Rechercher

Israël et le Maroc espèrent un Moyen-Orient « dynamique, en paix »

Lors d'un événement spécial organisé à Washington, les ambassadeurs ont évoqué la coopération croissante entre les deux pays qui, selon eux, profitera à toute la région

L'ambassadrice marocaine aux États-Unis, la princesse Lalla Joumala, et l'ambassadeur israélien aux États-Unis, Michael Herzog, lors d'un événement fêtant le premier anniversaire de la reprise des liens entre les pays, le 9 décembre 2021. (Crédit : Shmulik Almani)
L'ambassadrice marocaine aux États-Unis, la princesse Lalla Joumala, et l'ambassadeur israélien aux États-Unis, Michael Herzog, lors d'un événement fêtant le premier anniversaire de la reprise des liens entre les pays, le 9 décembre 2021. (Crédit : Shmulik Almani)

Israël et le Maroc ont fêté jeudi le premier anniversaire de la reprise des liens entre les deux pays dans le cadre des Accords d’Abraham, avec un événement particulier organisé à Washington.

L’ambassadeur israélien aux États-Unis, Michael Herzog, a évoqué l’attachement de Jérusalem aux projets de coopération divers.

« Les relations entre les Juifs et le Maroc sont anciennes, particulières et importantes », a-t-il commenté. « Des générations de Juifs ont trouvé refuge au Maroc dans l’histoire. Ensemble, nous pouvons faire avancer une vision commune d’un Moyen-Orient stable, dynamique et prospère. »

La princesse Lalla Joumala, ambassadrice du Maroc, a évoqué « l’initiative courageuse » prise par son pays de retisser des liens diplomatiques avec Israël – une initiative « qui ouvre de nouvelles voies de coopération ». Elle a noté la nécessité d’exploiter les nouvelles opportunités qui se présentent et ce nouvel élan en faveur de la paix dans la région.

Le mois dernier, le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz, était venu dans le royaume où il avait signé un protocole d’accord officialisant les liens sécuritaires entre les deux pays et facilitant les échanges dans le secteur du renseignement, en autorisant les armées et les ministères de la Défense des deux nations à communiquer directement. Ce protocole d’accord a simplifié également les éventuelles ventes d’armes et de systèmes de défense israéliens au Maroc.

Cela avait été le tout premier accord de ce type de l’histoire entre l’État juif et un pays arabe, avaient précisé les responsables israéliens.

L’ambassadrice marocaine aux États-Unis, la princesse Lalla Joumala, et l’ambassadeur israélien aux États-Unis, Michael Herzog, lors d’un événement fêtant le premier anniversaire de la reprise des liens entre les pays, le 9 décembre 2021. (Crédit : Shmulik Almani)

Depuis l’année dernière, après la reprise des liens entre les deux pays, Rabat et Jérusalem ont signé un certain nombre de protocoles d’accord dans différents dossiers – comme notamment l’aviation civile, le forage pétrolier, la recherche sur l’eau et les finances. Les deux pays ont aussi rouvert leurs bureaux respectifs de liaison qui avaient été fermés quand le Maroc avait rompu ses liens avec Israël au début de la Seconde Intifada, en l’an 2000.

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid s’était rendu au mois d’août au Maroc pour ouvrir officiellement le bureau de liaison israélien à Rabat, mais aussi pour y rencontrer de hauts-responsables et signer une série d’accords. Les deux pays prévoient de transformer à terme ces bureaux de liaison en ambassades pleines et entières même si aucune date spécifique n’a encore été déterminée pour ce faire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...