Iran: le Parlement adopte un projet de loi contre le financement du « terrorisme »
Rechercher

Iran: le Parlement adopte un projet de loi contre le financement du « terrorisme »

143 députés sur 268 ont voté en faveur de l'adhésion à la Convention de l'ONU pour la répression du financement du terrorisme

illustration : le parlement iranien à Téhéran le 28 août 2018. (Crédit : Vahid Salemi/AP)
illustration : le parlement iranien à Téhéran le 28 août 2018. (Crédit : Vahid Salemi/AP)

Le Parlement en Iran a adopté dimanche un projet de loi contre le financement du « terrorisme », un texte critiqué par les conservateurs mais considéré comme vital pour sauver l’accord sur le nucléaire avec les partenaires de Téhéran, après le retrait américain.

Ce projet de loi, l’un des quatre mis en avant par le gouvernement iranien pour répondre aux demandes du Groupe d’action financière (Gafi), a été adopté par 143 voix pour et 120 contre, selon l’agence semi-officielle Isna.

Le Gafi est un organisme intergouvernemental fondé en 1989 par le G7, visant à développer et promouvoir des politiques nationales et internationales de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du « terrorisme ».

En juin, il avait donné trois mois à l’Iran pour adopter plusieurs lois nécessaires à son retrait de la liste noire des pays ou territoires non coopératifs.

L’Iran finance depuis longtemps le groupe terroriste libanais du Hezbollah, ainsi que des groupes palestiniens armés, classés terroristes par les pays occidentaux. Les tenants de la ligne dure se sont opposés à l’adhésion à la convention onusienne, affirmant que cette démarche menace la souveraineté de l’Iran.

Mohammad Javad Zarif, ministre iranien des Affaires étrangères, pendant la 53e Conférence sur la sécurité de Munich, le 19 février 2017. (Crédit : Christof Stache/AFP)

« Ni le président ni moi ne pouvons garantir que tous les problèmes seront résolus si nous adhérons » à la Convention onusienne, a affirmé le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, au cours d’un débat précédent le vote.

« Mais je peux assurer que ne pas y adhérer donnera aux Etats-Unis plus d’excuses pour accroître nos problèmes », a-t-il ajouté.

Le projet de loi a pour objectif de permettre à l’Iran, seul pays avec la Corée du Nord à faire partie de la liste noire du Gafi, de s’aligner avec les normes internationales et d’adhérer à la Convention de l’ONU pour la répression du financement du terrorisme.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...