Jérusalem : Une militante en grève de la faim pour dénoncer la crise du climat
Rechercher

Jérusalem : Une militante en grève de la faim pour dénoncer la crise du climat

Michal Deutsch, 27 ans, veut sensibiliser le public et convaincre Isaac Herzog d'utiliser son influence pour placer le changement climatique en tête des priorités du pays

Un jeûne pour le climat devant la résidence du président à Jérusalem. De droite à gauche : Michal Deutsch, Tamar Deutsch, Matanel Ciechanowski. Photo prise le 10 septembre 2021. (Crédit :  Sue Surkes/Times of Israel)
Un jeûne pour le climat devant la résidence du président à Jérusalem. De droite à gauche : Michal Deutsch, Tamar Deutsch, Matanel Ciechanowski. Photo prise le 10 septembre 2021. (Crédit : Sue Surkes/Times of Israel)

Alarmée par le manque de mobilisation des citoyens en Israël face à l’urgence climatique dans le monde entier, une jeune femme s’est installée aux abords de la résidence officielle du président Isaac Herzog, à Jérusalem, pour manifester en faveur d’une mobilisation générale face à cette problématique déterminante. Elle compte bien y rester un certain temps et elle refuse toute alimentation.

Michal Deutsch, 27 ans, espère que son action citoyenne amènera Herzog à tirer la sonnette d’alarme face aux dangers encourus par Israël et par la planète face au changement climatique.

« Il y a tant d’activistes qui agissent mais ils ne sont pas parvenus à compenser le manque de mobilisation en général », dit Deutsch au Times of Israel. « Mon espoir aujourd’hui est que le président, qui ne peut pas déclarer l’état d’urgence climatique comme l’ont fait d’autres pays, pourra utiliser son statut pour dire très clairement combien ce sujet est important, qu’il faut nous unir face à ce problème et adopter une loi sur le climat ».

De telles législations ont déjà été approuvées par 18 pays de l’OCDE et un projet de version israélienne avait été dévoilé, au mois d’avril dernier, par l’ancienne ministre de la Protection environnementale, Gila Gamliel.

Deutsch, originaire de Kiryat Motzkin, dans la banlieue de Haïfa, fait des études de droit et de sciences environnementales à l’Université hébraïque de Jérusalem.

Elle a commencé sa grève de la faim (si elle ne s’alimente plus, elle continue à s’hydrater) en date du 9 septembre, au lendemain de Rosh HaShana – une journée de jeûne pour les Juifs religieux qui commémorent l’assassinat de Guédalia, un chef du 6e siècle avant l’ère commune. Deutsch prévoit d’arrêter sa grève de la faim après Yom Kippour – une autre journée de jeûne religieux – qui se terminera jeudi soir.

Le président Isaac Herzog s’exprime pendant une cérémonie de Selihot à la résidence du président, le 9 septembre 2021. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Herzog, qui est devenu président au mois de juin et qui a évoqué la crise du climat avec la vice-présidente américaine Kamala Harris, s’est brièvement entretenu avec Deutsch, raconte cette dernière. D’autres lui ont confié que le chef de l’État avait fait référence à sa campagne pendant une cérémonie de prière organisée jeudi à l’occasion de la fête de Selihot.

« Mais malheureusement, aujourd’hui, c’est tout simplement insuffisant », a écrit la jeune femme dimanche sur Facebook. « Cela fait des décennies que ce problème est important. Et maintenant, il est devenu urgent ».

Un porte-parole de Herzog a confirmé que le président avait parlé avec la jeune activiste mais il a refusé de donner des détails sur leur conversation ou de dire si d’autres discussions avaient été programmées. Il a noté « l’engagement ferme du président en faveur de l’environnement », soulignant l’appel téléphonique avec Harris et le service de Selihot.

En tant que président, le rôle de Herzog est presque totalement protocolaire et il n’a que peu de pouvoir pour prôner une politique. Toutefois, son poste lui donne une influence unique, tout en restant par ailleurs au-delà du vacarme des disputes politiques.

La manifestation de Deutsch a par ailleurs attiré l’attention de membres de la Knesset susceptibles de faire avancer une loi sur le climat. Dimanche, la jeune femme a eu la visite de la ministre de la Protection environnementale, Tamar Zandberg, qui était accompagnée par les députés Alon Tal (Kakhol lavan), Yorai Lahav-Hertzano (Yesh Atid), et Mossi Raz (Meretz).

Des militants et des manifestants israéliens tiennent des pancartes alors qu’ils participent à une grève mondiale pour le climat dans la ville côtière israélienne de Tel Aviv le 27 septembre 2019 contre l’inaction en matière de changement climatique. (AHMAD GHARABLI / AFP)

Les activistes ont organisé d’importantes manifestations, avec des mises en scène parfois théâtrales et choquantes, pour pousser le gouvernement à se pencher sur la crise climatique et pour mobiliser le public en général sur cette question. Mais ces mouvements de protestation ne sont pas parvenus à placer la problématique climatique en tête de l’agenda gouvernemental.

Plusieurs personnes ont rejoint Deutsch, jeûnant pendant des périodes plus courtes. Parmi elles, sa sœur Tamar, et le petit ami de la jeune femme, Matanel Ciechanowski, qui restera toute la semaine à ses côtés.

« Beaucoup de gens passent et ils me demandent ce que je fais », dit Deutsch, qui ajoute que des activités variées ont été organisées autour de son petit campement. Elle publie des mises à jour (majoritairement en hébreu) concernant son mouvement de protestation sur une page Facebook qu’elle a créé : Climate Soul Searching.

Deutsch, qui a déclaré lundi qu’elle se sentait encore en forme, ajoute qu’elle et Ciechanowski n’auraient pas d’enfants avant d’être sûrs qu’ils puissent vivre dans un monde qui vaille la peine.

« La situation et la manière dont elle est prise en charge, c’est plus dangereux physiquement, pour vous et moi, que le jeûne lui-même », s’exclame-t-elle.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...