Israël: les diplômés d’université gagnent plus que les diplômés d’écoles privées
Rechercher

Israël: les diplômés d’université gagnent plus que les diplômés d’écoles privées

D'après une étude de la Banque d'Israël, entre 2008 et 2015, les diplômés d'universités percevaient un "rendement solide" de leurs études par rapport aux simples bacheliers

Le campus du Technion (Crédit : autorisation)
Le campus du Technion (Crédit : autorisation)

Une nouvelle étude de la Banque d’Israël a révélé qu’entre 2008 et 2015 le salaire annuel brut des diplômés des universités israéliennes était supérieur d’environ 10 %  au salaire des diplômés des écoles spécialisées de l’enseignement supérieur non-universitaires.

Les diplômés des écoles privées – qui ne sont pas financées par le gouvernement – percevaient des salaires de 6 % à 7 % supérieurs à ceux des diplômés des écoles publiques.

Le classement des salaires annuels selon le type d’établissement reste inchangé même après ajustement tenant compte du sexe, de la nationalité et du revenu des parents, selon l’étude.

Le nombre d’Israéliens ayant fait des études supérieures a presque triplé depuis le début des années 1990. Israël se situe actuellement très haut au sein de l’OCDE en termes de pourcentage de diplômés de l’enseignement supérieur dans la population.

A LIRE : Israël est le 3e pays le plus éduqué au monde – OCDE

Cela est dû, entre autres, à l’expansion rapide du réseau des écoles spécialisées de l’enseignement supérieur, qu’elles soient publiques/financées par le gouvernement ou privées/non financées, en fonctionnement depuis le début des années 1990. Ces écoles – à l’exception de celles qui forment les enseignants – accueillent actuellement la moitié des étudiants en licence du pays.

L’étude de la Banque d’Israël s’est penchée sur la prime salariale que les diplômés obtenaient après avoir étudié dans les différents types d’établissements en Israël. L’étude a examiné les données concernant toutes les personnes nées entre 1978 et 1985 et s’est appuyée sur diverses caractéristiques démographiques et socio-économiques de ces individus et de leur famille, sur leurs notes au baccalauréat et à l’examen psychométrique, sur leur formation académique et sur leur salaire brut entre 2008 et 2015.

De solides rendements pour les diplômés des universités publiques également

Bien que l’étude ait révélé que la prime salariale accordée aux diplômés des écoles publiques était inférieure à celle accordée à ceux issus d’universités ou d’écoles privées, elle a également révélé que les titulaires d’une licence délivrée par une école publique restaient mieux lotis que ceux qui détenaient seulement le baccalauréat, indiquant que « les études dans les écoles publiques produisent aussi un solide rendement ».

Les salaires des diplômés en sciences sociales et en commerce des écoles publiques sont environ 30 % plus élevés que ceux des bacheliers, l’écart est de 80 % pour les diplômés en sciences informatiques.

Les résultats montrent également que les types d’établissements de l’enseignement supérieur sont classés différemment en termes de salaires pour chaque domaine d’études.

Les salaires annuels et horaires des diplômés en ingénierie et en études paramédicales sont plus élevés s’ils ont étudié à l’université, alors qu’en commerce, les salaires des diplômés des écoles sont plus élevés, selon l’étude.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...