Israël se préparerait à bloquer les voyages vers l’Ukraine pour Rosh HaShana
Rechercher

Israël se préparerait à bloquer les voyages vers l’Ukraine pour Rosh HaShana

Craignant un grave essor du COVID-19 avec le retour des pèlerins, les responsables s'opposent au voyage de milliers de personnes sur la tombe de Rabbi Nahman de Bratslav à Ouman

Des pèlerins à Ouman sur le tombeau de rabbi Nahman de Breslev, le 7 septembre 2013. (Crédit : Yaakov Naumi/Flash90/via JTA)
Des pèlerins à Ouman sur le tombeau de rabbi Nahman de Breslev, le 7 septembre 2013. (Crédit : Yaakov Naumi/Flash90/via JTA)

Le gouvernement va empêcher les Israéliens de se rendre sur un site de pèlerinage ukrainien très prisé pendant la fête de Rosh HaShana en raison de la pandémie de coronavirus, selon un reportage diffusé mardi.

Au cours des années précédentes, environ 30 000 pèlerins, majoritairement originaires d’Israël, ont pu se réunir pour la nouvelle année juive à Ouman, où se trouve la tombe de Rabbi Nachman, chef spirituel du 18e siècle qui a fondé le mouvement hassidique de Bratslav.

Rosh HaShana commencera cette année la soirée du 18 septembre.

Les responsables israéliens réfléchissent à des options variées pour prévenir ces rassemblements, craignant une nouvelle épidémie de coronavirus au sein de l’Etat juif entraînée par le retour des pèlerins, a noté la Douzième chaîne.

Des Juifs ultra-orthodoxes se rendent à Ouman, en Ukraine, à l’occasion de Rosh HaShana, depuis l’aéroport de Ben Gurion, le 5 septembre 2018. (Crédit : Avi Dishi/Flash90)

Dans les prochains jours, des représentants du ministère de la Santé, du ministère des Affaires étrangères et du Conseil de sécurité nationale se rencontreront pour évoquer des options variées. La première, a expliqué la chaîne, sera une campagne de sensibilisation en direction des Israéliens – et en particulier des Juifs hassidiques – visant à décourager les voyages vers Ouman en raison des risques sanitaires. La deuxième sera de persuader le gouvernement ukrainien d’interdire l’entrée des ressortissants en provenance de l’Etat juif dans le pays. Si ces mesures ne parviennent pas à donner des résultats, Israël annulera tous ses vols vers l’Ukraine, a noté le reportage diffusé à la télévision.

Un représentant du ministère de la Santé a déclaré, mardi matin, devant la commission du coronavirus de la Knesset que le pèlerinage d’Ouman « ne peut pas se faire », citant l’exiguïté des zones sur place, ce qui serait susceptible de favoriser une propagation rapide du virus parmi les pèlerins.

La semaine dernière, le grand rabbin ukrainien Yaakov Dov Bleich a indiqué que le gouvernement ukrainien avait accepté de laisser entrer au moins 5 000 personnes sur son territoire lors du pèlerinage de Rosh HaShana. Le quota pourrait monter jusqu’à 8 000, mais les pèlerins devront porter des masques dans les endroits avec beaucoup de monde et éviter de se rassembler à plus de 30 personnes.

Toutefois, Bleich avait reconnu que certains responsables israéliens de la Santé étaient « nerveux » concernant les éventuelles conséquences du voyage des pèlerins à leur retour au sein de l’Etat juif.

Il y a, en Israël, plus de 25 000 cas actifs de coronavirus. La maladie a fait plus de 559 morts depuis le début de la pandémie.

En Ukraine, il y a plus de 33 000 cas actifs de coronavirus et 1 764 personnes ont succombé des suites d’une forme grave du COVID-19.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...