Israël se dirigerait vers une troisième vague – responsables hospitaliers
Rechercher

Israël se dirigerait vers une troisième vague – responsables hospitaliers

Dans une visioconférence avec le chef du ministère de la Santé, les responsables auraient averti d'une 3e, voire d'une 4e recrudescence virale avant la fin de la pandémie

Des personnels médicaux portant des équipements de protection recouvrent la dépouille d'un homme décédé des suites de la COVID-19 dans l'unité pour soins intensifs mise en place pour les malades du coronavirus au centre médical Shaare Zedek de Jérusalem, le 23 novembre 2020. (Crédit : AP Photo/Oded Balilty)
Des personnels médicaux portant des équipements de protection recouvrent la dépouille d'un homme décédé des suites de la COVID-19 dans l'unité pour soins intensifs mise en place pour les malades du coronavirus au centre médical Shaare Zedek de Jérusalem, le 23 novembre 2020. (Crédit : AP Photo/Oded Balilty)

Les chefs des hôpitaux israéliens ont déclaré que, selon eux, le pays se dirigeait tout droit vers une troisième vague d’infections au coronavirus, a fait savoir un reportage diffusé à la télévision jeudi, après qu’Israël a franchi le seuil des 1 000 nouveaux cas quotidiens pour la première fois en un mois.

Selon les informations transmises par la Douzième chaîne, les chefs des hôpitaux ont émis un avertissement lors d’une rencontre par visioconférence, mercredi, avec le directeur-général du ministère de la Santé Chezy Levy.

Les dirigeants auraient convenu du fait qu’ils s’attendaient à au moins une nouvelle recrudescence des infections – voire à deux – avant la fin de l’épidémie que devrait permettre un programme de vaccination.

Une source anonyme, ayant assisté à la réunion, a dit à la chaîne que les responsables des hôpitaux avaient reconnu à l’unanimité qu’une troisième vague était sur le point de s’abattre sur le sol israélien et que le nombre d’hospitalisations, qui est actuellement bas, ne résultait que du second confinement national.

Le directeur général du ministère de la Santé, Chezy Levy, lors d’une conférence de presse à Jérusalem sur le coronavirus, le 13 juillet 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

La source a fait savoir que Levy n’avait pas donné son opinion sur le sujet.

Il y a eu 1068 nouveaux cas diagnostiqués mercredi – soit 1,8 % des 60 463 résultats de tests révélés dans la journée, ont indiqué les chiffres du ministère. L’Etat juif n’avait plus connu de journée marquée par plus de mille nouveaux cas depuis le 22 octobre.

Après avoir dépassé les 9 000, mercredi, pour la première fois depuis presque trois semaines, le nombre de cas actifs du coronavirus dans le pays s’est élevé à 9 522 – sur un total de 332 317 cas enregistrés depuis le début de la pandémie.

Sur les personnes atteintes par la COVID-19, 282 se trouvent dans un état grave et 122 ont été placées sous respirateur.

Des agents du Magen David Adom portant des vêtements de protection devant l’unité de lutte contre le coronavirus de l’hôpital Shaare Zedek à Jérusalem, le 14 septembre 2020. (Nati Shohat/Flash90)

Malgré les chiffres en hausse, les ministres du cabinet ont approuvé un plan-pilote prévoyant la réouverture de 15 centres commerciaux dans tout le pays.

Les marchés en plein air et certains musées seront aussi autorisés à reprendre leurs activités dans le cadre du plan pilote, qui vise à tester l’efficacité des mesures de sûreté mises en place face au virus.

Les centres commerciaux auront ainsi la permission d’ouvrir vendredi et ils pourront recevoir des clients jusqu’au 6 décembre. Leurs propriétaires ont réclamé cette réouverture dès vendredi pour pouvoir profiter des ventes du Black Friday.

Israël avait imposé un deuxième confinement le 18 septembre. Ce confinement avait permis de diminuer l’ampleur de l’épidémie de manière notable, mais a également paralysé une grande partie de l’économie et de la vie publique, avec notamment la fermeture de l’ensemble du système scolaire. Depuis, le gouvernement a commencé à lever les restrictions, mais les responsables de la santé ont tiré la sonnette d’alarme face à la hausse du taux d’infection, qui avait dans un premier temps connu une baisse avant de repartir à la hausse.

Des Israéliens dans une file d’attente devant un magasin de vêtements faisant la promotion du Black Friday à Tel Aviv, le 25 novembre 2020. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)

Les hauts-responsables israéliens de la Santé ont mis en garde de manière répétée concernant l’éventuelle nécessité d’un troisième confinement national au sein de l’Etat juif qui viserait à contenir une nouvelle fois le virus – avertissant qu’un troisième confinement pourrait s’avérer indispensable pour réduire sa propagation et réclamant qu’un nouvel assouplissement des limitations soit conditionné à une baisse supplémentaire des infections.

Le nombre de reproduction de base de la COVID-19 – le nombre moyen de personnes contaminées par chaque porteur du coronavirus – a dépassé les 1 pendant les dernières journées du mois d’octobre et pour la première fois depuis l’assouplissement du confinement. Il a continué à augmenter avant de baisser légèrement en octobre.

Les chiffres révélés mercredi, qui se basent sur le nombre de nouveaux cas – à savoir le nombre de personnes contaminées il y a dix jours en tenant compte de la période d’incubation du virus – indiquent que le taux de transmission s’élève dorénavant à 1,06.

Ce taux de transmission, lorsqu’il dépasse 1, indique que la courbe des malades va augmenter de manière exponentielle.

Le cabinet dit « du coronavirus » avait décidé que la sortie du confinement ne serait amorcée que lorsque le taux de transmission se situerait en deçà de 0,8. Selon les dispositions contenues dans le plan du ministère de la Santé, les mesures de levée du confinement doivent cesser en cas d’augmentation de ce taux. Le gouvernement a toutefois ignoré ce seuil et réclamé une levée rapide des restrictions.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...