Israël fustige le discours de Loukachenko: « Les Juifs mettent le monde à genoux »
Rechercher

Israël fustige le discours de Loukachenko: « Les Juifs mettent le monde à genoux »

Le ministère des Affaires étrangères dit avoir convoqué le chargé d'affaires biélorusse suite aux propos du dirigeant ; l'ambassade affirme que les commentaires ont été "déformés"

Le président biélorusse Alexandre Loukachenko après avoir voté dans un bureau de vote arborant le drapeau biélorusse, lors des élections présidentielles à Minsk, Biélorussie, le 9 août 2020. (Crédit : AP Photo/Sergei Grits)
Le président biélorusse Alexandre Loukachenko après avoir voté dans un bureau de vote arborant le drapeau biélorusse, lors des élections présidentielles à Minsk, Biélorussie, le 9 août 2020. (Crédit : AP Photo/Sergei Grits)

Le ministère des Affaires étrangères a critiqué mardi les déclarations récemment formulées par le président biélorusse Alexandre Loukachenko, dans lesquelles il a affirmé que le monde s’inclinait devant les Juifs.

Le ministère a déclaré que ces commentaires étaient « inacceptables » et que Gary Koren, directeur général adjoint pour l’Eurasie et les Balkans occidentaux, avait convoqué le chargé d’affaires de l’ambassade de Biélorussie en Israël pour discuter de l’incident.

Dans un discours prononcé samedi sur la sensibilisation aux crimes de guerre nazis contre des citoyens biélorusses, Loukachenko a déclaré que le peuple de son pays devait suivre l’exemple des « Juifs qui ont mis le monde à genoux ».

« J’ai déjà dit que nous avons commencé à le faire, en enquêtant sur les crimes du nazisme sur la terre biélorusse. Cela s’apparente à l’Holocauste biélorusse, ou l’Holocauste du peuple biélorusse. Les Juifs ont pu le prouver. Le monde entier s’incline aujourd’hui devant eux, ils ont même peur de les montrer du doigt, et nous sommes si tolérants, si gentils, nous ne voulions offenser personne », a-t-il déclaré.

Le dirigeant autoritaire s’exprimait samedi à l’occasion de la fête de l’indépendance de la Biélorussie, qui marque la libération par les forces soviétiques de la capitale Minsk des mains des nazis en 1944.

Dans ce discours, qui a été prononcé à l’occasion du jour de l’indépendance du Belarus, Loukachenko a mis en garde contre le révisionnisme de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, mais n’a pas précisé qui était à l’origine de ces tentatives.

L’ambassade de Biélorussie en Israël a répondu que les articles de la presse israélienne rapportant les commentaires de Loukachenko étaient « déformés » et « n’avaient rien à voir avec la réalité ».

Dans un communiqué, l’ambassade a déclaré que Loukachenko comparait, mais n’assimilait pas, les souffrances de la Biélorussie pendant la guerre à celles des Juifs pendant la Shoah, et a noté que des centaines de milliers de Juifs avaient également été tués dans le pays.

L’ambassade a en outre expliqué que Loukachenko avait présenté les efforts d’Israël pour commémorer la Shoah comme « un exemple pour les Biélorusses [du] travail colossal et réussi de l’État juif pour préserver la vérité et la mémoire historiques, y compris sur la scène internationale ».

« Le noble objectif de ce travail – perpétuer la mémoire des victimes de l’Holocauste et empêcher toute tentative de le nier – ne fait aucun doute », a indiqué l’ambassade dans le communiqué.

Les nazis ont tué environ 3 millions de civils au Belarus, dont quelque 800 000 Juifs.

Les expressions publiques d’antisémitisme sont rares en Biélorussie, mais le pays a connu une hausse de la rhétorique antisémite en ligne en 2018, après qu’un homme d’affaires juif a ouvert un restaurant aux abords d’une fosse commune de victimes non-juives de la police secrète soviétique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...