Israël en guerre - Jour 258

Rechercher

« Israël a le droit d’exister et de se défendre », dit Edouard Philippe

"C’est un acte de guerre qui a été lancé par le Hamas. Israël est en guerre, et dans la guerre il y a des morts. Israël a le droit d’exister et de se défendre", a-t-il déclaré

Édouard Philippe, à Matignon, à Paris, le 18 septembre 2023. (Crédit : THOMAS SAMSON / AFP)
Édouard Philippe, à Matignon, à Paris, le 18 septembre 2023. (Crédit : THOMAS SAMSON / AFP)

Interrogé sur BFMTV ce dimanche, l’ancien Premier ministre français Édouard Philippe (2017-2020) s’est exprimé sur le conflit entre Israël et le Hamas.

« C’est un acte de guerre qui a été lancé par le Hamas. Israël est en guerre, et dans la guerre il y a des morts. Israël a le droit d’exister et de se défendre », a-t-il déclaré, allant à l’encontre d’Emmanuel Macron, qui a exhorté ce week-end l’État hébreu à envisager un cessez-le-feu.

Le responsable politique, maire du Havre, a aussi pris le contrepied du reste de la majorité macroniste dimanche, en jugeant d’un bon œil la participation du Rassemblement national (RN) à la manifestation contre l’antisémitisme.

« Lorsqu’il s’agit de dire quelle nation nous voulons être, lorsqu’il s’agit de dire que nous voulons combattre l’antisémitisme, moi je prends tout le monde », a-t-il dit, tout en rappelant qu’il était un adversaire résolu du parti de Marine Le Pen.

« Le Front national est un parti politique que je combats », a-t-il déclaré en utilisant l’ancien nom du Rassemblement national, lié à son cofondateur désormais écarté Jean-Marie Le Pen, condamné à plusieurs reprises pour des propos antisémites ou négationnistes.

« Le fait que le Rassemblement national dise de façon explicite, peut-être désormais, qu’il lutte contre l’antisémitisme est quelque chose à prendre en compte. Je ne fais pas le tri des bonnes volontés qui veulent lutter contre l’antisémitisme », a ajouté le favori des sondages dans le camp macroniste pour l’élection présidentielle de 2027.

Environ 105 000 personnes à Paris, et au total 182 000 dans toute la France, ont manifesté dimanche pour afficher leur rejet de l’antisémitisme.

Cette « grande marche civique » a été marquée par une polémique sur la participation du RN, la plupart des partis de gauche et la majorité exprimant leur colère ou leur embarras.

Dans un message matinal sur la plateforme X, la Première ministre Élisabeth Borne avait fustigé les « postures » de LFI, qui a boycotté la marche, et du Rassemblement national, dont « la présence ne trompe personne ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.