Israël « devrait apprendre de l’Afghanistan », menace Nasrallah
Rechercher

Israël « devrait apprendre de l’Afghanistan », menace Nasrallah

"Les Israéliens sont ceux qui observent le plus attentivement et tirent les conclusions de cette situation", a déclaré Hassan Nasrallah après la prise de pouvoir par les talibans

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, s' est adressé à ses partisans dans la banlieue sud de Beyrouth, au Liban, le 3 novembre 2014. (Crédit : AP Photo/Hussein Malla, File)
Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, s' est adressé à ses partisans dans la banlieue sud de Beyrouth, au Liban, le 3 novembre 2014. (Crédit : AP Photo/Hussein Malla, File)

Le chef du groupe terroriste libanais du Hezbollah a qualifié mardi la conduite des États-Unis suite à la conquête de l’Afghanistan par les talibans de « chute morale de l’Amérique ».

Dans un discours télévisé diffusé par les médias officiels du Hezbollah, Hassan Nasrallah a déclaré que le retrait des États-Unis devrait amener les gens à repenser l’avenir potentiel du soutien américain à Israël.

« Ceux qui regardent le plus attentivement et tirent des conclusions de tout cela sont les Israéliens », a-t-il déclaré.

« Afin que les Américains ne se battent pas pour d’autres [nations], [le président Joe] Biden a pu accepter un échec historique. Quand il s’agit du Liban et de ceux qui l’entourent, qu’en sera-t-il ? », a interrogé Nasrallah.

Les talibans ont repris le pouvoir dimanche après l’effondrement du gouvernement soutenu par les États-Unis, lorsque les militants islamistes sont entrés dans la capitale Kaboul après une conquête éclair de l’Afghanistan.

« Tout le monde doit la considérer et la méditer », a déclaré Nasrallah, en faisant référence à la victoire des talibans. « Ceux qui ont le plus besoin d’en tirer des conclusions et de la sagesse sont les peuples de cette région. »

Nasrallah a fait remarquer de manière cinglante que les États-Unis n’avaient pas extrait de l’Afghanistan contrôlée par les talibans de nombreux Afghans qui avaient collaboré avec eux.

« Ils ont évacué les chiens qui travaillaient dans les forces de sécurité, mais pas ceux qui les ont aidés. Ils ont sorti leur équipement, mais ont laissé les êtres humains derrière eux… Ce sont les Américains », a déclaré Nasrallah.

Des combattants talibans prient tout en levant leur drapeau au domicile du gouverneur de la province de Ghazni, dans le sud-est de l’Afghanistan, le 15 août 2021. (Crédit : AP Photo/Gulabuddin Amiri)

Le secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale iranien, Ali Shamkhani, a tweeté un message similaire mercredi, affirmant que « le sort des États-Unis au Vietnam et en Afghanistan sera aussi le sort immuable du régime sioniste occupant ».

« La fin de toute occupation est une expulsion humiliante », a-t-il ajouté dans un post qui a également été publié en hébreu, mais avec plusieurs erreurs de traduction.

Le chef de l’opposition israélienne Benjamin Netanyahu a écrit sur Facebook plus tôt mercredi que le secrétaire d’État américain John Kerry avait cherché à le faire venir en Afghanistan en 2013 afin de lui montrer comment les États-Unis pouvaient construire une armée de locaux capables de lutter contre la terreur.

« Le message était clair – le ‘modèle afghan’ était le modèle que les États-Unis voulaient mettre en œuvre avec les Palestiniens », a-t-il écrit.

« Nous obtiendrions les mêmes résultats [que l’Afghanistan] si nous donnions des parties de notre patrie aux Palestiniens », a-t-il affirmé.

Dimanche, un haut responsable du Hamas, le groupe terroriste qui dirige la bande de Gaza, a également établi un lien entre la lutte des talibans contre le gouvernement afghan soutenu par les États-Unis et la lutte du Hamas contre Israël.

« Les talibans sont victorieux aujourd’hui après avoir été accusés d’être moyenâgeux et terroristes. Ils émergent aujourd’hui comme un mouvement plus intelligent et plus réaliste. Ils ont affronté l’Amérique et ses agents et ont refusé tout compromis avec eux. Ils n’ont pas été trompés par les gros titres sur la ‘démocratie’ et les ‘élections' », a tweeté Moussa Abu Marzouk lundi.

Tout comme le Hamas, le Jihad islamique a félicité les talibans pour leur conquête de l’Afghanistan, que le groupe terroriste palestinien a qualifiée de « libération de la terre [afghane] de l’occupation occidentale et américaine ».

Les analystes ont averti que la prise de contrôle de l’Afghanistan par les talibans risquait d’enhardir les djihadistes du monde entier.

« La victoire des talibans va donner aux groupes djihadistes du monde entier un sérieux coup de pouce. Elle leur fait croire qu’ils peuvent expulser les puissances étrangères, même les grandes puissances militaires comme les États-Unis », a déclaré à l’AFP Colin Clarke, directeur de recherche au centre de réflexion Soufan, basé à New York.

« Je m’attends à voir un grand blitz de propagande qui culminera lors du 20e anniversaire des attentats du 11 septembre. Cela améliorera le moral des djihadistes de l’Afrique du Nord à l’Asie du Sud-Est », a-t-il ajouté.

Des membres de l’aile militaire du groupe terroriste du Hamas ont défilé à Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 27 mai 2021, alors que le Hamas a revendiqué la victoire après un conflit de 11 jours avec Israël. (Crédit : SAID KHATIB / AFP)

Aymenn Jawad Al-Tamimi, chercheur au programme sur l’extrémisme de l’université George Washington, a déclaré que l’exemple de la patience des talibans convaincrait les djihadistes du monde entier de continuer à se battre, malgré l’hostilité existante entre les fondamentalistes afghans et l’État islamique.

« La prise de contrôle de l’Afghanistan par les talibans est quelque chose qui enhardit en fait les djihadistes partout, même si l’EI n’en est pas nécessairement heureux. Lorsque les groupes voient les talibans célébrer la victoire, je pense que cela les convainc que s’ils continuent à se battre, ceux qu’ils combattent finiront par s’effondrer, que ce soit en Somalie ou en Afrique de l’Ouest. Finalement, ils espèrent simplement que les puissances qui soutiennent ces gouvernements qu’ils combattent se retireront. »

Al-Thabat, le bras de propagande d’Al-Qaïda, a déjà salué la prise de contrôle de l’Afghanistan par les talibans, en déclarant que « les musulmans et les moudjahidines du Pakistan, du Cachemire, du Yémen, de Syrie, de Gaza, de Somalie et du Mali célèbrent la libération de l’Afghanistan et l’application de la charia en son sein ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...