Israël : l’immigration juive atteint son niveau le plus élevé depuis 10 ans
Rechercher

Israël : l’immigration juive atteint son niveau le plus élevé depuis 10 ans

Le pays d'où provient le plus grand nombre de nouveaux immigrants est la France avec une augmentation de 118 % en deux ans

De jeunes Juifs français qui viennent de faire leur alyah. Illustration. (Crédit : Miriam Alster/Flash 90)
De jeunes Juifs français qui viennent de faire leur alyah. Illustration. (Crédit : Miriam Alster/Flash 90)

Le ministre israélien de l’Immigration Zeev Elkin a affirmé mercredi que « plus de 30 000 nouveaux immigrants devaient arriver en Israël en 2015 », le chiffre le plus important depuis dix ans, selon un communiqué de la commission parlementaire de l’Immigration.

Présentant un bilan annuel des activités de son ministère devant cette commission, Elkin a évoqué une augmentation de 16 % par rapport à 2014, quand 27 488 personnes avaient immigré en Israël, dépassant ainsi le chiffre de 2005 avec 23 268 personnes.

Le pays d’où provient le plus grand nombre de nouveaux immigrants est la France avec une augmentation de 118 % en deux ans et un chiffre prévu de 7 500 personnes pour 2015 contre 6 985 en 2014 et 3 440 en 2013, selon le ministère.

En 2014, pour la première fois depuis la création d’Israël en 1948, la France avait été le premier pays d’émigration vers Israël avec plus de 6 000 immigrants.

Estimés à 500 000 ou 600 000 membres, les juifs de France représentent la première communauté juive d’Europe et la troisième au monde, derrière Israël et les Etats-Unis.

L’immigration des juifs de France est devenue une priorité pour les autorités israéliennes, dans un climat d’inquiétude sur une montée de l’antisémitisme en Europe.

Selon le bilan du ministère, Israël devrait également accueillir en 2015, 7 100 juifs d’Ukraine (250 % d’augmentation depuis deux ans), 6 300 de Russie et 2 900 des Etats-Unis.

L’alyah, « ascension » en hébreu, qui désigne l’émigration des juifs vers Israël, est consubstantielle à l’Etat hébreu.

Depuis 1948, plus de trois millions de juifs ont fait leur « alyah » pour échapper aux persécutions, ou au nom de l’idéal sioniste.

« Ces dernières années, nous assistons à une augmentation bienvenue du nombre de nouveaux immigrants », a affirmé le ministre.

Il a par ailleurs déploré le manque de moyens financiers de son ministère affirmant que « si certaines personnes viennent en Israël pour des raisons idéologiques, la majorité des immigrants arrivent suite à des changements politiques, des difficultés économiques et la peur de l’antisémitisme. Nous devons faciliter leur intégration afin d’éviter qu’ils s’installent dans d’autres pays », a expliqué Elkin, lui-même originaire de Russie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...