Il y a beaucoup à apprendre du high-tech d’Israël, dit le président Sud-Africain
Rechercher

Il y a beaucoup à apprendre du high-tech d’Israël, dit le président Sud-Africain

Un mois après avoir confirmé l'intention de rétrograder l'ambassade de Tel Aviv en bureau de liaison, Cyril Ramaphosa a salué la Start-up nation avançant "à pas de géant"

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le Président sud-africain Cyril Ramaphosa lors de son discours à la Nation au Parlement, au Cap, le 7 février 2019. (Crédit : Rodger Bosch, Pool via AP)
Le Président sud-africain Cyril Ramaphosa lors de son discours à la Nation au Parlement, au Cap, le 7 février 2019. (Crédit : Rodger Bosch, Pool via AP)

Le président d’Afrique du Sud a salué, cette semaine, l’économie des start-ups israéliennes qui « avance à pas de géant », ajoutant que son pays avait beaucoup à apprendre de l’Etat juif.

S’adressant à une conférence de l’organisation Women in Business à Johannesburg, le président Cyril Ramaphosa a débattu de des « fonds de promotion », un outil dont les Israéliens, a-t-il dit, ont usé avec succès pour stimuler leur secteur technologique.

« De nombreuses manières, c’est ce qui a amené Israël à être leader dans l’espace technologique », a-t-il déclaré.

« Israël avance à pas de géant et est innovant dans un certain nombre de secteurs de l’économie, dans l’agriculture, dans le domaine maritime et dans d’autres encore. Les Israéliens ont montré qu’ils peuvent être des leaders. Et nous pouvons apprendre beaucoup de ce qu’ils font », a-t-il continué.

Les prouesses israéliennes dans l’industrie technologique sont largement reconnues mais les propos de Ramaphosa se distinguent dans la mesure où le gouvernement sud-africain jure, depuis longtemps, de rétrograder son ambassade à Tel Aviv en simple « bureau de liaison ».

« Le gouvernement reste engagé dans les modalités de rétrogradation de l’ambassade sud-africaine en Israël », avait-il dit le mois dernier encore dans une réponse écrite à une question parlementaire sur le sujet.

« Nous avons rappelé notre ambassadeur et nous avons l’intention de maintenir toutefois un bureau de liaison à Tel Aviv qui supervisera l’exécution des services consulaires et toutes les relations de type économique et commercial », avait continué Ramaphosa.

MUST WATCH: South African ???????? President Cyril Ramaphosa applauds ???????? Israel’s cutting-edge high tech economy. The…

פורסם על ידי ‏‎South African Friends of Israel‎‏ ב- יום רביעי, 6 בנובמבר 2019

Au mois de décembre 2017, le Congrès national africain – parti au pouvoir dans le pays qui est dirigé par Rampahosa – avait adopté lors de sa conférence nationale bi-annuelle une résolution appelant le gouvernement à transformer l’ambassade de Pretoria, à Ramat Gan, en bureau de liaison.

Le dernier ambassadeur sud-africain en Israël était parti au milieu de l’année 2018. Jérusalem ne s’attend pas à ce que Pretoria renvoie un remplaçant dans un proche avenir, ce qui peut être qualifié comme une rétrogradation de-facto des liens bilatéraux.

Ramaphosa a déclaré que l’approche de son gouvernement « est fondée par notre inquiétude concernant les violations continues du droit du peuple palestinien à l’auto-détermination et par le refus du gouvernement israélien d’entrer dans des négociations significatives pour trouver une résolution juste et pacifique à ce conflit ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...