le premier commandant du camp, Herbert Lange, était un pionnier absolu dans le développement des fourgons à gaz ».

Historien amateur, M. Webb a effectué des recherches sur Chelmno et les trois camps de la mort de l’Aktion Reinhard (opération Reinhard) – Belzec, Sobibor et Treblinka – pendant plus de 40 ans. Il a notamment publié The Chelmno Death Camp, en collaboration avec le regretté Artur Hojan.

« La seule différence entre Chelmno et les camps de l’Aktion Reinhard est que Chelmno utilisait des fourgons au lieu de chambres à gaz statiques », a déclaré Webb.

Des soldats allemands aident à déporter des Juifs du ghetto de Zychlin vers le camp de la mort de Chelmno (Crédit : domaine public)

Après que les trois camps Reinhard ont dépassé la capacité de meurtre de Chelmno au cours de l’été 1942, les officiers SS ont réinventé le centre de mise à mort basé dans le village avec une nouvelle tâche : L’Allemagne ne gagnerait peut-être pas la guerre, aussi les preuves de la Solution finale – en particulier les cadavres – devaient-elles être exhumées et détruites dans les camps de la mort et les centaines de fosses communes d’Europe de l’Est.

À Chelmno, Paul Blobel, un SS, a mené des expériences horribles avec des lance-flammes et des bombes incendiaires. Il a finalement choisi d’utiliser des rails de chemin de fer empilés avec des couches de cadavres et de bois de chauffage. Méthodiquement, Blobel a créé des « crématoires improvisés », plus sophistiqués que ceux des camps Reinhard, selon Terry.

Travailler pour le Führer

Chelmno est sans doute le camp de la mort le plus obscur, mais il y a plus de traces physiques de la Shoah, dans le village que dans la plupart des sites de mise à mort, selon les experts.

Manoir « Schloss » transformé en partie du camp de la mort de Chelmno, vu en 1939, deux ans avant que les SS ne commencent à utiliser des fourgons d’exécution mobiles sur le site (Crédit : domaine public).

« Il y a plus à voir à Chelmno qu’à Treblinka », a déclaré M. Webb, en référence au camp Aktion Reinhard où 900 000 Juifs ont été assassinés.

À Treblinka, aucune structure associée au génocide ne subsiste aujourd’hui. Il y a plusieurs décennies, 17 000 pierres de carrière ont été placées sur les fosses communes pour évoquer les communautés détruites.

Contrairement à Treblinka, Chelmno est resté en grande partie tel qu’il était pendant la guerre, y compris l’église où les victimes étaient détenues pendant la nuit lors des transports de l’été 1944 depuis Lodz. Le manoir a été détruit par les nazis en 1943, avant la deuxième phase de fonctionnement du camp, mais les fondations du sous-sol et un escalier ont été mis au jour.

Du point de vue de Terry, Chelmno est un « site spatialement diffus » avec un « processus de mise à mort en plusieurs étapes », a-t-il déclaré. « C’est presque une erreur de l’appeler un camp. C’est un site d’extermination ».

Malgré la configuration confuse de Chelmno, il était facile pour les villageois de reconstituer ce qui s’y passait, selon Terry. Au printemps 1942, les habitants ont vu des victimes tomber d’un camion à gaz renversé. Pendant des mois, des odeurs nauséabondes et de la fumée se sont échappées des bûchers de crémation du camp forestier, tandis que les gardes allemands du camp étaient logés dans des familles en ville.

Photo, prise dans le cadre d’une enquête sur les crimes de guerre, d’effets personnels de victimes juives laissés à la synagogue de Kolo, où les Juifs étaient emprisonnés pendant la nuit avant d’être transportés au camp de la mort de Chelmno (Crédit : domaine public)

Les officiers SS de Chelmno « travaillaient pour le Führer » – en langage nazi, les administrateurs anticipaient et exécutaient les ordres d’Hitler à l’avance.

Lorsqu’il s’agit de résoudre la « question juive », les dirigeants de Chelmno improvisent la transition entre les massacres en plein air à l’est et ce qui devient des camps de la mort avec des chambres à gaz fixes, un modèle plus centralisé et discret.

« A Chelmno, nous avons vu qu’il y avait un degré de décentralisation et d’improvisation dans le génocide des Juifs d’Europe », a déclaré Terry. « Les autorités régionales pouvaient improviser ou expérimenter ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...