Israël en guerre - Jour 255

Rechercher

Iran : la Franco-iranienne Fariba Adelkhah libérée de prison

Six Français encore détenus ; Son compagnon, Roland Marchal, également chercheur, avait été détenu avec elle avant d'être libéré en mars 2020

Fariba Adelkhah, directrice de recherche à Science-Po sur le plateau de France 24, en février 2019. (Crédit : Capture d'écran France 24)
Fariba Adelkhah, directrice de recherche à Science-Po sur le plateau de France 24, en février 2019. (Crédit : Capture d'écran France 24)

La chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah, arrêtée en Iran en juin 2019 et condamnée à cinq ans de prison pour atteinte à la sécurité nationale, a été libérée de prison, selon son entourage, quelques jours après l’annonce par Téhéran d’une grâce en faveur d’un « nombre important » de condamnés.

« Elle est libre mais on ne sait rien de son statut », a annoncé à l’AFP un de ses proches sous couvert d’anonymat.

« La France se réjouit de la libération ce soir » de Mme Adelkhah, a déclaré la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Anne-Claire Legendre, dans un communiqué.

« Il est essentiel que Mme Fariba Adelkhah puisse recouvrer l’ensemble de ses libertés, y compris celle de retourner en France si elle le souhaite », a-t-elle ajouté.

« C’est avec bonheur et soulagement que nous annonçons la libération de notre chère collègue Fariba Adelkhah, détenue arbitrairement en Iran depuis plus de 3 ans. Otage des autorités locales, elle était une prisonnière scientifique. Merci à tous ceux qui ont permis sa libération », a réagi sur Twitter l’établissement d’enseignement supérieur parisien Sciences Po.

Spécialiste du chiisme et de l’Iran post-révolutionnaire à l’Institut d’études politiques (IEP) de Paris, Mme Adelkhah a été arrêtée en 2019 puis condamnée en 2020 à cinq ans de prison pour atteinte à la sécurité nationale, ce que ses proches ont toujours farouchement nié.

Le compagnon de Fariba Adelkhah, Roland Marchal, également chercheur, avait été détenu avec elle avant d’être libéré en mars 2020, après que Paris eut libéré l’ingénieur iranien Jallal Rohollahnejad, dont les États-Unis réclamaient l’extradition pour violation des sanctions américaines contre l’Iran.

Dimanche, le bureau du dirigeant suprême de l’Iran, l’ayatollah Ali Khamenei, avait annoncé une grâce en faveur d’un « nombre important » de condamnés, y compris ceux emprisonnés lors des manifestations contre le régime iranien depuis la mort le 16 septembre de Mahsa Amini, détenue pour infraction au code vestimentaire.

Dans une vidéo publiée sur le compte Twitter d’Alieh Motalebzadeh le 9 février 2023, un groupe de militantes iraniennes scandent des slogans pro-protestation après avoir été libérées de la prison Evin de Téhéran. (Capture d’écran Twitter ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d’auteur)

Jeudi, des médias basés à l’étranger ont rapporté que sept femmes militantes et journalistes avaient été libérées de la prison d’Evin à Téhéran.

Plusieurs dizaines d’Occidentaux sont détenus en Iran, décrits par leurs soutiens comme des innocents utilisés par Téhéran comme leviers de négociation.

L’Iran, sous sanctions internationales, et les grandes puissances essaient de ressusciter un accord international conclu en 2015 qui garantit le caractère civil du programme nucléaire de Téhéran, accusé, malgré ses démentis, de chercher à se doter de l’arme atomique.

Des pays comme la France, dont sept ressortissants étaient jusqu’ici détenus en Iran, n’hésitent plus à accuser Téhéran d’en faire des « otages d’Etat ».

« La France rappelle sa demande de libération immédiate et sans conditions de tous les ressortissants français détenus arbitrairement en Iran », a déclaré vendredi soir Mme Legendre.

Téhéran a fait valoir que tous les étrangers sont détenus en vertu des lois intérieures de l’Iran et s’est dit prêt à des échanges de prisonniers.

Une femme tient une photo de Benjamin Brière lors d’un rassemblement à Paris, en France, le samedi 8 janvier 2022. Le touriste français emprisonné en Iran depuis l’année dernière a entamé une grève de la faim pour protester contre les mauvais traitements en prison, selon sa sœur et son avocat. Brière, 36 ans, a été arrêté en mai 2020 après avoir pris des photos dans une zone désertique où la photographie est interdite. (Crédit : AP Photo/Adrienne Surprenant)

Outre Mme Adelkhah, le Français Benjamin Brière a été arrêté en mai 2020 et condamné à huit ans et huit mois d’emprisonnement pour espionnage.

Cécile Kohler et son compagnon Jacques Paris ont été arrêtés en mai alors qu’ils faisaient du tourisme en Iran.

Plus récemment, c’est l’identité du Franco-irlandais Bernard Phelan, détenu dans une prison iranienne depuis octobre, qui a été rendue publique.

La santé de Bernard Phelan se détériore toujours plus, a indiqué mardi sa soeur Caroline Massé-Phelan à l’AFP, ajoutant qu’il est en train de perdre la vue.

Bernard Phelan avait entamé une grève de la faim et de la soif début janvier, avant de la suspendre à la demande de sa famille inquiète d’une issue fatale face à des autorités iraniennes inflexibles.

Benjamin Brière a également entamé une grève de la faim le 28 janvier, ont annoncé lundi son avocat Me Philippe Valent et sa soeur Blandine Brière.

Le nom des deux autres ressortissants français emprisonnés n’est pas connu.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.