Rechercher

Jérusalem : Affrontements entre policiers et Palestiniens sur le mont du Temple

Des émeutiers se sont barricadés dans la mosquée al-Aqsa et ont jeté des pierres sur les forces de l'ordre alors que des groupes juifs visitaient le site à l'occasion de Shavouot

Des agents de police israéliens aux prises avec des Palestiniens sur le mont du Temple, le 5 juin 2022. (Capture d'écran)
Des agents de police israéliens aux prises avec des Palestiniens sur le mont du Temple, le 5 juin 2022. (Capture d'écran)

La police s’est heurtée à des Palestiniens sur le mont du Temple de Jérusalem, dimanche matin, alors que des Juifs visitaient le complexe dans le cadre de la fête de Shavouot.

Des Palestiniens se sont barricadés dans la mosquée al-Aqsa et ont jeté des pierres sur la police pour protester contre ces visites.

Des images montrent les agents à la porte de la mosquée, à l’extérieur, tandis que des Palestiniens barricadés à l’intérieur jettent des pierres par les fenêtres en criant « Allah Akbar » – « Dieu est grand ».

D’autres vidéos montrent un petit groupe de Juifs traverser la place, entourés par la police, tandis que des Palestiniens suivent le groupe, brandissant des drapeaux palestiniens et criant.

Les visites de ces groupes ont continué comme d’habitude et sous protection policière, ont noté les médias israéliens.

Le mont du Temple – qui abrite la mosquée al-Aqsa – est administré par le Waqf, une instance religieuse dirigée et financée par la Jordanie. Le mont est le lieu le plus saint du judaïsme – c’est là où se dressaient les temples bibliques – et c’est le troisième sanctuaire le plus sacré de l’Islam, ce qui transforme le site en point de friction majeur entre Juifs et musulmans.

Dans le cadre d’un arrangement de plus en plus usé connu sous le nom de statu-quo, les Juifs ont le droit de se rendre sur le mont du Temple à des horaires définis et limités mais il leur est interdit d’y prier ou de s’y livrer à toute activité relative au culte qui pourrait être considérée comme une provocation à l’égard des musulmans.

Les activistes juifs orthodoxes du mouvement national-religieux tentent de manière croissante d’imposer la prière juive sur le site – elle était marginale jusqu’à présent – et l’opinion publique a, elle aussi, commencé à y être favorable. Un sondage rendu public à la fin du mois dernier a déterminé que la moitié des Juifs israéliens soutenaient la prière juive sur le mont du Temple et la majorité des personnes interrogées adoptant ce positionnement a indiqué qu’autoriser la prière juive « serait la preuve de la souveraineté israélienne » sur le site.

À la fin du mois dernier, un nombre record de Juifs se sont rendus sur le mont du Temple lors de la Journée de Jérusalem, Yom Yeroushalayim, entraînant les critiques de la Jordanie et de l’Autorité palestinienne. Selon la police israélienne, environ 2 600 Juifs avaient pu accéder au site en groupes de 40 à 50 personnes.

Yom Yeroushalayim est une fête nationale qui célèbre la conquête de la Vieille Ville et de Jérusalem-Est, qui se trouvaient jusqu’alors entre les mains de la Jordanie, lors de la guerre des Six jours en 1967 – c’est une fête qui est majoritairement célébrée par les Juifs du mouvement national-religieux. La marche des drapeaux controversée, qui traverse les quartiers musulmans de la Vieille Ville, est considérée par ses détracteurs comme une provocation majeure.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...