Israël en guerre - Jour 229

Rechercher

Israël prolonge l’assignation à résidence d’une journaliste palestinienne

Les autorités accusent Lama Ghosheh "d'identification avec un groupe terroriste" et "d'incitation à la violence"

La journaliste palestinienne Lama Ghosheh devant le tribunal de première instance de Jérusalem, le 21 mars 2023. (Crédit : Hiba Aslan/AFP)
La journaliste palestinienne Lama Ghosheh devant le tribunal de première instance de Jérusalem, le 21 mars 2023. (Crédit : Hiba Aslan/AFP)

Le tribunal de district de Jérusalem a prolongé de fait mardi l’assignation à résidence d’une journaliste palestinienne de Jérusalem-Est, poursuivie pour incitation à la violence, en renvoyant son verdict à une date ultérieure, a déclaré son avocat. 

Lama Ghosheh, 30 ans, une journaliste indépendante travaillant pour plusieurs médias palestiniens, fait l’objet d’une assignation à résidence depuis le mois de septembre après avoir passé 10 jours en prison. 

Les autorités israéliennes l’accusent « d’identification avec un groupe terroriste » et « d’incitation à la violence », notamment via des messages et sur son compte Facebook, selon l’acte d’accusation consulté par l’AFP. 

Mardi, l’avocat de Ghoshesh, Mohamed Mahmoud a déclaré au tribunal que le verdict dans le jugement de sa cliente attendu pour mardi avait été repoussé au 18 avril, prolongeant de facto sa détention provisoire à son domicile jusqu’au jugement.

Selon lui, si sa cliente venait à être reconnue coupable, le tribunal envisagerait de la condamner à une peine de travaux d’intérêt général plutôt qu’à de la prison.

Arrivée au tribunal avec ses deux enfants de 3 et 5 ans, Ghosheh a déclaré à l’AFP que ses publications sur Facebook reflétaient « le récit de la rue palestinienne et qu’elles n’étaient pas le produit de (son) imagination’. 

« L’assignation à résidence a transformé ma maison d’un endroit sûr à un espace d’autorité et de contrôle », a-t-elle ajouté. 

Lundi, Israël a ordonné la fermeture, à Jérusalem-Est, d’un bureau de production travaillant pour le compte de la Radio-Télévision publique palestinienne, affirmant que cette société n’était pas régulièrement enregistrée auprès des autorités israéliennes et l’accusant « d’incitation à la haine ». 

Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ), basé à New York, a exhorté lundi les autorités israéliennes à « annuler immédiatement (cet) ordre » et à « cesser de harceler les membres de la presse ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.