Israël en guerre - Jour 236

Rechercher

Iran : Des avions de combat russes pour une nouvelle base aérienne souterraine

Le New York Times a publié plusieurs éléments laissant penser que la base Eagle 44 va bientôt accueillir une flotte de Su-35, un grand pas en avant pour l’armée de l’air iranienne

Une affiche à l’intérieur d’une nouvelle base iranienne de l’armée de l’air. Au centre, se détache ce qui semble être un avion de chasse Sukhoi Su-35, que l’Iran n’est pas supposée détenir, en février 2023. (Crédit : Armée iranienne via Fars)
Une affiche à l’intérieur d’une nouvelle base iranienne de l’armée de l’air. Au centre, se détache ce qui semble être un avion de chasse Sukhoi Su-35, que l’Iran n’est pas supposée détenir, en février 2023. (Crédit : Armée iranienne via Fars)

L’analyse attentive des images d’une base aérienne souterraine dont l’existence vient d’être révélée par l’Iran, sous le nom « Eagle 44 », révèle qu’elle devrait prochainement accueillir des avions de combat russes de pointe, les Sukhoi Su-35, a rapporté samedi le New York Times.

L’Iran a donc rendu publique, ce mois-ci, l’existence de ce que la République islamique affirme être sa toute première base aérienne souterraine.

Le chef de l’armée, à Téhéran, a précisé que cette base permettrait, avec d’autres, de riposter notamment à des frappes israéliennes.

Le Times, qui a examiné les images publiées par l’Iran ainsi que les images satellites de la base, estime, plusieurs indices à l’appui, que Téhéran prépare la base pour des avions de combat Su-35.

L’Iran a fait savoir, en 2022, au moment où sa relation militaire avec Moscou s’est renforcée suite à l’invasion de l’Ukraine, qu’il souhaitait acquérir des avions de chasse.

L’Iran est devenu un important fournisseur d’armes à la Russie, et notamment de drones offensifs.

La Russie, dont le projet de vente d’avions de chasse à l’Egypte a échoué, serait disposée à fournir à Téhéran 24 exemplaires de ses Su-35.

Le premier indice de la venue prochaine des Su-35 sur la base Eagle 44 se trouve dans la vidéo promotionnelle et sur les photos publiées par l’Iran.

On y voit une affiche avec des silhouettes d’avions de chasse qui correspondent à des avions dont dispose d’ores et déjà l’armée de l’air iranienne, à l’exception du Sukhoi, explique le Times.

https://twitter.com/MilitaryNewsomg/status/1626786828752764929

En outre, les images satellites de cette base montrent que les Iraniens ont construit une maquette grandeur nature du Su-35, sans doute pour s’assurer de l’adéquation de la base aux grandes dimensions de l’avion russe.

« Tout ceci sert manifestement à s’assurer de la manœuvrabilité des Su-35 au sein des installations souterraines, ce qui laisse logiquement penser que ce sera leur base », a précisé Chris Biggers, ex-analyste du gouvernement américain, au Times.

Un avion Sukhoi Su-33 77 RED de fabrication russe utilisé par l’armée de l’air syrienne. (Crédit : Wikipedia CC BY-SA 2.0)

Selon les informations du Times, les travaux en cours sur la base sont un signe de l’arrivée prochaine des avions russes. En effet, si les images satellites montrent que le tunnel d’entrée actuel est trop petit pour le Su-35, des travaux sont en cours sur la construction d’un deuxième tunnel, plus grand.

L’Iran a dévoilé l’existence de sa base en grande pompe.

« Toute attaque contre l’Iran de la part de nos ennemis, Israël y compris, entraînera une riposte depuis l’une de nos nombreuses bases aériennes, dont la nouvelle Eagle 44 », a déclaré le chef d’état-major des forces armées iraniennes, Mohammad Bagheri, à l’Islamic Republic News Agency.

Des pilotes posent avec un avion dans l’enceinte d’une toute nouvelle base aérienne souterraine de l’armée de l’air iranienne, sur cette photo publiée le 7 février 2023. (Crédit : Armée iranienne)

L’Islamic Republic News Agency a fait savoir que la base Eagle 44 était l’une des installations militaires les plus importantes de l’Iran et qu’elle abriterait des avions de combat équipés de missiles de croisière à longue portée.

L’emplacement exact de cette base n’a pas été rendu public par l’Iran, soucieux de mettre ses principales installations militaires et nucléaires à l’abri de frappes étrangères.

Le New York Times estime pour sa part que la base se trouve dans une zone montagneuse de la province d’Hormozgan, dans le sud de l’Iran, à quelque 160 kilomètres au nord du stratégique détroit d’Ormuz.

Toujours selon la même source, les travaux sur cette base auraient commencé il y a une dizaine d’années mais il est possible qu’il n’ait été décidé que très récemment de l’utiliser comme base aérienne, la piste étant toute nouvelle.

Des spécialistes ont précisé au Times que la construction d’une base aussi sophistiquée pour abriter la flotte actuelle de chasseurs iraniens – totalement obsolètes – n’avait guère de sens, si ce n’est pour accueillir des Su-35.

Selon le New York Times, l’arrivée de ces avions russes, cette année, constituerait « la première modernisation de grande ampleur de la flotte vieillissante des avions de combat iraniens depuis des dizaines d’années ».

Ces dernières années, l’Iran a fait en sorte de placer une grande partie de ses infrastructures militaires critiques sous terre.

Israël est soupçonné d’avoir mené plusieurs attaques contre l’Iran, dont une contre son installation nucléaire souterraine de Natanz des frappes qui ont endommagé ses centrifugeuses.

L’an dernier, l’armée iranienne a dévoilé quelques détails sur une de ses bases souterraines, située dans la chaîne de montagnes Zagros, qui abrite une centaine de drones.

Par le passé, l’Iran a souvent donné à voir des images de tunnels semblables, utilisés pour le stockage des missiles et des drones.

Le mois dernier, une importante attaque de drone a eu lieu contre une installation militaire iranienne clé, à Ispahan, possible usine de production d’armes pour les drones tueurs iraniens Shahed-136.

Cette attaque, comme tant d’autres, a été imputée à Israël, qui, en la matière, s’abstient de tout commentaire.

L’Iran a menacé Israël de représailles pour cette attaque, avertissant Jérusalem « de ne pas jouer avec le feu ».

Lors de son précédent mandat, le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait ordonné de nombreuses frappes sur des cibles iraniennes en Syrie ainsi que des opérations sur le sol iranien.

Il n’a jamais caché son intention de s’opposer à tout prix aux aspirations nucléaires de Téhéran, car Israël voit en la bombe nucléaire iranienne une menace absolue.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.