Israël va considérablement augmenter son budget de la Défense
Rechercher

Israël va considérablement augmenter son budget de la Défense

Ces dépenses sécuritaires amélioreront les capacités de cyber-défense, de défense anti-missile, de la protection du commandement intérieur et financer les barrières de sécurité

תפיסת הביטחון 2030

הצגתי היום לקבינט את "תפיסת הביטחון 2030" שגיבשתי בשנתיים האחרונות. עידכנתי על האיומים הצפויים בעשור הקרוב, על בניין הכוח הדרוש ועל העקרונות להפעלת הכוח. בשני העשורים האחרונים טיפחנו כלכלה חופשית כדי לשרת את צרכי המדינה, ובראשם הביטחון. מול צבר האיומים אנו בנקודת היפוך. היום אנו נדרשים להשקיע יותר בביטחון כדי להגן על ההישגים ולהבטיח את המשך הצמיחה הכלכלית. השילוב של עוצמתנו הביטחונית ועוצמתנו הכלכלית יגדיל את נכסיותה של ישראל בעיני מדינות אחרות ובכך גם יגדיל את עוצמתנו המדינית.

Posted by ‎Benjamin Netanyahu - בנימין נתניהו‎ on Wednesday, 15 August 2018

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a soumis au cabinet son « 2030 Security Concept” mercredi, qui vise à ajouter des centaines de millions de dollars aux dépenses militaires, et esquisse les menaces attendues, les besoins en ressources humaines au sein de l’armée, et les principes d’usage de la force au cours de la prochaine décennie.

La version complète du document, encore confidentielle, qui a été développée ces deux dernières années, sera remis à la sous-commission de la Knesset pour les services du renseignement, au chef d’état-major, aux services de sécurité du Shin Bet et au Mossad, a annoncé le bureau du Premier ministre.

La version non confidentielle du plan évoque les dépenses de sécurité et appelle à une augmentation des fonds liés à la défense de 0,2 à 0,3 % du produit intérieur brut.

Selon le plan, l’objectif vise à atteindre une croissance annuelle moyenne de 3 à 4 %, avec un budget annuel consacré à la sécurité représentant 6 % du PIB.

Le PIB s’élève actuellement à 316 milliards de dollars. Le budget de l’armée augmentera donc de 630 à 950 millions de dollars.

« En raison de notre petite taille, de la concentration de la population et des nombreuses menaces dont nous faisons l’objet, Israël aura toujours des dépenses liées à la sécurité plus importantes que celles de n’importe quel état de taille comparable“, a déclaré Netanyahu dans une vidéo en hébreu.

« Aujourd’hui, l’économie israélienne peut se permettre cette augmentation. Dans tous les cas, cette augmentation sera mise en place tout en respectant des directives budgétaires responsables. »

Saluant l’économie israélienne, Netanyahu a déclaré qu’augmenter les dépenses liées à la défense était nécessaire pour garantir une croissance économique encore plus poussée.

« Ces vingt dernières années, nous avons cultivé une économie libre afin de servir nos besoins nationaux, notamment en sécurité », a-t-il dit. « Aujourd’hui, nous devons investir davantage dans la sécurité afin de défendre nos accomplissements et garantir la croissance économique. »

Le Premier ministre a ajouté que « l’association de nos forces sécuritaires et économiques donnera à Israël l’image d’un atout aux yeux des autres pays, et par conséquent, intensifiera notre force diplomatique ».

Netanyahu a déclaré que les dépenses sécuritaires additionnelles seront consacrées aux capacités offensives du pays, aux capacités de cyberdéfense, au renforcement des systèmes de défense anti-missiles, aux mesures de protections du commandement de défense, et aux travaux sur les barrières de sécurité.

Israël travaille actuellement sur une barrière maritime pour protéger le pays d’attaques depuis la bande de Gaza. Une fois terminée, elle mesurera 200 mètres de long, 50 mètres de large et 6 mètres au-dessus du niveau de l’eau. La barrière sera accompagnée d’infrastructures de défense.

Ce bouclier maritime vient s’ajouter aux travaux sur la barrière terrestre qu’Israël construit le long de sa frontière avec la bande de Gaza, entamés l’an dernier.

Les travaux sur les 60 kilomètres de barrière ont commencé en 2016, et devraient prendre fin vers la fin de l’année prochaine. Elle comprendra un système de protection sous-terrain situé à plusieurs dizaines de mètres au-dessous du sol – l’armée n’a pas révélé la mesure précise – afin de détecter et de détruire les tunnels qui visent à pénétrer en territoire israélien, ainsi qu’une barrière en métal au-dessus du sol équipée de capteurs.

Le projet devrait coûter près de 3 milliards de shekels. Chaque kilomètre de la partie souterraine de la barrière coûte approximativement 41,5 millions de shekels. La barrière au-dessus du sol est considérablement moins onéreuse ; chaque kilomètre coûte 1,5 million de shekels.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...