Israël en guerre - Jour 225

Rechercher

« Ils sont dans la maison » : La sœur d’un garçon de 12 ans enlevé témoigne

"Mon amie m'a appelée et m'a dit : 'Hé, tu sais que le Hamas et le Jihad islamique sont dans le kibboutz ?", explique Gaya Calderon âgée de 21 ans

Ricky Ben-David est journaliste au Times of Israël

Images composites d'Erez Calderon, 12 ans, et de ses sœurs Gaya Calderon, 21 ans, et Saar Calderon, 16 ans. Erez a été vu sur une vidéo prise par des terroristes palestiniens le 7 octobre 2023. Saar Calderon et son père Ofer Calderon sont portés disparus. (Crédit : Famille Calderon)
Images composites d'Erez Calderon, 12 ans, et de ses sœurs Gaya Calderon, 21 ans, et Saar Calderon, 16 ans. Erez a été vu sur une vidéo prise par des terroristes palestiniens le 7 octobre 2023. Saar Calderon et son père Ofer Calderon sont portés disparus. (Crédit : Famille Calderon)

Gaya Calderon était chez elle à Tel Aviv tôt samedi lorsque l’assaut sans précédent du groupe terroriste palestinien du Hamas a commencé par des salves de roquettes tirées sur le sud d’Israël.

Élevée dans le kibboutz Nir Oz, près de la Bande de Gaza, elle a vécu avec sa famille dans le kibboutz jusqu’à ce qu’elle s’installe à Tel Aviv cette année.

« J’ai vécu là toute ma vie, nous connaissons ces roquettes. J’ai appelé mes parents, ils m’ont dit que cela n’avait jamais été comme ça, mais je leur ai dit que tout allait bien se passer et que j’allais me rendormir », explique-t-elle lors d’un entretien avec les journalistes sur Zoom.

Ses parents et ses frères et sœurs – Rotem, 18 ans, Saar, 16 ans, et Erez, 12 ans – vivent tous dans le kibboutz, tout comme sa grand-mère, sa tante et son cousin.

« Quelques minutes plus tard, mon amie m’a appelée et m’a dit : ‘Hé, tu sais que le Hamas et le Jihad islamique sont dans le kibboutz ?’. »

Elle raconte qu’elle a sauté du lit et appelé ses parents. Ils n’ont pas décroché mais lui ont répondu en lui disant qu’ils ne pouvaient pas parler et qu’ils devaient rester calmes.

Un message de sa sœur Saar, âgée de 16 ans, disait : « J’ai tellement peur, Gaya, j’ai envie de pleurer », raconte-t-elle.

« Je lui ai dit de rester calme et de faire confiance à papa. »

Quelques instants plus tard, Saar a envoyé un message : « Gaya, ils sont dans la maison. Nous nous cachons à l’extérieur, n’envoie plus de message. »

Puis, dans le groupe WhatsApp de la famille, Saar a envoyé un message : « Maman, je t’aime. »

« Ensuite, plus rien », dit Gaya.

Elle a envoyé un message à sa mère, qui vit ailleurs dans le kibboutz. « Gaya, j’entends des coups de feu, je pense que c’est la fin. »

La mère de Gaya se trouvait dans sa pièce sécurisée lorsque les terroristes ont tenté d’ouvrir la porte. Elle raconte que sa mère, qui a survécu à l’assaut, s’est accrochée à la poignée de la porte pour survivre.

Son frère de 18 ans, qui a sa propre maison dans le kibboutz, a également survécu. Sa maison a été détruite et partiellement incendiée.

Gaya raconte que pendant ce temps, elle priait, pleurait et espérait le meilleur. C’est alors qu’une vidéo a été diffusée.

« C’était une vidéo de mon frère, Erez, un terroriste l’attrapait, le tenait. Je n’ai pas vu de sang sur lui, alors je ne peux qu’espérer qu’il va bien. »

« Ma sœur, mon père, ma grand-mère et mon cousin – nous ne savons pas où ils sont. Ils n’ont pas été retrouvés. »

« Je suis assise chez moi et je pleure toute la journée, je suis impuissante, je ne peux pas aller à Gaza pour les sauver. »

Bien qu’il y ait eu peu de contacts avec les autorités, Gaya dit qu’elle ne blâme personne.

« J’ai confiance en mon pays. Je veux retrouver ma famille. Aidez-nous, s’il vous plaît. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.