Isère : le local du PCF couvert de croix gammées et d’autres inscriptions nazies
Rechercher

Isère : le local du PCF couvert de croix gammées et d’autres inscriptions nazies

Les mêmes inscriptions - "Europe nouvelle", "SS", croix gammées et celtiques - ont été retrouvées sur la façade du local des Témoins de Jéhovah, selon un journal local

Photo d'illustration : Graffiti de croix gammée (Crédit :Flash 90)
Photo d'illustration : Graffiti de croix gammée (Crédit :Flash 90)

Samedi 9 février, des responsables du Parti communiste français (PCF) de la ville de Vienne en Auvergne-Rhône Alpes ont constaté que la façade de leur local avait été recouverte d’inscriptions à connotations néo-nazies.

La Fédération du PCF en Isère a dénoncé mardi la dégradation de son local de Vienne, en appelant à un rassemblement vendredi.

Ces inscriptions « à connotation clairement haineuse et nazie » avaient été découvertes samedi sur la porte et les fenêtres du local. Un rassemblement « républicain » y est prévu vendredi à 18H00 pour refuser « la banalisation des idéaux de haine ».

En noir et blanc, des croix gammées, des croix celtiques, « SS » et « Europe nouvelle » ont été tagués durant la nuit sur la devanture du parti de la rue de Bourgogne, mais également sur le lieu de culte des Témoins de Jéhovah, rapporte Le Dauphiné Libéré.

« Nous appelons l’ensemble des forces démocratiques et sociales à se rassembler pour dire non au fascisme, non à l’antisémitisme, non au racisme », écrit dans un communiqué la fédération du parti, qui a porté plainte selon le quotidien.

« Inacceptable, scandaleux! », a tweeté la sénatrice PCF de la Loire Cécile Cukierman. « Après Lyon en décembre, l’extrême droite régionale sévit encore. De partout nous resterons debout, et continuerons de porter nos valeurs. l’idéologie nazie n’est pas derrière nous, elle reste à combattre à chaque instant ».

« Ces inscriptions sont parfaitement explicites, elles sont une manifestation claire et nette contre la liberté d’expression. Il est très regrettable que des personnages puissent ainsi salir notre local et exprimer des opinions tout à fait défavorables à l’exercice de la démocratie », condamne Jean Deleaz, secrétaire de la section viennoise du PCF, joint par le journal.

Dimanche 10 février, Jean Deleas « a déposé plainte auprès du commissariat de police qui a procédé aux différentes constatations », rapporte Le Dauphiné Libéré.

Une enquête a été ouverte pour tenter d’identifier le ou les auteurs de ces inscriptions, a confirmé à l’AFP le parquet de Vienne, qui évoque la « concomitance » de cette dégradation avec celle du lieu de culte voisin.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...