Israël accuse l’Iran d’avoir testé 2 missiles, en violation des accords de l’ONU
Rechercher

Israël accuse l’Iran d’avoir testé 2 missiles, en violation des accords de l’ONU

L'envoyé à l'ONU Danny Danon affirme que Téhéran a secrètement lancé un Shahab-3 et un Scud en janvier, les deux missiles pouvant transporter des ogives nucléaires

Un missile longue portée Shahab-3 exposé pendant la Journée d'Al-Qods à Téhéran, le 23 juin 2017. (Crédit : Stringer/AFP)
Un missile longue portée Shahab-3 exposé pendant la Journée d'Al-Qods à Téhéran, le 23 juin 2017. (Crédit : Stringer/AFP)

L’ambassadeur d’Israël auprès des Nations Unies, Danny Danon, a accusé jeudi l’Iran d’avoir violé une résolution du Conseil de sécurité en effectuant en janvier deux essais non signalés auparavant sur des missiles balistiques capables de transporter des ogives nucléaires.

Dans une lettre au Conseil de sécurité, Danon a déclaré qu’une variante du missile à moyenne portée Shahab-3 a été testée le 2 janvier dans la région de Chabahar, dans le sud-est de l’Iran. Trois jours plus tard, a-t-il dit, les militaires du pays ont lancé une variante du missile Scud à partir d’un champ de tir situé à 110 kilomètres au nord-est de la ville de Kerman.

Danon n’a cité aucune source pour ses affirmations. Il ne semble pas y avoir eu de rapports sur de telles activités de la part de l’Iran en janvier. Danon et le ministère israélien de la Défense n’ont pas répondu aux demandes de renseignements.

« Les missiles Shahab-3 et Scud sont des missiles balistiques de catégorie 1 du Régime de contrôle de la technologie des missiles (MTCR), capables de transporter une charge utile nucléaire de 500 kilos pour une portée de plus de 300 kilomètres », a écrit Danon. « Les activités de l’Iran sont donc en violation de l’article 3 de l’annexe B de la résolution 2231 du Conseil de sécurité. »

L’ambassadeur d’Israël auprès des Nations Unies Danny Danon assiste à une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU le 15 mai 2018 au siège de l’ONU à New York. AFP PHOTO / HECTOR RETAMAL)

L’Iran a effectué des dizaines d’essais de missiles au cours des dernières années, en violation de la résolution 2231 du Conseil de sécurité, qui a confirmé l’accord nucléaire de 2015 et appelé l’Iran à s’abstenir de mettre au point des missiles capables de transporter des armes nucléaires. L’Iran a soutenu qu’il n’a jamais eu l’intention de mettre au point des armes nucléaires et que, par conséquent, la mise au point de missiles ne viole pas l’accord. Les diplomates ont dit que le libellé de la résolution n’est pas contraignant et ne peut donc pas être sanctionné par des mesures punitives.

Danon a accusé que les essais présumés faisaient partie d’une série de « violations iraniennes de cette résolution cette année, comprenant les missiles qu’elle a tirés depuis la Syrie vers Israël et le drone armé qu’elle a lancé depuis la Syrie vers l’espace aérien israélien ».

Le 10 février, un drone iranien transportant des explosifs a brièvement pénétré dans l’espace aérien israélien depuis la Syrie avant d’être abattu. Israël a indiqué que le drone était en mission d’attaque.

Plus tôt ce mois-ci, l’Iran a tiré une salve de dizaines de roquettes depuis le territoire syrien sur Israël. La plupart sont tombés en territoire syrien, et plusieurs ont été abattus par les systèmes de défense antimissile israéliens. Israël a riposté par des frappes aériennes généralisées contre les positions iraniennes, et a également tiré sur des cibles de défense aérienne syrienne qui avaient ouvert le feu sur ses avions.

A Russian-made Scud missile (photo credit: CC BY-ND ppz, Flickr)
Un missile Scud de fabrication russe (Crédit photo : CC BY-ND ppz, Flickr)

« L’Iran continue d’ignorer ses obligations envers la communauté internationale et de déstabiliser davantage le Moyen-Orient, en particulier en Syrie, au Liban, en Irak, au Yémen et dans la bande de Gaza », a conclu M. Danon. « Ses activités constituent une menace directe pour Israël et l’ensemble de la région. Le Conseil de sécurité doit rester vigilant face à l’agression iranienne ».

L’accord sur le nucléaire de 2015 a permis de lever de lourdes sanctions contre l’Iran en échange du gel par Téhéran d’une grande partie de son programme nucléaire. Après s’être retirés de l’accord en mai, les États-Unis se sont engagés à infliger à l’Iran les « sanctions les plus sévères de l’histoire ».

Le New York Times a rapporté mercredi que des chercheurs en armement ont identifié une activité dans une installation iranienne secrète et isolée qui indique la mise au point secrète de missiles à longue portée qui pourraient être utilisés pour attaquer les États-Unis.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...