Israël en guerre - Jour 150

Rechercher

« Je suis pro-Israël et pro-Palestiniens », dit Sanders qui veut « rassembler »

Après l'attaque de l'ambassadeur israélien à l'ONU, le Démocrate dit qu'il "fera tout" pour protéger l'Etat juif mais qu'il ne faut pas ignorer les souffrances palestiniennes

Le candidat démocrate à la présidence, le sénateur Bernie Sanders [I-Vt.], lors de son discours de campagne à Carson City, Nevada, le 16 février 2020. (AP/Rich Pedroncelli)
Le candidat démocrate à la présidence, le sénateur Bernie Sanders [I-Vt.], lors de son discours de campagne à Carson City, Nevada, le 16 février 2020. (AP/Rich Pedroncelli)

Le candidat démocrate à la présidentielle, le sénateur Bernie Sanders, a répondu dimanche aux critiques de l’envoyé israélien aux Nations unies concernant son attitude envers l’Etat juif. Il a clamé qu’il « fera tout » pour protéger Israël, tout en soulignant que cela ne signifiait pas abandonner pour autant les Palestiniens.

« Je suis pro-Israël et je suis pro-Palestiniens. Je veux rassembler les populations pour qu’enfin règne la paix dans cette région », a-t-il dit.

L’ambassadeur israélien Danny Danon avait déclaré, dimanche, que Sanders n’était pas le bienvenu au sein de l’Etat juif, le qualifiant de « menteur » et « d’idiot ignorant » après que le candidat démocrate eut qualifié le Premier ministre Benjamin Netanyahu de « raciste ».

Interrogé sur ces propos par CBS News, Sanders a déclaré que « je ne suis pas anti-Israël. Je ferai tout ce que je peux pour protéger l’indépendance, la sécurité et la liberté du peuple israélien ».

Mais, a-t-il ajouté, « ce dont nous avons besoin dans ce pays, c’est d’une politique étrangère qui non seulement protège Israël mais qui prend également en compte les souffrances des Palestiniens ».

« Il y a 70 % de chômage chez les jeunes à Gaza. Les gens ne peuvent même pas quitter le secteur, la zone, les crises majeures. Ce n’est pas tenable », a poursuivi le démocrate juif.

Sanders a cherché à se démarquer de l’administration Trump, qui a entraîné la fureur des autorités palestiniennes avec une série d’initiatives considérées comme partiales, en reconnaissant notamment Jérusalem comme capitale d’Israël, en coupant les aides apportées à l’Autorité palestinienne et en diffusant une proposition de paix considérée comme trop favorable à l’Etat juif.

Dimanche dernier, Sanders avait écrit sur Twitter qu’il n’assisterait pas à la conférence annuelle de l’AIPAC (American Israel Public Affairs Committee), puissant lobby pro-israélien, en disant qu’il était « préoccupé de la tribune offerte par l’AIPAC à des leaders exprimant leur fanatisme et s’opposant aux droits de base des Palestiniens. ».

Danon avait alors répondu que Sanders n’était pas le bienvenu à l’AIPAC.

L’ambassadeur israélien aux Nations unies Danny Danon écoute des intervenants à la 74ème session de l’Assemblée générale des Nations unies au Siège des Nations unies, le mardi 24 septembre 2019. (AP Photo / Seth Wenig)

Sanders a reconnu devant les caméras de CBS que s’opposer au lobby pro-israélien avait un coût.

« Ils ont beaucoup d’argent. Ils ont beaucoup de pouvoir », a-t-il expliqué.

Les propos de Danon condamnant un candidat leader à la présidence américaine sont exceptionnels, voire sans précédent de la part d’un responsable israélien.

Sur tous les candidats démocrates qui se présentent à la course à la présidentielle, c’est Sanders qui se montre le plus véhément sur le sujet du conflit israélo-palestinien – appelant à une approche américaine plus « juste » de la cause palestinienne.

Il a mentionné la possibilité de conditionner l’aide américaine à l’Etat juif pour exercer des pressions sur Jérusalem, afin d’amener le pays à réduire ses activités d’implantation, à lancer des pourparlers de paix avec les Palestiniens et à soulager la crise humanitaire dans la bande de Gaza.

