Rechercher

Israël se fixe un objectif de production d’énergie renouvelable de 40 % d’ici 2030

La feuille de route du ministère de la Protection de l'environnement appelle à des objectifs d'énergie solaire plus ambitieux, plus axés sur les combustibles fossiles

Des panneaux solaires. (Crédit : lovelyday12, iStock par Getty Images)
Des panneaux solaires. (Crédit : lovelyday12, iStock par Getty Images)

Le ministère de la Protection de l’environnement a publié mardi une feuille de route visant à permettre à Israël de produire 40 % de son électricité à partir de sources renouvelables d’ici 2030, tout en permettant d’économiser environ 6 milliards de shekels d’ici la fin de la décennie.

L’objectif actuel du gouvernement est de 30 %. Le nouvel objectif nécessitera de fournir 17 gigawatts d’énergie renouvelable et 3,5 gigawatts de stockage.

À l’heure actuelle, alors que l’échéance se situe à seulement huit ans, les sources d’énergie renouvelable génèrent seulement 3,5 gigawatts d’électricité et la capacité de stockage d’énergie renouvelable des installations approuvées ne peut dépasser 1,5 gigawatt.

Le projet s’appuie sur des recherches antérieures menées au sein du ministère, qui estiment que 42 % de l’électricité pourrait être produite à partir d’énergies renouvelables, principalement l’énergie solaire, d’ici 2030.

Le nouveau document énumère certains des obstacles économiques, réglementaires et statutaires qui doivent être surmontés afin d’atteindre 40 %, et appelle le gouvernement à modifier sa priorité à étendre le réseau électrique.

Des panneaux solaires sur le toit d’une étable dans la vallée de Jezreel, au nord d’Israël, le 18 février 2017. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Le plan appelle le gouvernement à mettre davantage l’accent sur les ressources renouvelables. Il demande également des réformes afin de permettre aux fournisseurs d’énergie renouvelable de concurrencer directement les fournisseurs de combustibles fossiles lors d’appels d’offres.

Le gouvernement doit fixer des objectifs officiels pour le stockage des énergies renouvelables, a-t-il ajouté.

La production d’électricité représente 42 % des émissions de gaz à effet de serre d’Israël, selon le document. Les planificateurs s’attendent à ce que ce chiffre augmente à mesure que davantage de transports et d’industries passent à l’électrique.

L’installation de panneaux solaires fournissant 18 à 23 gigawatts, avec des installations à 5,5 gigawatts de capacité de stockage, pour lesquels la technologie existe déjà, permettrait au pays d’atteindre environ 40 % d’énergie renouvelable, neutralisant ainsi le besoin de nouvelles centrales à gaz au-delà de celles déjà approuvées par le gouvernement, indique le document.

Sur ce total, 24 gigawatts pourraient être atteints en installant des panneaux solaires dans des endroits déjà utilisés pour autre chose, comme les toits et les façades des bâtiments, les zones industrielles, les parkings, les routes et les plans d’eau.

Des panneaux solaires flottant sur un réservoir sur les hauteurs du Golan, près du kibboutz Shamir, dans le nord d’Israël. (Autorisation de Golan Solar)

Deux gigawatts supplémentaires proviendraient de l’installation de panneaux solaires sur des champs de cultures tolérantes à l’ombre – un projet qui est en cours de test et qui s’est révélé prometteur jusqu’à présent.

Cette stratégie permettrait d’économiser jusqu’à 5,71 milliards de shekels d’ici 2030 en investissements, en maintenance, en carburants et en coûts externes – avec des coûts indirects sur l’environnement et la santé publique liés à l’utilisation de combustibles fossiles tels que le gaz, a calculé le document.

Les ministères de l’Énergie et de la Protection de l’environnement sont en désaccord depuis des années sur la meilleure façon de garantir la sécurité énergétique du pays tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre.

Un point de discorde majeur : la façon par laquelle on peut obtenir de l’énergie au mieux lorsque le soleil ne brille pas – en stockant et en libérant de l’énergie renouvelable, ou en utilisant des centrales électriques au gaz.

Le ministère de l’Énergie, plus conservateur, a répondu qu’il définissait la politique de production d’électricité à partir d’énergies renouvelables « conformément à un ensemble de considérations, notamment la sécurité énergétique, les réductions d’émissions, le maintien des prix de l’électricité, etc. »

Il a déclaré qu’il se félicitait de « l’adoption de positions diverses » et que les décisions politiques seraient prises par la ministre de l’Énergie, actuellement Karine Elharrar, la responsable de l’Autorité de l’électricité et d’autres responsables.

Lorsqu’on lui a demandé si le ministère de l’Énergie soumettrait des objectifs en hausse (connus sous le nom de « contributions déterminées au niveau national », ou NDC) à la conférence COP 27 de l’ONU à Charm el-Cheikh, en Égypte, plus tard cette année, une porte-parole a déclaré que le ministère, avec l’Autorité de l’électricité, menait un examen professionnel approfondi de la question.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...