Rechercher

Israël aurait bombardé les forces d’Assad en Syrie et tué 3 personnes

Trois projectiles ont été lancés vendredi depuis la Syrie et ont atterri sur le plateau du Golan

Sur le plateau du Golan, des colonnes de fumée s'échappent du village syrien de Qouneitra à la suite d'une explosion lors des combats entre les forces loyales au président syrien Bashar el-Assad et les rebelles, près de la frontière de Qouneitra, le 31 août 2014. Illustration. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)
Sur le plateau du Golan, des colonnes de fumée s'échappent du village syrien de Qouneitra à la suite d'une explosion lors des combats entre les forces loyales au président syrien Bashar el-Assad et les rebelles, près de la frontière de Qouneitra, le 31 août 2014. Illustration. (Crédit : Menahem Kahana/AFP)

Trois miliciens pro-régime ont été tués et deux blessés dimanche en Syrie dans un bombardement israélien qui a visé leur camp dans la localité de Qouneitra sur le plateau du Golan, a indiqué un responsable pro-régime.

Le camp visé appartient aux Forces de défense nationale (FND), une milice qui combat aux côtés du régime de Bashar el-Assad dans le pays en guerre, a précisé ce responsable des FND.

Le rapport des FND indique que les trois hommes tués sont Mohammad Ahmad Ibrahim, Safwan Ahmad Salibi et Osama Hamed Faraj.

A Jérusalem, l’armée israélienne, interrogée sur ce bombardement, s’est refusée à tout commentaire.

« L’attaque israélienne a ciblé le camp Al-Fawwar des FND dans la localité de Qouneitra. Il y a eu trois martyrs et deux blessés », a dit le responsable sans être en mesure de préciser la nature exacte du bombardement : attaque aux obus ou raids aériens.

La fumée monte du village syrien de Jubata al-Khashab, après des frappes de l'armée israélienne sur des positions de l'armée syrienne en représailles après un tir de mortier syrien sur le plateau du Golan, le 10 septembre 2016. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)
La fumée monte du village syrien de Jubata al-Khashab, après des frappes de l’armée israélienne sur des positions de l’armée syrienne en représailles après un tir de mortier syrien sur le plateau du Golan, le 10 septembre 2016. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)

Un responsable des FND a déclaré à l’AFP qu’il n’était pas certain que les morts aient été causés par une frappe aérienne ou par des tirs d’obus.

L’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), qui s’appuie sur un vaste réseau de sources et de militants à travers la Syrie, a confirmé dimanche une attaque israélienne sans donner davantage de détails.

Vendredi, l’armée israélienne a visé des positions militaires syriennes sur la localité de Qouneitra en représailles à trois tirs de projectiles en provenance de son voisin du nord tombés sur la partie israélienne du Golan.

Les tirs de part et d’autres n’avaient pas fait de victime. Une porte-parole militaire israélienne avait indiqué qu’il s’agissait « très probablement de tirs errants résultant des combats internes en Syrie ».

Les tirs errants au mortier en provenance de la Syrie en guerre sont fréquents sur le plateau du Golan.

Israël et la Syrie restent officiellement en état de guerre. La ligne de cessez-le-feu sur le Golan était considérée comme relativement calme avant que la guerre n’éclate en Syrie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...