Interpellé pour des insultes antisémites, il s’amuse de la mort de Samuel Paty
Rechercher

Interpellé pour des insultes antisémites, il s’amuse de la mort de Samuel Paty

L'homme a été condamné à 24 mois d’emprisonnement ; ivre, il avait laissé une quinzaine de messages antisémites sur la boîte vocale d'un agent immobilier

Le tribunal judiciaire de Toulouse. (Crédit : cours-appel.justice.fr)
Le tribunal judiciaire de Toulouse. (Crédit : cours-appel.justice.fr)

Le tribunal de Toulouse a condamné mardi un homme de 58 ans à 24 mois d’emprisonnement dont 12 assortis d’un sursis probatoire suite à des propos antisémites, a rapporté hier le journal La Dépêche. Il devra également indemniser ses victimes et payer un euro symbolique au CRIF, partie civile dans l’affaire. Le parquet avait requis 36 mois d’emprisonnement, dont la moitié assortie du sursis probatoire.

Le 28 octobre dernier, entre 1h et 4h du matin, l’homme, ivre, avait laissé une quinzaine de messages antisémites sur la boîte vocale d’un agent immobilier.

« Putain de Juif », « les Juifs, je les tue moi », « les Juifs, on les enc*** », « tu appelles encore ma fille, tu es mort », avait-il notamment dit dans ses messages, furieux après un conflit avec les héritiers de l’appartement qu’il louait, qui souhaitaient vendre le bien et qui avaient fait appel à un agent immobilier pour essayer de trouver un arrangement avec le locataire, qui ne payait plus son loyer car il ne recevait plus de quittances, et donc plus d’aides personnalisées au logement (APL).

Le lendemain, interpellé à son domicile, toujours ivre et alors que les agents de police le conduisaient à l’hôpital en raison de son état, il s’était réjoui de la mort du professeur d’histoire-géo Samuel Paty, tué deux semaines plus tôt. « Le prof décapité, c’est bien fait pour lui. Il ne méritait que ça », avait-il notamment dit.

Lors de son procès, renvoyé à plusieurs reprises pour cause d’expertises psychiatriques, il a assuré avec agitation : « Quelques heures avant les faits, j’étais avec une amie. J’ai dû boire une bouteille et demie de pastis. […] Je suis malade depuis 10 ans. Je n’ai jamais été raciste. Mon meilleur ami à Grenoble est Juif ! »

Toulouse, quatrième ville de France, a été le théâtre en mars 2012 d’assassinats terroristes. Imad Ibn Ziaten, Abel Chennouf, Mohamed Legouad, Jonathan, Gabriel et Aryeh Sandler, Myriam Monsonégo ont été tués entre le 11 et le 19 mars 2012 par Mohamed Merah, à Montauban et Toulouse.

Les portraits des sept victimes – Imad Ibn Ziaten, Abel Chennouf, Mohamed Legouad, Gabriel Sandler, Aryeh Sandler, Myriam Monsonégo et Jonathan Sandler – de Mohamed Merah pendant une cérémonie de commémoration organisée par le CRIF à Toulouse, le 19 mars 2014. (Crédit : Rémy Gabalda/AFP)

La présence des Juifs à Toulouse remonte au Moyen Age et ils seraient aujourd’hui entre 15 à 20 000, selon l’ACIT (Association cultuelle israélienne de Toulouse).

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...