Il y a plus de 40 ans, le rude combat de Simone Veil en faveur de l’IVG
Rechercher
'Il y avait tellement d'hypocrisie dans cet hémicycle rempli d'hommes'

Il y a plus de 40 ans, le rude combat de Simone Veil en faveur de l’IVG

Pendant plus de 25 heures de débats, Simone Veil affronte les insultes : Hector Rolland lui reproche “le choix d'un génocide”, Jean-Marie Daillet évoque les embryons “jetés au four crématoire”

Simone Veil, ministre de la Santé, à droite, et Alice Saunier-Seite, secrétaire d'Etat aux Universités, devant l'Elysée, à Paris, le 10 août 1977. (Crédit : AFP)
Simone Veil, ministre de la Santé, à droite, et Alice Saunier-Seite, secrétaire d'Etat aux Universités, devant l'Elysée, à Paris, le 10 août 1977. (Crédit : AFP)

Le 26 novembre 1974, à Paris, Simone Veil monte à la tribune de l’Assemblée nationale pour défendre une loi historique, la légalisation de l’avortement, sujet ultra-sensible. Elle va faire face à des adversaires déchaînés, dans un climat d’une brutalité inouïe.

« Je n’imaginais pas la haine que j’allais susciter », confie l’ex-ministre de la Santé du président français Valéry Giscard d’Estaing, décédée vendredi, dans un livre entretien avec la journaliste Annick Cojean (Les hommes aussi s’en souviennent, 2004). « Il y avait tellement d’hypocrisie dans cet hémicycle rempli essentiellement d’hommes, dont certains cherchaient en sous-main des adresses pour faire avorter leur maîtresse ou quelqu’un de leurs proches. »

Devant une assemblée qui compte 9 femmes pour 481 hommes, la ministre du gouvernement de centre-droit s’exprime d’une voix calme, un peu tendue : « Nous ne pouvons plus fermer les yeux sur les 300 000 avortements qui chaque année mutilent les femmes dans ce pays, bafouent nos lois et humilient ou traumatisent celles qui y ont recours. »

« Aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l’avortement. Il suffit de les écouter. C’est toujours un drame », assure-t-elle tout en soulignant que « l’avortement doit rester l’exception, l’ultime recours pour des situations sans issue ». Son discours d’une heure est chaleureusement applaudi par la gauche. La droite se tait, pour l’instant.

Dans les tribunes du public, ce sont les femmes qui dominent, venues en masse écouter la ministre.

Simone Veil, ministre de la Santé, défend le projet de loi autorisant l'avortement à l'Assemblée nationale française, le 26 novembre 1974. (Crédit : AFP)
Simone Veil, ministre de la Santé, défend le projet de loi autorisant l’avortement à l’Assemblée nationale française, le 26 novembre 1974. (Crédit : AFP)

‘Avortoirs, abattoirs’

Suivent plus de 25 heures de débats durant lesquels Simone Veil affronte insultes et propos de « soudards », racontera-t-elle, pendant qu’à l’extérieur des militants anti-avortement égrènent leurs chapelets. Trois jours et deux nuits de combat contre les tenants de sa propre majorité.

Michel Debré, ancien Premier ministre du général de Gaulle, voit dans ce texte « une monstrueuse erreur historique ». Deux députés de droite diffusent dans l’hémicycle, à tour de rôle, les battements d’un cœur de fœtus de quelques semaines.

L’un d’entre eux, René Feït, affirme que si le projet était adopté « il ferait chaque année deux fois plus de victimes que la bombe d’Hiroshima ». Jean Foyer, ancien Garde des Sceaux du général de Gaulle, lance : « le temps n’est pas loin où nous connaîtrons en France ces avortoirs, ces abattoirs où s’entassent des cadavres de petits hommes. »

‘Embryons jetés au four crématoire’

Simone Veil au camp d'extermination nazi d'Auschwitz-Birkenau, le 27 janvier 2005. (Crédit : Patrick Kovarik/AFP)
Simone Veil au camp d’extermination nazi d’Auschwitz-Birkenau, le 27 janvier 2005. (Crédit : Patrick Kovarik/AFP)

Le pire reste à venir : Hector Rolland reproche à Simone Veil, rescapée des camps de la mort, « le choix d’un génocide ». Jean-Marie Daillet évoque les embryons « jetés au four crématoire ». Jacques Médecin parle de « barbarie organisée et couverte par la loi comme elle le fut par les nazis ».

Après le passage de 74 orateurs, Simone Veil reprend la parole déplorant les analogies avec le racisme des nazis. Elle dira plus tard avoir ressenti « un immense mépris ».

Le 29 novembre 1974, au cœur de la nuit, la loi est votée par 284 voix contre 189. Les deux tiers des députés de la majorité votent contre le texte, adopté essentiellement grâce aux voix de gauche et centristes.

La « loi Veil », est promulguée le 17 janvier 1975, autorisant l’IVG en France pour cinq ans. L’autorisation sera rendue définitive par la loi du 31 décembre 1979.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...