Israël rejoint la campagne parodique internationale sur Trump
Rechercher

Israël rejoint la campagne parodique internationale sur Trump

La séquence diffusée durant une émission satirique, évoque Israël - cette terre où "Dieu a couché avec Marie" -exigeant pour l'état juif la seconde place après "America First"

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Le programme satirique israélien Gav HaUmah, présenté par le comédien Lior Schlein, a rejoint samedi le concours humoristique international des pays revendiquant le statut de “numéro deux” suite au message de Donald Trump, “America First” (« l’Amérique en premier »).

Schlein a présenté un appel filmé à Trump expliquant qu’il avait été démarché par un programme satirique allemand équivalent pour participer à la campagne qui a été lancée par un comédien juif néerlandais à la fin du mois dernier.

« Et moi, Schlein, lorsque les Allemands me demandent de faire quelque chose, je m’exécute », a-t-il dit avec malice.

Les émissions comiques, dans au moins 17 pays, ont soumis des vidéos faisant campagne – avec une bonne dose d’humour – pour que leurs nations viennent « en second », juste après « America first ».

Le clip israélien, comme les autres, a été rédigé en utilisant des structures de phrases similaires dont Trump est particulièrement friand. La voix du narrateur est également très ressemblante à celle de l’ancienne star de télé-réalité.

« Cher M. le président », commence l’intervenant poliment dans la vidéo. « Bienvenue dans cette séquence qui vous présentera Israël ».

Puis le film commence à tourner Trump en ridicule en reprenant une série de gaffes extraites de sa campagnes, de la période de transition et des toutes premières semaines de sa présidence.

« Israël… Le lieu le plus saint de la terre. C’est là que Dieu a couché avec Marie, OK ? Pas de consentement, en plus elle était vierge ».

« A ajouter à ça, elle n’a même pas eu de matière pour porter plainte », continue la vidéo, se moquant apparemment de l’attitude méprisante adoptée par le président face aux accusations d’agressions sexuelles qui avaient été formulées à son encontre avant sa victoire inattendue au mois de novembre.

Lior Schlein, présentateur de l'émission satirique Gav Haumah, présente la vidéo que son programme a présenté dans le concours mondial visant à devenir le second pays après "America first" le 11 février 2017 (Capture d'écran :YouTube)
Lior Schlein, présentateur de l’émission satirique Gav Haumah, présente la vidéo que son programme a présenté dans le concours mondial visant à devenir le second pays après « America first » le 11 février 2017 (Capture d’écran :YouTube)

« Israël, c’est là qu’est né Jésus, un type génial, un vrai winner », continue le clip.

« On dit que [les Juifs] l’ont crucifié. Ce n’est pas vrai. Ce n’était pas de vrais Juifs. Je le jure, vous, les horribles médias », utilisant la rhétorique d’attaque de la presse telle qu’elle est largement utilisée par le président américain.

La vidéo tourne ensuite en ridicule l’admiration de Trump pour la Russie et pour son président, Vladimir Poutine, et l’information rendue publique le mois dernier que les Russes auraient réuni des documents compromettants sur Trump.

Sont aussi évoqués ses sarcasmes apparents à l’égard d’un journaliste handicapé pendant sa campagne ainsi que les attouchements sexuels dont il s’était vanté et qui avaient refait surface dans un enregistrement diffusé avant les élections.

En référence à l’ordre exécutif signé par l’occupant de la Maison Blanche, qui interdit l’entrée aux Etats Unis de ressortissants de sept pays à majorité musulmane, la vidéo souligne que « plus de Musulmans à Jérusalem, c’est moins de Musulmans qui viennent en Amérique ».

Elle tourne également en dérision plusieurs notions, souvent adoptées par les antisémites, selon lesquelles les Juifs dirigent le système financier mondial, le show-business et le milieu de la comédie.

La vidéo plaisante du dégoût affiché par le président pour l’émission « Saturday Night Live », rappelant à Trump qu’il était impossible de reprocher aux Juifs les imitations de l’acteur Alec Baldwin – non-juif et, par conséquent, pas drôle – mais également parce que les Juifs ne regardent pas la télévision pendant le Shabbat.

L’émission est diffusée après la tombée de la nuit, le samedi, et son créateur Lorne Michaels est lui-même juif.

Le clip avance aussi l’idée qu’Israël a contribué à rendre l’Amérique « grande une nouvelle fois » – le slogan de campagne de Trump – en étant tout simplement un ennemi de l’Iran.

« L’Amérique et Israël, on a un ennemi commun : l’Iran. On appelle l’Iran le petit Satan. On appelle l’Amérique le grand Satan alors, grâce à nous, l’Amérique est grande à nouveau ».

Cette campagne de 4 minutes trente environ se conclue comme toutes les autres par un appel final à Trump.

« Nous comprenons très bien que ce sera l’Amérique en premier, mais est-ce qu’on peut juste s’autoriser à dire : “Israël en second ? »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...