Israël en guerre - Jour 191

Rechercher

Iran: pour les familles des détenus français, le combat continue

Les détenus occidentaux sont décrits par leurs soutiens comme des innocents utilisés par Téhéran comme leviers de négociation et la France n'hésite plus à parler "d'otages d'Etat"

Une pancarte avec un portrait de l'universitaire franco-iranienne Fariba Adelkhah, emprisonnée en Iran, devant la mairie de Paris, le 5 juin 2020. (Crédit : BERTRAND GUAY / AFP)
Une pancarte avec un portrait de l'universitaire franco-iranienne Fariba Adelkhah, emprisonnée en Iran, devant la mairie de Paris, le 5 juin 2020. (Crédit : BERTRAND GUAY / AFP)

La libération, après trois ans de prison en Iran, de la chercheure franco-iranienne Fariba Adelkhah, ne lève pas tous les doutes sur son avenir et ne met pas fin au combat des familles des Français toujours détenus par la République islamique.

La chercheuse, arrêtée en juin 2019, a été libérée quelques jours après l’annonce par Téhéran d’une grâce en faveur d’un « nombre important » de condamnés.

Mais cette annonce vendredi laisse bien des questions en suspens sur la réalité de sa liberté et sur le sort réservé aux six Français toujours emprisonnés dans le pays.

Dimanche, le comité de soutien de Mme Adelkhah a ainsi souligné les zones d’ombre autour de sa sortie de prison.

« Elle ignore à l’heure actuelle si elle a recouvré tous ses droits, notamment le droit de voyager à l’étranger et de revenir en Iran ainsi que la possibilité d’exercer son métier de chercheuse », indique un communiqué du comité envoyé dimanche à l’AFP.

« Fariba n’a pas récupéré sa carte d’identité, son passeport ni son ordinateur, son carnet d’adresses, sa documentation », ajoute-t-il. « Elle doit solliciter de nouveaux papiers d’identité qui lui permettront de demander un passeport et d’envisager de reprendre ses allers et retours entre l’Iran et la France, lesquels participent de sa vie personnelle et professionnelle et auxquels elle n’entend pas renoncer ».

Spécialiste du chiisme et de l’Iran post-révolutionnaire à l’Institut d’études politiques (IEP) de Paris, Mme Adelkhah avait été condamnée en 2020 à cinq ans de prison pour atteinte à la sécurité nationale, ce que ses proches ont toujours farouchement nié.

Sa libération a redonné de l’espoir aux six autres Français détenus en Iran, dont seule l’identité de l’un d’eux reste inconnue.

« Nous nous réjouissons de cette nouvelle et espérons qu’elle implique le recouvrement de l’ensemble de ses libertés », ont déclaré dimanche dans un autre texte envoyé à l’AFP les familles et comités de soutien de Benjamin Brière, Cécile Kohler, Jacques Paris et Louis Arnaud.

Une femme tient une photo de Benjamin Brière lors d’un rassemblement à Paris, en France, le samedi 8 janvier 2022. Le touriste français emprisonné en Iran depuis l’année dernière a entamé une grève de la faim pour protester contre les mauvais traitements en prison, selon sa sœur et son avocat. Brière, 36 ans, a été arrêté en mai 2020 après avoir pris des photos dans une zone désertique où la photographie est interdite. (Crédit : AP Photo/Adrienne Surprenant)

« La sortie de prison de Fariba est pour nous un encouragement dans notre détermination à obtenir la libération de tous les otages », ajoutent-ils, en remerciant « tous ceux qui ont œuvré à cette avancée porteuse d’espoir ».

« Otages d’Etat »

L’Iran, sous sanctions internationales, et les grandes puissances essaient de ressusciter un accord international conclu en 2015 qui garantit le caractère civil du programme nucléaire de Téhéran, accusé, malgré ses démentis, de chercher à se doter de l’arme atomique.

Plusieurs dizaines d’Occidentaux sont détenus en Iran, décrits par leurs soutiens comme des innocents utilisés par Téhéran comme leviers de négociation. Des pays comme la France n’hésitent plus à parler « d’otages d’Etat ».

Le Français Benjamin Brière a été arrêté en 2020 et condamné à huit ans et huit mois d’emprisonnement pour espionnage. « A bout de souffle après presque trois ans de détention, il entame son 16ème jour de grève de la faim », précise le comité de soutien.

Cécile Kohler et son compagnon Jacques Paris ont été arrêtés en mai alors qu’ils faisaient du tourisme en Iran. Téhéran les accuse d’être des espions.

« Ils n’ont eu qu’une brève visite consulaire et qu’un contact téléphonique très court avec leur famille en plus de 9 mois de détention. Nous sommes sans nouvelles d’eux depuis le 18 décembre 2022, nous sommes très inquiets », ajoute le même comité.

L’état de santé du Franco-irlandais Bernard Phelan, détenu depuis octobre, « s’est considérablement détérioré » depuis une grève de la faim et de la soif qu’il a suspendu à la demande de sa famille, indique-t-il.

Quant à Louis Arnaud, détenu à la prison d’Evine, « il souffre de conditions de détention extrêmement rudes (…), ce qui nous fait craindre de très lourdes répercussions physiques et psychologiques ».

Vendredi, une porte-parole du ministère français des Affaires étrangères s’était « réjoui » de la libération de Mme Adelkhah, jugeant « essentiel » qu’elle « puisse recouvrer l’ensemble de ses libertés, y compris celle de retourner en France si elle le souhaite ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.