Israël aurait frappé des sites iraniens en Irak
Rechercher

Israël aurait frappé des sites iraniens en Irak

Les avions israéliens élargissent leurs frappes sur les convois d'armements

Un avion de combat israélien F-35 en démonstration lors d'un spectacle aérien à Tel Aviv le 9 mai 2019, alors qu'Israël célèbre son 71e anniversaire d'Indépendance. (Jack Guez/AFP)
Un avion de combat israélien F-35 en démonstration lors d'un spectacle aérien à Tel Aviv le 9 mai 2019, alors qu'Israël célèbre son 71e anniversaire d'Indépendance. (Jack Guez/AFP)

Israël a élargi ses opérations contre des cibles iraniennes en Irak, où des avions de l’armée de l’Air ont mené deux frappes en l’espace de dix jours, selon un article de mardi matin.

Israël mène généralement des frappes aériennes sur le territoire syrien, ciblant des convois de missiles iraniens à destination du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah qui souhaite les utiliser contre l’Etat juif.

Des frappes en Irak par Israël n’ont pas été rapportées depuis le bombardement de 1981 du réacteur nucléaire.

Asharq Al-Awsat, un journal en langue arabe publié à Londres, a cité des sources diplomatiques occidentales affirmant qu’un avion israélien F-35 était à l’origine d’une frappe du 19 juillet contre un dépôt de roquettes sur une base militaire chiite au nord de Baghdad.

Tsahal n’a pas réagi à cet article.

Le réseau al-Arabiya basé en Arabie saoudite avait annoncé, à l’époque, que des membres des Gardiens de la révolution de l’Iran et du Hezbollah avaient été tués dans la frappe. Le journal a expliqué que la base venait de recevoir, juste avant la frappe, des missiles balistiques iraniens, qui étaient cachés à l’intérieur de camions.

L’armée irakienne avait alors déclaré qu’un combattant avait été tué et deux Iraniens blessés, affirmant que la frappe avait été menée par un drone. Les Etats-Unis avaient démenti toute implication.

Dans cette photo du 1 juillet 2016, des membres du groupe paramilitaire soutenu par l’Iran Asaib Ahl al-Haq participent à la marche du Jour Quds à Baghdad, en Irak.
(AP Photo/Hadi Mizban, File)

Asharq Al-Awsat a également déclaré qu’Israël était derrière une autre frappe en Irak menée dimanche contre le Camp Ashraf, l’ancien quartier militaire des Mujahedin du peuple de l’Iran, situé à 40 kilomètres au nord-est de Baghdad et à 80 kilomètres de la frontière iranienne.

Cette frappe visait des conseillers militaires iraniens et une cargaison de missiles balistiques, a déclaré une source citée dans l’article.

L’article a aussi évoqué une frappe en Syrie la semaine dernière qui a été imputée à Israël et dans laquelle neuf personnes ont été tuées, y compris six combattants iraniens pour le régime syrien. L’article affirmait que la frappe visait à empêcher l’Iran de prendre une colline stratégique dans la province de Daraa, dans le sud du pays.

Les missiles israéliens ont ciblé des « positions militaires et des complexes de renseignement appartenant à l’Iran et à des milices [pro-Iran] » dans les provinces du sud de Daara et Quneitra tôt mercredi, avait alors déclaré l’Observatoire syrien pour les droits de l’homme.

Les trois autres personnes tuées dans la frappe étaient des combattants pro-régime syrien, a précisé l’article.

Des explosions observées à proximité de Damas le 1 juillet 2019, lors d’une frappe imputée à Israël. (Capture d’écran/Twitter)

Israël a mené des centaines de frappes aériennes en Syrie depuis le début du conflit en 2011, en ciblant des forces iraniennes et du Hezbollah dans le pays, mais aussi des troupes loyales au régime d’Assad, dans le cadre d’une politique visant à empêcher les transferts d’armes vers le Hezbollah au Liban et l’enracinement de forces militaires iraniennes tout le long de la frontière nord d’Israël.

Habituellement, Israël ne commente pas des articles spécifiques sur des frappes, mais l’Etat juif insiste qu’il a le droit de se défendre en ciblant des positions tenues par l’Iran et le Hezbollah.

Le ministre de la Coopération régionale Tzahi Hanegbi s’est vanté la semaine dernière qu’Israël était le seul pays dans le monde à « tuer des Iraniens ».

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...