Jérusalem était la seule capitale à ne pas être mentionnée lors de l’Eurovision
Rechercher
J.K. Rowling a salué une "gagnante méritante"

Jérusalem était la seule capitale à ne pas être mentionnée lors de l’Eurovision

Des usages de Twitter affiliés au BDS promettent une "grosse campagne" contre la prochaine cérémonie prévue à Jérusalem et ont dénoncé le "racisme" de la chanson gagnante

Des partisans de BDS avec une bannière pro-palestinienne demandant aux Européens de donner "zéro point à l'apartheid" et de ne pas voter pour la chanteuse israélienne à Lisbonne, au Portugal, le 12 mai 2018 (Crédit : Eurovision boycott of Israel - ZERO points to the song of Israeli Apartheid/Facebook)
Des partisans de BDS avec une bannière pro-palestinienne demandant aux Européens de donner "zéro point à l'apartheid" et de ne pas voter pour la chanteuse israélienne à Lisbonne, au Portugal, le 12 mai 2018 (Crédit : Eurovision boycott of Israel - ZERO points to the song of Israeli Apartheid/Facebook)

Alors que les Israéliens fêtaient la victoire de Netta lors de l’Eurovision 2018, aux premières heures de dimanche, de nombreux usagers des réseaux sociaux ont décrié « l’appropriation culturelle » de la culture asiatique lors de sa prestation tandis que d’autres ont fustigé Israël pour ses politiques et les Européens pour avoir voté en faveur de l’Etat juif.

« Comment l’Eurovision peut-il fêter la diversité et l’inclusion quand, ailleurs, on tire des balles dans la tête des Palestiniens ? L’Eurovision est en train de devenir immonde », a tweeté un utilisateur.

Pendant ce temps, il y a eu en Israël des critiques sur des ordres présumés qui auraient été donnés aux animateurs de l’Eurovision de ne pas mentionner Jérusalem pendant le vote.

Un journaliste de la chaîne publique israélienne Kan a publié un document détaillant les capitales de tous les pays avec le nom, le sexe et la profession de la personne présentant les votes de ce pays. Mais pour Israël, le document précisait que « seul ‘Israël’ doit être mentionné » et non sa capitale, selon Kan.

Plusieurs manifestants ont amené des bannières pro-palestiniennes sur le lieu du concours de chansons à Lisbonne, au Portugal, mais ont déclaré avoir été empêchés de les déployer.

Pour sa part, une page Facebook affiliée au mouvement anti-israélien BDS (Boycott, Divestment and Sanctions) et qui s’était juré de promouvoir le boycott de « la chanson de l’apartheid israélien » a promis de mener une importante campagne contre l’Etat juif dans l’année précédant l’édition 2019 de l’Eurovision à Jérusalem.

« Merci à tout le monde pour avoir éveillé les consciences à l’occupation et à l’apartheid pratiqué par notre pays, Israël ! », a écrit la page après la victoire de l’Etat juif. « Nous avons maintenant un an pour montrer le vrai visage de l’apartheid israélien et Jérusalem en est le meilleur exemple. Restez en contact pour une grosse campagne ! »

Mais cela n’a pas été la seule critique de la victoire d’Israël. Certains ont dénoncé le « racisme » dans la performance et « l’appropriation culturelle » des cultures japonaise et chinoise.

« Cette performance était super-raciste, elle a littéralement stylisé son maquillage pour ressembler à une Asiatique », a écrit une utilisatrice tandis que l’acteur britannique Jassa Ahluwalia l’a qualifiée de « yellowface », une pratique utilisée par les acteurs ou les chanteurs consistant à se grimer pour avoir l’air originaire d’Asie.

Un utilisateur syrien a également accusé Israël de s’être « approprié culturellement les rythmes palestiniens », ajoutant que la performance de la chanteuse « met en lumière le fait qu’ils n’ont aucune culture propre ».

Mais les usagers israéliens ont riposté comme cela a également été le cas de l’auteure de Harry Potter, J.K. Rowling, qui avait récemment condamné l’antisémitisme sur sa page Twitter.

« Bravo, Israël ! », a-t-elle écrit. « Une gagnante méritante ».

Need I say more?

Posted by FE King on Saturday, 12 May 2018

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...