Au cours d’un débat, la semaine dernière, il a déploré qu’Israël soit placé sous l’autorité d’un « raciste réactionnaire ».

Danon a déclaré dimanche que « quiconque se permet de traiter le Premier ministre d’Israël de « raciste » est soit un menteur, soit un idiot ignorant, soit les deux. Nous ne voulons pas de Sanders à l’AIPAC. Nous ne voulons pas de lui en Israël. »

Pour sa part, cherchant à se distinguer du gouvernement de Netanyahu, le chef du parti Kakhol lavan, Benny Gantz, a indiqué lors de la conférence de l’AIPAC, dimanche, qu’il ne permettrait pas à Israël de devenir une question bipartisane aux Etats-Unis s’il était élu Premier ministre.

L’ancien chef d’Etat-major s’est saisi de l’antipathie ostensible affichée par les candidats démocrates pour le Premier ministre israélien et pour sa politique de droite.

« Sous mon autorité, Israël ne deviendra jamais une question partisane », a-t-il dit. « Je travaillerai dans les faits avec les deux parties du spectre politique ».

Lors du débat de la semaine dernière, Sanders a noté que s’il était désigné président, il réfléchirait à relocaliser l’ambassade américaine de Jérusalem à Tel Aviv.

Netanyahu lui a apporté une réponse le lendemain, disant simplement au micro de la radio militaire que « ce que je pense de cette question, c’est qu’il a bien entendu tort ». Mais, a-t-il ajouté, « je n’interviens pas dans les élections américaines ».

Pour sa part, le ministre des Affaires étrangères Israel Katz a fait preuve de moins de retenue, critiquant des propos « choquants » de la part du candidat à l’investiture démocrate.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre des Transports Yisrael Katz (gauche) participent à la cérémonie d’ouverture de la Route 1 à proximité de Jérusalem le 19 janvier 2017. (Yonatan Sindel/Flash90)

Interrogé sur la manière dont il gérerait une présidence de Sanders, Netanyahu a indiqué qu’il s’est dressé dans le passé contre des leaders américains et qu’il pourrait le refaire à nouveau.

Netanyahu entretient une relation étroite avec le président Donald Trump, qu’il a qualifié de « plus grand ami » que Jérusalem n’ait jamais eu à la Maison Blanche. Mais sa relation avec le prédécesseur de Trump, Barack Obama, avait été plutôt tendue dans les dernières années – en particulier concernant les négociations des Etats-Unis avec l’Iran qui avaient entraîné l’accord sur le nucléaire de 2015.

Un sondage mené par le JEI (institut de l’électorat juif) non-partisan a établi que Sanders l’emporterait très largement sur Trump auprès des votants juifs si les deux candidats devaient être amenés à s’affronter.

Le démocrate socialiste auto-proclamé vaincrait Trump à 65 % contre
30 %, même si seulement 52 % des Juifs américains ont une opinion favorable de Sanders et que 45 % nourrissent une opinion défavorable à son encontre, a établi le sondage.

Trump est – de loin – bien plus impopulaire au sein de la communauté juive. 66 % des personnes interrogées ont désapprouvé ses actions à la Maison Blanche.

Sanders, qui est Juif, a passé quelques mois dans un kibboutz dans les années 1960 – une expérience qu’il a citée, dans le passé, pour affirmer son attachement à la sécurité d’Israël.

« Je suis très fier d’être juif et je suis impatient de pouvoir devenir un jour le premier président juif », avait-il dit lors d’une conférence de J-Street au mois d’octobre 2019.

« J’ai passé de nombreux mois dans un kibboutz en Israël. Je crois de manière absolue non seulement au droit à l’existence d’Israël, mais également au droit d’exister dans la paix et la sécurité. Cela ne fait strictement aucun doute », avait-il affirmé.

« Mais ce que je crois également », avait-il continué, « c’est que le peuple palestinien a le droit de vivre dans la paix et dans la sécurité, lui aussi ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.