Rechercher

James Franco admet avoir eu des relations avec des étudiantes de son école

Pour la première fois, l'acteur est revenu sur les allégations de 2018 ; il a évoqué des relations consenties mais fruits d'erreurs alors qu'il n'avait "pas toute sa tête"

James Franco assiste à la projection à New York de "The Deuce" de HBO au Metrograph le 5 septembre 2019 à New York (Crédit : Debra L Rothenberg / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)
James Franco assiste à la projection à New York de "The Deuce" de HBO au Metrograph le 5 septembre 2019 à New York (Crédit : Debra L Rothenberg / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Dans des extraits du podcast de Jess Cagle rendus publics mercredi, l’acteur et cinéaste américain James Franco, 43 ans, a admis avoir eu des relations sexuelles avec des étudiantes de son école de théâtre alors qu’il la dirigeait.

« Je suppose qu’à l’époque, je pensais que si c’était consensuel, ça allait. À l’époque, je n’étais pas lucide », a-t-il expliqué.

C’est la première fois que l’acteur détaille sa version des faits en quatre ans. Le scandale a éclaté en 2018 lorsque cinq femmes ont déclaré au Los Angeles Times que Franco avait agi de manière sexuellement inappropriée envers elles alors que des accusations antérieures circulaient déjà sur les réseaux sociaux.

Il y a cinq mois, l’acteur a accepté de verser 2,2 millions de dollars pour régler un recours collectif intenté contre lui dans cette affaire.

James Franco continue de nier la plupart des allégations portées contre lui mais a reconnu avoir eu des relations sexuelles consenties avec des élèves et a admis avoir eu tort de le faire.

« J’ai effectivement couché avec des étudiantes, et c’était mal », a-t-il dit.

Trois femmes qui ont étudié à l’école de cinéma Studio 4 fondée par Franco ont déclaré qu’il avait agi de manière inappropriée, notamment en se mettant en colère lorsqu’elles ne voulaient pas enlever leurs hauts et en retirant les protections en plastique couvrant les organes génitaux des femmes dans une scène de sexe.

Une autre ancienne élève a déclaré que James Franco faisait croire aux élèves qu’elles pouvaient obtenir un rôle en échange de faveurs sexuelles ou si elles enlevaient leur chemise. Une cinquième femme l’a accusé d’avoir fait pression sur elle pour lui faire une fellation alors que tous deux entretenaient une relation amoureuse.

Fin 2019, deux anciennes élèves de l’école, Sarah Tither-Kaplan et Toni Gaal, ont déposé une plainte au civil à Los Angeles. La plainte s’est transformée en recours collectif et s’est soldée en juin dernier lorsque James Franco a accepté de verser 2,2 millions de dollars aux deux plaignantes et à d’autres anciennes élèves.

Elles l’accusaient d’avoir tenté de « créer un groupe de jeunes femmes soumises à son exploitation sexuelle personnelle et professionnelle au nom de l’éducation ».

Répondant à ces allégations dans sa dernière interview, James Franco a déclaré qu’il n’avait pas de motivations néfastes lorsqu’il avait ouvert l’école.

« Mais comme je l’ai dit, ce n’est pas pour cela que j’ai ouvert l’école et je n’étais pas la personne qui sélectionnait les gens, donc ce n’était pas un plan de maître de ma part », a déclaré l’acteur. « Mais oui, il y a eu certains cas où, quand oui, j’étais dans une chose consensuelle avec une étudiante, je n’aurais pas dû. »

« Je suppose qu’à l’époque, je pensais que si c’était consensuel, c’était ok », a-t-il ajouté. Interrogé sur le fait qu’il n’était pas conscient de la dynamique de pouvoir entre un enseignant et un élève et de la façon dont cela affecte le consentement, il a répondu : « À l’époque, je n’avais pas les idées claires. »

C’était la première fois que Franco parlait longuement de l’affaire depuis que les allégations ont été faites. Il a expliqué son silence prolongé en affirmant « qu’il y avait des gens qui étaient en colère contre moi et j’avais besoin d’écouter ».

En 2014, Franco a admis avoir flirté avec une jeune fille de 17 ans sur Instagram et avoir proposé de louer une chambre d’hôtel pour se rencontrer, après quoi la jeune fille a mis en ligne des photos de leur échange.

JTA a participé à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...