Israël va procéder à une « vérification » de l’incident dans son ambassade en Jordanie
Rechercher

Israël va procéder à une « vérification » de l’incident dans son ambassade en Jordanie

L'attitude d'Israël dans cette affaire aurait un "impact direct" sur les relations entre les deux pays voisins, a déclaré le roi Abdallah II

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre, le 25 juillet 2017, l'ambassadrice israélienne en Jordanie Einat Schlein et le garde de la sécurité 'Ziv,' qui a tué par arme à feu deux Jordaniens alors que l'un d'eux l'avait attaqué avec un tournevis. (Crédit : Haim Zach/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre, le 25 juillet 2017, l'ambassadrice israélienne en Jordanie Einat Schlein et le garde de la sécurité 'Ziv,' qui a tué par arme à feu deux Jordaniens alors que l'un d'eux l'avait attaqué avec un tournevis. (Crédit : Haim Zach/GPO)

Israël a entamé une « procédure de vérification » sur l’incident meurtrier impliquant un garde de l’ambassade israélienne à Amman, qui a tué dimanche deux Jordaniens dont un qui l’avait attaqué, a indiqué vendredi un porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Cette annonce survient après celle de la Jordanie qui a prévenu qu’elle n’accepterait pas le retour de l’ambassadrice d’Israël à Amman avant l’ouverture d’une enquête sur cette affaire.

Selon les Israéliens, un agent de sécurité de l’ambassade d’Israël a tiré et tué un jeune Jordanien qui l’avait agressé dans le dos avec un tournevis. Un autre Jordanien qui se trouvait dans la pièce a été tué accidentellement.

« Israël a engagé une procédure de vérification de l’événement qui s’est déroulé le 23 juillet à Amman conformément aux procédures judiciaires prévues dans un tel cas », a affirmé le porte-parole des Affaires étrangères dans un communiqué.

Le communiqué précise que le procureur général a « donné comme instructions aux instances (israéliennes) impliquées de fournir tous les éléments concernant cet incident en leur possession ».

« Dans le cadre des relations entre Israël et la Jordanie, Israël informera la Jordanie sur les développements et les données recueillies lors de cette procédure », a également assuré le porte-parole sans donner d’autres détails.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu détient également le portefeuille des Affaires étrangères.

‘Impact sur les relations’

L’ambassadrice Einat Shlein ainsi que d’autres membres du corps diplomatique israélien en Jordanie, y compris l’agent de sécurité impliqué dans la mort des deux Jordaniens, ont quitté Amman pour Israël après l’incident.

Vendredi, des centaines de Jordaniens ont manifesté près de l’ambassade pour appeler le gouvernement à la fermer, à expulser l’ambassadeur et à annuler le traité de paix conclu en 1994 avec l’Etat hébreu.

Jeudi déjà, le roi Abdallah II de Jordanie avait appelé Benjamin Netanyahu à faire juger le garde israélien, critiquant la manière dont ce dernier avait été chaleureusement accueilli par M. Netanyahu qui lui avait donnait l’accolade à son retour d’Amman.

Benjamin Netanyahu enlace chaleureusement l'agent de sécurité en poste à Amman, Ziv, le 25 juillet 2017 (Crédit : Haim Zach/GPO)
Benjamin Netanyahu enlace chaleureusement l’agent de sécurité en poste à Amman, Ziv, le 25 juillet 2017 (Crédit : Haim Zach/GPO)

Le roi de Jordanie avait également mis en garde Israël, affirmant que son attitude dans cette affaire aurait un « impact direct » sur les relations entre les deux pays voisins, liés par un traité de paix signé en 1994.

« Un membre de l’ambassade d’Israël à Amman a ouvert le feu sur deux de nos citoyens. L’Etat jordanien fera tout son possible pour leur rendre justice », avait-il assuré.

Jeudi, le procureur général de Jordanie Akram Moussaid a indiqué avoir reconnu le garde coupable des meurtres et de possession d’une arme à feu sans permis. Mais « le meurtrier jouit de l’immunité diplomatique et judiciaire » et le parquet a décidé de classer l’affaire, a-t-il dit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...