Israël dévoile une opération iranienne de renseignements présumée en Cisjordanie
Rechercher

Israël dévoile une opération iranienne de renseignements présumée en Cisjordanie

Un agent iranien en Afrique du sud a dirigé la cellule ; 3 Palestiniens inculpés pour avoir projeté des attentats terroristes et d'avoir collecté des informations pour Téhéran

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Muhammad Maharma, à gauche, un Palestinien accusé d'espionnage en faveur de l'Iran et d'avoir programmé des attentats terroristes contre Israël et d Backer Maharma, un Palestinien vivant en Afrique du sud, accusé d'avoir mis en contact Muhammad avec l' Iran. (Crédit : Shin Bet)
Muhammad Maharma, à gauche, un Palestinien accusé d'espionnage en faveur de l'Iran et d'avoir programmé des attentats terroristes contre Israël et d Backer Maharma, un Palestinien vivant en Afrique du sud, accusé d'avoir mis en contact Muhammad avec l' Iran. (Crédit : Shin Bet)

Les services de sécurité du Shin Bet ont révélé mercredi qu’ils avaient mis à jour une opération de renseignements militaires iranienne menée par une cellule en Cisjordanie qui, selon eux, programmait des attentats terroristes et collectait des informations en faveur de la république islamique.

Les trois membres présumés de la cellule ont été arrêtés au mois de novembre et des inculpations ont été prononcées au début de la semaine par un tribunal militaire, a ajouté le Shin Bet.

Selon les services de sécurité, la cellule a opéré en Cisjordanie, en particulier dans le secteur de Hébron, pendant plus de deux ans. Le Shin Bet n’a pas indiqué quand son enquête sur ses activités avait commencé.

L’annonce faite par le Shin Bet sur cette cellule d’espionnage présumée au bénéfice de l’Iran survient dans un contexte de condamnations de la part des forces de sécurité israéliennes et les politiciens de Téhéran et du soutien apporté par la république islamique en Cisjordanie et dans la bande de Gaza.

L’opération visant à exposer cette conspiration présumée a été dirigée par le Shin Bet, qui a travaillé aux côtés de l’armée et de la police israéliennes.

A la tête de cette cellule, un étudiant en sciences informatiques de 29 ans originaire de Hébron, Muhammad Maharma, qui aurait reçu des ordres auprès d’un opérateur iranien en Afrique du sud, a fait savoir le Shin Bet.

La cellule était constituée de deux autres membres, Nour Maharma et Diaa Sarahneh, âgés tous les deux de 22 ans et également originaires de Hébron.

« Cette opération démontre l’implication iranienne dans l’encouragement apporté aux attentats terroristes contre Israël et montre également les forces envoyées par l’Iran dans le monde entier afin de faire avancer des activités ennemies contre Israël », a déclaré le Shin Bet dans un communiqué.

Selon le service de sécurité, en 2015, Muhammad Maharma avait été recruté pour travailler pour Téhéran par son cousin, Backer Maharma, parti en Afrique du sud depuis Hébron. Il aurait commencé à servir les renseignements iraniens.

“Backer a même présenté Muhammad à un certain nombre d’occasions à des responsables iraniens, dont certains se sont rendus en [Afrique du sud] depuis Téhéran pour le rencontrer », a indiqué le Shin Bet.

Selon les services de sécurité, leur enquête a permis de découvrir que Téhéran a utilisé l’Afrique du sud « comme un front important pour trouver, enrôler et déployer des agents en Israël et en Cisjordanie ».

Le Shin Bet a expliqué que la cellule de Maharma avait reçu un certain nombre d’instructions de la part des Iraniens, notamment celle de trouver un kamikaze pour un attentat-suicide à la bombe et de recruter des tireurs pour une attaque à l’arme à feu.

Les Palestiniens auraient aussi reçu l’ordre de monter un magasin d’informatique qui, selon le Shin Bet, pourrait avoir été utilisé comme base pour la collecte de renseignements, et ils auraient également eu pour instruction de trouver de l’argent et des cartes SIM israéliennes.

Muhammad Maharma a dit aux enquêteurs qu’il lui avait été demandé de trouver un Israélien arabe qui aurait accepté de prendre des photos sur le territoire de l’Etat juif, plus particulièrement un journaliste qui aurait eu davantage accès à des « lieux officiels », a ajouté le Shin Bet.

En échange, Backer a donné 8 000 dollars à Muhammad, a poursuivi le service de sécurité.

Muhammad Maharma a été accusé dans un tribunal militaire de Cisjordanie d’être entré en contact avec un agent ennemi, d’avoir reçu de l’argent de la part d’une nation ennemie et d’avoir tenté de rejoindre une organisation illégale.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a commenté l’arrestation des suspects en disant que la cellule faisait partie des initiatives iraniennes de prendre Israël pour cible « non seulement en aidant des groupes terroristes comme le Hamas ou le Hezbollah mais également en tentant d’organiser directement des attentats terroristes au coeur du territoire israélien et contre des civils israéliens ».

« Ce n’est pas la première fois », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...