Jérusalem : La police se prépare à de nouveaux heurts
Rechercher

Jérusalem : La police se prépare à de nouveaux heurts

Les politiciens s'expriment sur la nuit de violences dans la Vieille Ville qui a fait 120 blessés ; les forces de sécurité sont en état d'alerte élevé face aux tensions ethniques

Des agents de police israéliens affrontent les Palestiniens aux abords de la porte de Damas à Jérusalem, le 22 avril 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Des agents de police israéliens affrontent les Palestiniens aux abords de la porte de Damas à Jérusalem, le 22 avril 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

La police se prépare à de possibles agitations aux alentours de la Vieille Ville de Jérusalem en amont des prières de ce vendredi du Ramadan après une nuit de violences qui a impliqué des extrémistes juifs et les Palestiniens du secteur.

La période du Ramadan est habituellement un moment de tensions accrues autour de la Vieille Ville qui héberge le site sensible du mont du Temple, vénéré à la fois par les Juifs et par les musulmans.

Des dizaines de personnes ont été blessées quand des affrontements violents ont éclaté à la porte de Damas, dans la Vieille Ville de Jérusalem, jeudi soir. Des manifestants palestiniens se sont heurtés à un groupe d’environ 300 activistes juifs d’extrême-droite qui sont arrivés sur les lieux en scandant : « Mort aux Arabes. » La police, qui tentait de maintenir à distance les deux groupes, s’est également battue avec les Palestiniens qui ont jeté des pierres sur les agents déployés sur les lieux.

« Les extrémistes violents, Arabes et Juifs, qui agissent de manière incontrôlable à Jérusalem tentent de nous réduire à la haine et à la rage. Nous ne les laisserons pas faire », a commenté le dirigeant du parti Yesh Atid, Yair Lapid, vendredi.

Le chef du parti israélien Yesh Atid, Yair Lapid, lors d’une interview à la « Conférence des influenceurs » de la Douzième chaîne, à Jérusalem, le 7 mars 2021. (Crédit : GIL COHEN-MAGEN / AFP)

Les forces de l’ordre ont utilisé des moyens de dispersion d’émeutes, dont des grenades incapacitantes, du gaz lacrymogène et des canons à eau pour mettre un terme à la manifestation arabe. Au moins 105 Palestiniens ont été blessés et 22 ont dû être hospitalisés, a indiqué le Croissant rouge palestinien.

« Les émeutes arabes contre des Juifs se sont banalisés récemment en Israël. La police et les tribunaux ne doivent pas fléchir face aux émeutiers et restaurer l’ordre et la gouvernance », a écrit pour sa part Ayelet Shaked, députée du parti de droite Yamina, sans mentionner les extrémistes juifs.

Ayelet Shaked et Bezalel Smotrich (à gauche) lors d’une commission parlementaire à la Knesset, le 9 juin 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Répondant à Shaked, le leader du Parti sioniste religieux s’en est pris avec férocité à Yamina, très critiqué par le bloc de droite et religieux du Premier ministre Benjamin Netanyahu dans le cadre des difficultés rencontrées par ce dernier pour former un gouvernement au lendemain du scrutin du 23 mars. Yamina a déclaré que sa faction soutiendrait un gouvernement de droite si Netanyahu pouvait obtenir une majorité, mais ce dernier se heurte au refus de Smotrich d’appuyer un gouvernement minoritaire qui aurait le soutien du parti islamiste Raam.

« Ayelet, commençons par le fait que vous ne formerez pas un gouvernement de gauche dangereux qui s’appuiera sur les chefs politiques de ceux qui sont les auteurs de ces perturbations et de ces lynchages qui prennent Israël en otage », a dit Smotrich.

Il a ajouté que « les émeutes des Arabes qui ont eu lieu ces derniers jours dans tout le pays nous ramènent de nombreuses années en arrière, à la grande révolte arabe de 1936 ».

Le Parti sioniste religieux de Smotrich comprend la sous-faction Otzma Yehudit dont l’un des membres les plus éminents, Bentzi Gopstein, est à la tête du groupe extrémiste Lehava, qui a organisé la manifestation qui a eu lieu hier soir.

Le maire de Jérusalem, Moshe Lion, a estimé que les violences « devaient cesser » et a ajouté qu’il était en pourparlers avec les leaders des quartiers de Jérusalem-Est.

« Nous devons pouvoir parler à tous pour mettre un terme à ces violences non-nécessaires », a-t-il affirmé.

Dans un incident, la police a fait savoir qu’un automobiliste juif avait été agressé à Jérusalem-Est et que des pierres avaient été lancées en direction de sa voiture. Il a été rattrapé et agressé par plusieurs personnes après qu’il a tenté de fuir à pied. Son véhicule a par la suite été incendié.

Une vidéo, sur les réseaux sociaux, montre l’individu, à terre, attaqué à coups de pieds. Les forces de l’ordre ont expliqué qu’il avait été pris en charge à l’hôpital. Son état de santé reste indéterminé.

L’homme qui a été attaqué, Yahya Jardi, âgé de 46 ans, raconte avoir pensé qu’il ne s’en sortirait pas vivant.

« J’étais là, dans les embouteillages, et on a commencé à me jeter des pierres, on m’a frappé, on voulait me tuer. Et j’ai pensé que j’allais mourir », a-t-il confié au site Ynet depuis son lit d’hôpital.

L’hôpital Hadassah a annoncé que 16 blessés au cours des émeutes avaient été pris en charge dans ses établissements, notamment Jardi. Tous n’auraient été que légèrement touchés.

« Une nuit qui avait commencé par un lynchage des Arabes s’est terminée par une attaque violente contre un Juif et par l’incendie de sa voiture », a écrit sur Twitter Ayman Odeh, dirigeant de la Liste arabe unie à majorité arabe.

Il a aussi attribué la responsabilité des échauffourées à Otmza Yehudit et à Lehava.

« Les Kahanistes à la Knesset et dans la rue attisent les violences et la haine parce que ces deux dernières servent leur objectif, qui est d’approfondir la haine entre Juifs et Arabes et de saboter les promesses d’un avenir de paix et d’égalité », a-t-il ajouté.

« La réponse à ces tentatives de division est le combat conjoint et sans compromis en faveur de la paix, de l’égalité et de la démocratie pour tous », a-t-il poursuivi.

Dans un autre événement survenu cette nuit, un Juif a ouvert le feu en tirant en l’air après avoir, a-t-il dit, été agressé aux abords du ministère de la Justice à Jérusalem. Des vidéos, sur les réseaux sociaux, le montrent en train d’utiliser son arme à plusieurs occasions avant de partir.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...