Israël confirme 200 frappes en Syrie en 18 mois
Rechercher

Israël confirme 200 frappes en Syrie en 18 mois

Ces frappes ont ciblé des "objectifs militaires, la plupart appartenant aux Gardiens de la révolution", l'armée d'élite du pouvoir iranien, a déclaré un responsable israélien

Une frappe de missile présumée israélienne sur l'aéroport militaire syrien de Mazzé, près de Damas, le 7 décembre 2016. (Crédit : Twitter)
Une frappe de missile présumée israélienne sur l'aéroport militaire syrien de Mazzé, près de Damas, le 7 décembre 2016. (Crédit : Twitter)

L’armée israélienne a mené quelque 200 frappes en Syrie voisine au cours des 18 derniers mois, en visant principalement des cibles iraniennes, a indiqué mardi un responsable, une rare confirmation israélienne de telles opérations militaires.

Au total, 202 frappes ont été menées en Syrie, pays en guerre depuis 2011, a précisé le responsable militaire sous couvert de l’anonymat. Elles ont toutes ciblé des « objectifs militaires, la plupart appartenant aux Gardiens de la révolution », l’armée d’élite du pouvoir iranien.

Ennemi juré d’Israël, l’Iran aide le régime syrien de Bachar al-Assad dans sa guerre contre les rebelles et les jihadistes. Le groupe terroriste chiite du Hezbollah libanais pro-iranien, une autre bête noire de l’Etat hébreu, combat aussi aux côtés des troupes du régime.

Selon le responsable israélien, environ 800 missiles et bombes ont été lancés lors des frappes. Il confirme ainsi les informations rapportées dans plusieurs médias israéliens.

Israël ne cesse de mettre en garde contre un « ancrage » potentiel de l’Iran en Syrie. Une série de frappes qui ont tué des Iraniens en Syrie ont été attribuées à Israël ces derniers mois, mais l’armée israélienne confirme rarement ces opérations.

Tout en disant veiller à ne pas être entraîné dans le conflit syrien, Israël a mené ces dernières années de nombreux raids aériens contre également des positions syriennes et des convois d’armes destinées, selon l’Etat hébreu, au Hezbollah.

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman dirige une réunion de la faction Yisrael Beytenu à la Knesset le 2 juillet 2018. (Hadas Parush/Flash90)

Lundi, le ministre israélien de la Défense Avigdor Liberman a affirmé que son pays pourrait frapper des cibles iraniennes également en Irak si elles menaçaient Israël.

« Nous ferons face à toute menace iranienne, d’où qu’elle vienne. Notre liberté d’action est totale », a-t-il dit, interrogé sur des informations non confirmées selon lesquelles l’Iran aurait fourni des missiles balistiques à des milices chiites alliées en Irak.

Le responsable militaire israélien n’a pas commenté directement mardi ces informations, mais a dit que l’armée était « au courant de transferts de missiles de l’Iran vers l’Irak puis vers la Syrie ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...