Israël sévit contre les constructions « illégales » de l’UE en Cisjordanie
Rechercher

Israël sévit contre les constructions « illégales » de l’UE en Cisjordanie

Les Européens affirment qu'ils aident les Palestiniens à établir une « continuité territoriale », sans autorisation israélienne

Des soldats de l'administration civile israélienne en train de démolir un certain nombre de structures jugées illégales dans les collines de Hébron, le 2 février 2016 (Crédit : Nasser Nawaja / B'Tselem)
Des soldats de l'administration civile israélienne en train de démolir un certain nombre de structures jugées illégales dans les collines de Hébron, le 2 février 2016 (Crédit : Nasser Nawaja / B'Tselem)

Israël se prépare à croiser le fer avec la communauté européenne sur ce qu’il prétend être une construction européenne illégale en Cisjordanie qui vise à aider les Palestiniens à établir une continuité territoriale.

La radio militaire a rapporté jeudi que les inspecteurs israéliens avaient du mal à suivre le rythme des installations des maisons pré-fabriquées qui, selon elle, sont livrés emballés en pleine nuit pour être assemblées tôt le matin.

Au cours des dernières années, l’UE a construit plus de 200 structures dans la zone C, a affirmé la radio de l’armée, territoire qui, selon les accords d’Oslo signés en 1993 entre Israéliens et Palestiniens, tombe sous le contrôle civil et sécuritaire israélien. Dix pré-fabriqués sont arrivés au cours des deux dernières semaines.

Les forces israéliennes ont démoli 24 des 40 structures mardi dans et autour du village de Khirbet Jenbah dans le sud de Hébron – 10 d’entre elles ont été financées par l’UE – après que les bâtiments ont été déclarés comme étant situés dans une zone de tir militaire par l’organisme qui supervise les activités israéliennes civiles dans les Territoires.

Ces démolitions sont intervenues après un long arbitrage qui n’a pas produit des résultats escomptés, a déclaré le ministère de la Défense.

La Haute Cour a rendu une décision ordonnant l’arrêt d’urgence des démolitions jusqu’au, au moins, le 9 février suite à une requête déposée par un groupe européen.

Jeudi matin, les forces israéliennes ont démoli cinq tentes, trois granges et des toilettes à l’extérieur, qui auraient été construits sans permis dans le village de Tammun dans le nord-ouest de la Cisjordanie, a signalé le site Ynet.

Danny Danon, l’ambassadeur d’Israël à l’ONU, a accusé jeudi l’Union européenne de faire preuve d’hypocrisie.

« Ils ne peuvent pas venir et d’une part blâmer Israël de créer une réalité sur le terrain et en plus dépenser des centaines de millions de dollars pour un plan global pour des constructions illégales », a-t-il déclaré à la radio militaire.

Il a ajouté que même s’il n’y avait pas de problème pour que l’UE construise dans la zone C en coordination avec Israël « mais en même temps, il y a un système où… comme des voleurs dans la nuit, ils construisent des constructions illégales… pour créer une continuité territoriale pour les Palestiniens. Ils créent des réalités sur le terrain au lieu de faire pression sur les Palestiniens pour qu’ils reviennent à la table des négociations ».

Danny Danon (Crédit : Flash 90)
Danny Danon (Crédit : Flash 90)

La radio militaire a déclaré que beaucoup de structures de type caravanes arrivaient en Cisjordanie en portant le sigle de l’UE ou d’une organisation affiliée UE et qu’ils ont été livrés dans des régions telles que la vallée du Jourdain et les collines menant à Jéricho.

Les superviseurs israéliens les identifient et les démontent rapidement, « mais le phénomène s’est étendu à un tel point que l’unité des superviseurs ne parvient pas toujours à suivre le rythme ».

Affirmant que la zone C est « une partie du territoire palestinien occupé et fera partie de tout futur Etat palestinien viable », la mission de l’UE en Israël a déclaré que l’UE était intervenue pour des raisons humanitaires en raison du fait qu’Israël n’a pas approuvé plus d’une poignée de plans qui permettraient aux Palestiniens de construire.

Toutes les activités de l’UE en Cisjordanie étaient « en pleine conformité avec le droit international humanitaire » et faisait partie des efforts visant à promouvoir le développement économique et à améliorer la qualité de vie des communautés palestiniennes dans la zone C dans le secteur privé, de l’environnement et de l’agriculture », a déclaré le communiqué.

Une femme palestinienne assise avec un enfant à côté de ce qu'ils ont pu récupérer des restes de leur maison après elle a été démolie par les bulldozers israéliens dans la zone militaire de Musafir Jenbach, qui comprend plusieurs villages, au sud de la ville cisjordanienne de Hébron, le 2 février 2016 (Crédit : AFP / HAZEM BADER)
Une femme palestinienne assise avec un enfant à côté de ce qu’ils ont pu récupérer des restes de leur maison après elle a été démolie par les bulldozers israéliens dans la zone militaire de Musafir Jenbach, qui comprend plusieurs villages, au sud de la ville cisjordanienne de Hébron, le 2 février 2016 (Crédit : AFP / HAZEM BADER)

L’UE travaille avec l’Autorité palestinienne « pour développer la zone C et soutenir la présence palestinienne là » et a consulté les autorités israéliennes « quand cela était nécessaire », a ajouté le communiqué.

Israël a la responsabilité de la sécurité globale et administrative de la zone C, a poursuivi la mission de l’UE, mais le droit international l’oblige aussi à protéger et faciliter le développement de la population locale et à accorder un accès sans entrave à l’aide humanitaire.

Danon a déclaré qu’Israël avait des « lois et des normes pour la construction partout en Judée et en Samarie » – le terme biblique pour la Cisjordanie – et que, bien que les démolitions des maisons juives et palestiniennes n’étaient « pas une chose agréable », elles ont été menées conformément à la loi.

Interrogé sur ce que l’ambassadeur à l’ONU d’Israël a à faire avec l’Union européenne, Danon a déclaré que les deux institutions sont liées par leur hypocrisie commune et que l’UE se plaignait constamment auprès de l’ONU à propos des constructions israéliennes en Cisjordanie.

Il avait critiqué le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, le mois dernier car ce dernier avait attribué les attentats terroristes des quatre derniers mois, au cours desquels plus de 25 Israéliens ont été tués, à « la frustration des Palestiniens ».

Danon a déclaré que Ban avait donné un « souffle à la terreur et a établi une norme avec laquelle la terreur en Israël peut être comprise, par opposition à la terreur dans le monde pour laquelle il n’y a aucune justification… C’est tout simplement de l’hypocrisie de la part de la communauté internationale ».

Le Coordonnateur des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT) a déclaré dans un communiqué : « Toute construction dans la zone C en Judée et Samarie nécessite l’autorisation des autorités compétentes. L’Administration civile prend des mesures coercitives contre les constructions illégales conformément à la loi ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...