Iran : Les rumeurs sur la mort imminente de Nasrallah, « gros mensonge sioniste »
Rechercher

Iran : Les rumeurs sur la mort imminente de Nasrallah, « gros mensonge sioniste »

Un journaliste libanais a tweeté que le chef de l'organisation terroriste est hospitalisé dans un état critique

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Des militants de l'organisation terroriste du Hezbollah, soutenue par l'Iran, écoutent le discours du dirigeant du Hezbollah Hassan Nasrallah, via une liaison vidéo, lors d'un rassemblement marquant la Journée des martyrs du Hezbollah, dans une banlieue sud de Beyrouth au Liban, le 10 novembre 2018. (AP Photo/Bilal Hussein)
Des militants de l'organisation terroriste du Hezbollah, soutenue par l'Iran, écoutent le discours du dirigeant du Hezbollah Hassan Nasrallah, via une liaison vidéo, lors d'un rassemblement marquant la Journée des martyrs du Hezbollah, dans une banlieue sud de Beyrouth au Liban, le 10 novembre 2018. (AP Photo/Bilal Hussein)

Un responsable iranien a dénoncé dimanche comme étant un « mensonge sioniste » les reportages des médias affirmant que Hassan Nasrallah, leader de l’organisation terroriste du Hezbollah serait dans un état critique après une crise cardiaque causée par un cancer.

Hossein Amir-Abdollahian, directeur des affaires internationales du Parlement iranien, a démenti sur Twitter les informations diffusées la veille par les médias israéliens, qui étaient pour la plupart basées sur les déclarations d’un journaliste libanais.

« Les allégations sionistes selon lesquelles le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, est atteint d’une maladie et a subi une crise cardiaque constituent le grand mensonge du nouvel an », a écrit Amir-Abdollahian. « Le jour où Nasrallah et les chefs de la résistance palestinienne prieront à la mosquée Al-Aqsa [sur le mont du Temple] après qu’elle aura été nettoyée de toute impureté sioniste viendra inévitablement ».

Samedi, le journaliste libanais Jerry Maher, basé en Europe, a indiqué sur Twitter que des sources de renseignements anonymes avaient confirmé que Nasrallah avait été conduit à l’hôpital de Beyrouth dans un état critique et qu’il était atteint d’un cancer depuis des années.

Maher a posté des mises à jour sur Twitter au cours du week-end, y compris des allégations selon lesquelles le Hezbollah aurait rejeté une proposition visant à transférer Nasrallah dans la capitale syrienne Damas pour se faire soigner par des médecins russes ou iraniens.

Certains articles parus dans la presse israélienne indiquaient que Nasrallah avait été victime d’une crise cardiaque.

Maher a fait remarquer que le dirigeant du Hezbollah n’avait pas été vu depuis des semaines.

Dans le passé, les rumeurs de décès ou de maladie grave de Nasrallah ont été démenties par la diffusion de vidéos dans lesquelles il commentait des sujets d’actualité.

Nasrallah, 58 ans, a pris le contrôle du Hezbollah soutenu par l’Iran après que son ancien chef s’est fait tuer dans un assassinat ciblé en 1992 par des hélicoptères israéliens qui ont tiré sur son convoi.

Par mesure de précaution contre le risque de récidive, les déplacements de Nasrallah sont entourés de mystère et les apparitions publiques sont rares. Le dirigeant du Hezbollah diffuse fréquemment des vidéos ou des émissions de télévision en direct.

Dans ses discours, Nasrallah menace souvent d’attaquer Israël. Le Hezbollah a accumulé un arsenal de centaines de milliers de roquettes d’attaque au sol et est considéré comme une force militaire plus puissante que l’armée libanaise.

Le Hezbollah est désigné comme une organisation terroriste, pour tout ou partie, par Israël, les États-Unis, l’Union européenne et d’autres pays.

Dimanche également, Israël a déclaré la fin de l’opération Bouclier du Nord de Tsahal, une opération de génie visant à localiser et détruire des tunnels qui, selon lui, ont été creusés sous la frontière par le Hezbollah dans le but de mener une attaque terroriste majeure contre le pays.

L’opération a débuté le 2 décembre 2018 et, depuis lors, l’armée israélienne a déclaré avoir trouvé six tunnels d’attaque de ce type. Nasrallah n’a fait aucun commentaire public au sujet des tunnels ou de l’opération israélienne visant à les détruire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...